• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Conférençovore

sur Vol de domicile. Comment est-ce possible ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Conférençovore Conférençovore 15 juin 16:52

Pour limiter les conséquences d’une éventuelle action violente, il faut mettre tous les atouts de son côté. Cela suppose par exemple d’éviter les armes à feu qui sont de toutes façons rarement utiles en close combat. Nous sommes dans un pays ultra étatiste où la violence légitime est un monopole d’Etat. Cela signifie que même si c’est pour se défendre, pour la justice et même la police (au moins pour ce qui est des responsables), les politiques en grande majorité, les médias de masse et donc une bonne partie de l’opinion, l’usage d’armes à feu est très mal considéré même si c’est pour réparer une injustice patente.
Il faut garder en tête aussi qu’il y a une hiérarchie dans les armes à feu, toujours en termes de perception des pré-cités : le fusil de chasse est déjà très mal perçu mais tout le reste est associé au banditisme.
Pour cette raison essentielle, je ne crois pas que l’usage du 12 soit recommandable. Mieux vaut utiliser d’autres outils qui pourront faire usage d’armes. Vous pourrez toujours expliquer par la suite que vous avez saisi le tournevis ou autre parce que vous n’aviez rien d’autre sous la main pour vous défendre. L’idée est surtout d’éviter de mettre dans la tête des policiers/juges qu’il y a eu préméditation. N’oubliez jamais la première règle que j’évoque : en France, si vous êtes honnête, dans votre bon droit, si en plus vous êtes un autochtone (voilà aussi pourquoi j’évoque sans le nommer ce qu’a fait Bassem Braiki en rameutant des jeunes d’une cité pour dégager une bande de roms qui avaient volé la maison d’un homme âgé*), c’est simple : vous êtes la 128ième roue du carrosse. La loi est contre vous, de base. Vos voleurs ont plus de droits que vous. L’autorité publique est contre vous. Elle vous condamne par défaut si vous vous faites justice vous-même. 
Non, si l’on intervient ainsi, on risque non seulement de finir en taule mais en plus, les voleurs seront présentés en victimes et défendues comme telles par des assos dont c’est le métier. Vous dormirez en taule et vos voleurs continueront de dormir dans votre lit.
La solution que j’évoque est plus raisonnable me semble-t-il. Je ne détaille pas la partie "expulsion des parasites" pour plusieurs raisons :
1/ Elle dépend des situations. Je sais comment je rentrerais chez moi même si mes serrures ont été changées mais ne peut présumer de toutes les autres.
2/ Elle dépend de ce que j’ai évoqué précédemment : combien de personnes à expulser ? Quel type de clients ? Présence d’enfant ou non ? Etc.
3/ Pour des raisons légales évidentes mais cette partie de l’opération est déjà écrite dans les grandes largeures : type d’outils, comment et où placer les éventuelles estocades (car il ne faut pas se leurrer : les parasites savent que la loi est de leur côté... donc ils ne partiront pas d’eux-mêmes et il faudra user de la coercition et de la force), etc.

Je comprends la réaction "je prendrai mon 12..." mais elle ne tient pas compte de toutes ces réalités que j’évoque et cette "solution" a peu de chances de fonctionner.
Autre aspect important : le vol d’un domicile secondaire sera plus difficile à traiter que celui d’un domicile principal.

* de leur communauté, bien entendu


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès