• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Belenos

sur Chantal Mouffe et Alain de Benoist - Le populisme en question


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Belenos Belenos 8 juillet 21:16

@Joe Chip
"C’est la sociologie et la définition contextuelle et relative des termes qui a évolué, mais le clivage fondamental derrière ces termes est toujours en place, même si de "nouveaux clivages" sont venus s’y ajouter."

Je vous ai lu avec attention et je pense que vous vous trompez sur ce point. Votre analogie avec le train qui semble démarrer alors que c’est le train à côté que l’on voit se déplacer par la fenêtre est juste, mais elle ne garantit pas qu’il faille l’utiliser dans un sens plutôt que dans un autre, chacun pouvant l’emprunter pour illustrer la ringardise de l’autre. Ce que je constate, c’est qu’il n’y a plus actuellement de débats politiques qui reposent encore sur le clivage gauche-droite, mais seulement des débats politologiques. A quoi assistons-nous ? Il s’agit à chaque fois de se demander si ce clivage existe encore ou pas, de se demander pourquoi la gauche s’est trahie elle-même et pourquoi la droite ne se reconnaît plus, ou bien d’opposer des penseurs qui ne sont pas d’accord entre eux sur la définition de la droite ou sur la définition de la gauche. C’est un peu comme une lampe qui émet une si faible lueur qu’elle n’éclaire plus rien et qu’il faut éclairer elle-même pour l’examiner au cours de réunions lampologiques pour décider si on va encore l’utiliser et comment on pourrait la réparer. Le clivage gauche-droite n’est plus un outil permettant d’agir sur la société, il est devenu lui-même un problème empêtré dans la problématique de son autojustification, alimentant des discussions tournant en rond, du genre "Est-ce que le fait d’affirmer que le clivage gauche-droite n’est plus pertinent est une tendance caractéristique de la droite ou bien de la gauche".  smiley

"De Benoist est un intellectuel de droite misanthrope sur les bords qui a vécu en ermite toute sa vie, retiré volontairement de la vie mondaine et allergique à la vie militante (trait typique d’un esprit de droite). Michéa est un intellectuel de gauche qui a enseigné toute sa vie dans un lycée professionnel, aimant vivre au contact de la réalité sociale et cultivant des passions populaires comme le foot que De Benoist exècre."

C’est possible. Bien que Michéa qui se définit comme « anarchiste conservateur » ait aussi tendance depuis quelques années à s’isoler davantage pour vivre dans sa ferme des Landes en auto-suffisance alimentaire. Mais lorsque j’affirme que le clivage gauche-droite est un clivage politique périmé, je ne nie pas que l’on puisse trouver des styles pouvant être qualifiés de gauche ou bien de droite (comme on peut toujours trouver des mentalités plutôt catholiques que l’on opposera à des mentalités plutôt protestantes). Je dis qu’il faut en finir avec cette catégorisation d’une part parce qu’elle contient une charge sémantique plombante qui nous tire vers l’arrière et nous recolle dans de vieilles ornières idéologiques, d’autre part parce qu’elle n’est pas apte à exprimer les nouveaux enjeux de notre siècle. Il faut trouver une nouvelle façon (ou de nouvelles façons) de désigner les orientations idéologiques. Cependant, rien du contenu que vous désignez comme "droite" et "gauche" qui fait encore sens à vos yeux ne sera perdu ni gommé. Ce sera intégré dans une ligne sémantique plus claire et plus pratique... à propos de laquelle on ne se demandera pas constamment et uniquement si elle existe encore ou pas.  smiley

C’est à ce nouvel éclairage sémantique qu’il faut travailler ensemble. 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès