• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Tchakpoum

sur Pierre Hillard sur la monnaie mondiale en devenir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Tchakpoum Tchakpoum 26 janvier 20:39

@Gollum

Bien d’accord que ça part dans tous les sens avec Hillard. Il confond l’étalon permettant les échanges monétaires entre les pays (l’or, pendant longtemps, le bancor keyensien, qui était ce projet, possiblement le bitcoin), la monnaie impériale d’échange (la livre sterling, maintenant le dollar) et le N.O.M. Avec ça, c’est sûr, on peut rajouter Thomas More, l’Ange de Lumière et quelques saucisses dans sa choucroute.

Mais vous poussez le balancier dans l’autre sens :
Bien sûr. Ce NOM est un truc sujet à fantasmes. Comme le Great Reset et plein d’autres trucs...

Avec le jeu des mauvaises traductions à partir du russe Poutine, c’est une confusion entre le N.O.M. et le droit international, avec l’ONU (qui mérite d’être reconsidéré). Poutine a toujours revendiqué le système westphalien, qu’on appelle aujourd’hui le multilatéralisme. Les BRICS sont dans cette perspective, avec des puissances régionales, puisque l’accélération des moyens de transports en communications forme des ensembles continentaux, ou sous-continentaux.

Le Nouvel Ordre Mondial, d’après une intuition d’H.G. Wells est un projet de substitution du gouvernement des états par une gouvernance, ou un gouvernement mondial. Quand on parle projet, il faut entendre au sens dynamique. Et non pas imaginer des lettres de sang sur un parchemin moyenâgeux retrouvé dans une crypte du château de Nosferatu en forme d’étoile à 5 branches.

 Les politiques parlent régulièrement de « gouvernance mondiale », « personne, je dis bien personne… ». Les US en parlent tout le temps avec le dessein de l’arrimer à son impérialisme, la Pax Americana et le Project for a New American Century.

Ce que l’on ne sait pas, c’est la forme de ce N.O.M.  Cela peut être celle des multinationales avec les lobbies à l’œuvre. Cela peut-être l’oligarchie, une connivence mondiale formée de dirigeants économiques et financiers, politiques et idéologiques. Cela peut-être une forme  modifiée d’impérialisme, à partir des US, ils le revendiquent, ou d’Israël, avec la diaspora juive, ou le pays, maintenant les deux. Et il ne s’agit pas tant de catégories que de pôles pour identifier et éclaircir un paysage, aux frontières poreuses.

On a affaire donc à des dynamiques qui préfigurent des réalités qui se confrontent, s’affrontent, ont leurs ambivalences. La Chine est multilatéraliste, westphalienne, mais la puissance qui auto-nourrit cet empire du milieu peut en faire aussi un candidat à un N.O.M. chinois.

L’affrontement entre souverainistes et mondialistes est une toile de fond historique : il prend différentes formes, mais il est réel.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès