• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de yoananda2

sur Attentat islamique de Romans : et si on parlait "pognon" ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

yoananda2 7 avril 14:21

@Conférençovore
oui oui, on est à la fois plus proche et plus éloigné que tu ne crois.

ce mal, protéiforme, est probablement nécessaire.

Oui, mas c’est un débat qu’on ne peut avoir qu’avec que peu de personnes. Content de savoir que tu en es. Je laisse ça de coté ici si tu veux bien.

Bien que je sois en grande partie d’accord je vais quand même répondre principalement (ce qui va donner une plus grande apparence de désaccord) sur le rôle du catholicisme.

Il ne s’agit en aucun cas de tendre l’autre joue à l’assaillant pour qu’il te défonce la tronche une deuxième et énième fois.

Ca se discute. Jésus est bien mort sur la croix. On peut pas faire plus clair comme message.

Il s’agit de mettre fin à un cycle

Non. D’abord il s’agit de gagner sa place dans l’au dela. Ici ne compte pas. Ensuite, il y a d’autres manières, à priori plus efficaces encore pour ça : "si vis pacem para bellum" et l’application : tu met une décolottée tellement monumentale que plus jamais il ne voudra y revenir ! Bon ça, ça marche en version 1 contre 1, les peuples ont de la rancune, on ne peut pas faire une analogie directe. Mais l’application c’est la dissuasion d’une part, et l’équité d’autre part : un bon traité de paix après avoir montré ta puissance.

Le catholicisme dévoyé n’est pas à l’origine de la couillemollisation des Blancs.

Oui je connais le mot de Chesterton "les vertus chrétiennes devenues folles". Mais je penses que c’est au contraire les vertus chrétiennes enfin accomplies. Parce qu’en fait, "avant" du temps d’avant la couillemolisation, ce n’était pas tant le christianisme que le sang européen qui parlait. Je sais que c’est assez provocateur comme pensée mais pour moi la civilisation européenne s’est développée malgré le christianisme et non grâce à lui. Et j’en veux pour preuve le paragraphe suivant.

mais je pense que c’est bien davantage le consumérisme hyper-individualiste

En effet, mais d’ou vient de "consumérisme" ? l’histoire de la pensée économique nous montre clairement que le libéralisme et la démocratie sont né au sein de l’église avant de leur échapper. Et puis quand tu compare au paganisme, ça devient très clair. Chez les païens ce qui comptait c’était la ligne, le clan, la tribu. L’individu ça n’existait pas. Alors qu’à l’inverse, chez les chrétiens et leur fameux "libre arbitre" (celui d’augustin, qui n’existe pas pour moi) ben tu sauves ton âme "a toi", a toi tout seul. L’individu nait à ce moment la, et il a fallu 1500 ans pour que ça s’accomplisse et que ça deviennent avec les progrès technique le consumérisme. Chacun pour sa gueule, c’est en définitive une conséquence de la théologie du péché. Bien sûr, il y a l’amour "universel" qui est censé compenser cet égoïsme, mais tu sais bien qu’on ne peut pas se forcer à aimer son prochain et son lointain, donc ça vrille forcément en hypocrisie et en "je m’occupe de ma gueule et je fais du prosélytisme pour faire semblant". Bon je reconnais que c’est de la sociologie de café, mais tu vois l’idée.

Peut-être que je charge un peu trop la mule chrétienne, mais c’est le fruit d’une longue réflexion. Je ne dis pas que j’ai raison. Je ne dis pas que je l’explique bien. Mais c’est mon opinion.

Le pire, c’est que je végétarien (pour les même raisons que les anti-spécistes, mais je reconnais que ma nature profonde consiste à préférer les humains aux animaux, et pareil, je préfère ceux de ma race aux autres, et je préfère ma famille aux autres), et humaniste (c’est pour que ça que la reconnaissance des races est important parce que sans ça on ne peut pas cohabiter, le multicul ça ne fonctionne pas), et non-violent (mais pas anti-violence non plus, c’est juste qu’il faut ce qu’il faut, pas d’effort inutile). Bref ...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès