• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’Inquisition médiévale : une conférence claire et précise de Laurent (...)

L’Inquisition médiévale : une conférence claire et précise de Laurent Albaret

Voici une conférence de Laurent Albaret, médiéviste et spécialiste de l’Inquisition méridionale, qui revient sur l'inquisition médiévale sur laquelle d'inombrables mythes et idées reçues ont été colportés.

Le conférencier, remarquable de clarté dans cet exposé illustré, de méticulosité chronologique et de soucis de présenter une histoire circonstanciée par les archives et leur propre histoire, nous explique avec pédagogie la pratique et les méthodes des tribunaux de Toulouse et de Carcassonne des XIIIe et XIVe siècles à la lumière des sources inquisitoriales sur lesquelles il a pu travailler.

Un exposé passionnant que tout amoureux d'histoire ne saurait manquer.

 

Voici un découpage temporel de l'exposé :

 

00:00 : Définition de l'Inquisition

03:15 : Création de l'Inquisition, une lutte exclusivement contre les Chrétiens qui revendiquent leur hérésie. Rôle de l'évêque. De la nécessité de définir l'hérésie et d'un instrument pour les gérer.

06:43 : De l'origine du concept d'hérésie. De l'uniformisation du concept et de la création d'outils (des manuels).

09:20 : Du pourquoi de l'hérésie (les moeurs délétères de certains religieux, leur enrichissement, leur hypocrisie). De l'avènement d'une dissidance "anti-cléricale" dans le sillage de la structuration de l'église aux 11 et 12ièmes siècles. De la réaction de l'Eglise face aux exactions commises par les populations contre les hérétiques, massacrés (Orléans, en 1025, Arras en 1028, etc.). De la volonté de l'Eglise de convaincre par la persuasion plutôt que la force.

12:09 : De l'ambivalence de la position de l'Eglise avec la construction d'une procédure par les évêques (12ième s.). De l'apparition de l'excommunication, de la croisade des Albigeois (1229). De la criminilisation (13ième s.) de l'hérésie.

16:32 : De la création de tribunaux de l'Inquisition confiée a l'ordre de Et Dominique (1229), un ordre pauvre, proche du peuple et respecté.

18:08 : Des débuts difficiles (jusqu'en 1250) des premiers tribunaux (Carcassonne et Toulouse) : des moyens limités, un appui des Seigneuries inexistants, des Dominicains venant d'autres régions et ne parlant pas occitan, des menaces et même assassinats d'inquisiteurs.

21:34 : Du fonctionnement de la procédure : l'enquête de terrain, avec un premier temps de "grâce" avec sermonts (1 mois, le temps que les hérétiques admettent leur erreur), puis le temps de justice, avec convocation des témoins et un questionnement formalisé qui se met en place, puis un travail de croisement des témoignages pour attester de l'hérésie ou non. De la nature de la procédure : une procédure privée entre l'inquisiteur et les déposants, en opposition avec l'image qu'en a donné le cinéma (Le nom de la Rose, par exemple).

28:20 : Les premiers manuels (décennie 1240).

30:20 : De la question de la torture (1254, par une bulle), de son utilisation réelle et de son très large rejet par les inquisiteurs l'estimant inéfficace. Le but reste de persuader l'hérétique.

34:06 : De la mise en place des sanctions en fonction du degré d'hérésie : marquage des vêtements, pèlerinages plus ou moins lointains, confiscations des biens, emprisonnement (in muros) avec le "mur large" (un emprisonnement allégé) ou le "mur étroit". De la mise en place de la peine suprême, le bûcher (combustus), une mesure rare et considérée comme un échec par l'inquisiteur. Du mythe de l'inquisiteur-bourreau cruel, de la dénonciation auprès du roi et de Rome des abus.

42:27 : A propos des sources historiques : la destruction massive à la Révolution ; le rôle de Colbert (17 ième s.) qui a permis de sauver une partie des archives des registres inquisitauriaux par copie ; le cas rare d'une copie de 1255 (originale de 1248) qui renseigne sur le volume des dépositions, leur organisation.

56:12 : Questions / Réponses avec le public.

Source : La chaîne YT de l'école des chartes à laquelle il est recommandé de s'abonner

Tags : Histoire Justice Christianisme




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 2 votes
    rinbeau rinbeau 9 novembre 15:27

    Il faut avoir une fois inébranlable envers le catholicisme pour prendre pour argent comptant des sources uniquement cléricales. Et ça vous étonne que la torture et les bûchers y soient minorés ! l’histoire est systématiquement réécrite par les vainqueurs, mais les peuples n’oublient pas les saloperies que l’on essaye de gommer. Un jour ils se vengent !

    A Toulouse et à Carcassonne et dans toute l’Aude, que reste-il de la version Albigeoise des évènements de cette époque, racontée par leurs lettrés.

    C’est la question qu’il faut se poser !

    Les buchers ont brulés des hommes certes, mais aussi des livres à n’en pas douter.

    L’église ! celle qui nous raconte qu’une vierge peut enfanter !

    Même au paléolithique personne n’aurait gobé ça ! alors je laisse le soin d’imaginer la terreur qu’il faut pratiquer au quotidien pour imposer de telles inepties.

    moins longtemps qu’on ne le dit d’ailleurs, la chronologie de Scaliger étant forcément fausse.

    Le règne du catholicisme a peut être été plus court qu’on ne le croit et le protestantisme apparu plus vite.


    • 1 vote
      Conférençovore 9 novembre 17:44

      @rinbeau Pour le récentisme light auquel tu fais allusion, il faudrait étayer. Pour le reste, l’historien ici se base sur les sources de l’époque, dont ce fameux manuscrit de 1255. Il démontre, par le jeu de la redondance entre Carcassonne et Toulouse qu’il y avait à l’époque un vrai soucis de consigner les témoignages avec minutie. Sur une seule enquête, on arrive à plus de 5000 auditions, ce qui démontre un soucis réel de connaitre la nature réelle d’une éventuelle hérésie et juger par croisement des données recueillies. Apres, on peut toujours supputer une minoration par l’église de la coercition mais n’oublions pas que les Dominicains n’étaient pas motivés par la bonne fortune ; en qq sortes, ils incarnaient l’inverse même de ce pourquoi les hérétiques se manifestaient. Un autre historien dont le nom m’échappe a travaillé aussi sur cette question et a abouti peu ou prou à la même conclusion. Mais il est vrai que la grande difficulté reste la destruction des archives qui rendent les extrapolations délicates...

      Le bûcher a fonctionné, personne ne le nie, mais de manière marginale. Cette inquisition médiévale n’a strictement rien à voir avec celle qui a suivi. Si tu as des sources autres qui nuanceraient le propos tenu (qui est déjà très nuancé : le conférencier parle bien d’une autonomie mais aussi du caractère arbitraire de l’enquête) il peut être intéressant de les indiquer.


    • vote
      pegase pegase 10 novembre 12:39

      @rinbeau
      -
      Vous pointez du doigt le catholicisme, mais celui ci était principalement sous le joug du Roi et de sa cour, et non du Vatican ...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Gallicanisme

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pragmatique_Sanction_de_Bourges


    • vote
      Et Hop ! 10 novembre 14:02

      @rinbeau

      Le Clergé était par définition la corporation des gens qui écrivent, donc leurs juridictions faisaient toutes les procédures par écrit, avec le procès verbal de toutes les dépositions et de toutes les audience. Il s’agit de documents historiques, pas d’essais historiques. C’est à partir de ces procès verbaux que Leroy-Ladhurie a écrit Montaillou, village occitan. Vous pouvez aussi lire les minutes du procès de Jehanne d’Arc remises en français moderne, c’est très neutre et très précis.

      Il faut comprendre que l’Église de France était sous l’Ancien Régime le secteur public de l’État, c’était l’équivalent des ministères de l’Instruction publique, de la Recherche, de la Santé, de l’Assistance publique, des Affaires sociales, des Collectivités locales, de la Culture, avec tous les organismes et établissements dont ils avaient la tutelle : CAF, Sécurité sociale, orphelinat, hospices, universités, collèges, écoles primairs, hôpitaux, écoles de médecine, paroisses (ancêtre des communes), bibliothèques, archives publiques, etc..

      L’affaire des cathares était une fronde ou une révolte du comte Raymond de Toulouse et des plus grands seigneurs du Languedoc contre le pouvoir royal, en plus d’être une idéologie sectaire complètement folle et malfaisante : condamnation des rapports sexuels, etc.. 


    • 1 vote
      rinbeau rinbeau 10 novembre 15:14

      @pegase

      Qu’il y ait eu des luttes d’influences dans le temps entre l’église en général et les rois, nul doute !
      sous Philipe le bel, création de la papauté d’Avignon pour concurrencer celle de Rome effectivement.

      Mais ne perdons pas de vue que globalement leurs intérêts sont liés.
      Le roi tire sa légitimité du droit divin, l’église garantie donc sa légitimité !
      L’église a besoin des seigneurs et des rois qui sont son bras armé !
      D’ailleurs, pendant l’épisode des albigeois, le roi de France laisse faire.
      La contestation du catholicisme ne sert pas ses intérêts. Cela met en danger sa légitimité. Et les seigneurs seront donc le bras armé de l’église catholique pendant cette période

      Un peu comme pour les temps modernes où le fascisme sert de bras armé au capitalisme lorsque celui ci est en proie à des révolutions. 


    • 1 vote
      rinbeau rinbeau 10 novembre 15:53

      @Et Hop !

      Je ne porte pas de jugement de valeur sur l’idéologie albigeoise.
      Pour moi toutes les religions sont sectaires.
      En termes de raison, que penser du culte d’une vierge qui enfante ?
      Ridicule n’est ce pas ?
      Quand à la bienfaisance de l’église, elle lui permettait de s’ancrer dans la vie publique et privée d’ailleurs par le concept de confession. Cynique..
      ça me fait penser un peu aux généreuses contributions des banquiers aujourd’hui.

      L’église était un système d’oppression qui a pratiquée l’inquisition à de multiples reprises et qui a tenté de minimiser ses horreurs. 


    • vote
      joelim joelim 11 novembre 00:41

      @rinbeau

      En termes de raison, que penser du culte d’une vierge qui enfante ? Ridicule n’est ce pas ?
      Au contraire, c’est sacrément prémonitoire : 2000 ans après la PMA gratuite pour toutes...


    • 1 vote
      rinbeau rinbeau 11 novembre 02:31

      @joelim

      Il me semble que les évangiles ne parlent pas de PMA, mais plutôt de PPSE
      (procréation par le saint esprit) !


    • 1 vote
      Laconicus Laconicus 11 novembre 09:22

      @rinbeau
      "En termes de raison, que penser du culte d’une vierge qui enfante ?
      Ridicule n’est ce pas ?"

      Ce qui serait ridicule, ce serait le culte d’une vierge qui n’enfante pas. 


    • 1 vote
      rinbeau rinbeau 11 novembre 10:29

      @Laconicus
       
      LOL !


    • 1 vote
      pegase pegase 11 novembre 11:38

      @rinbeau
      -
      Richelieu a financé et armé les hordes de mercenaires protestants qui ont massacrés les populations d’Alsace et de Franche Comté très majoritairement catholiques de l’empire des Habsbourg dont ces régions faisaient partie ... ça donne juste une idée du niveau de leur mascarade ...


    • vote
      rinbeau rinbeau 11 novembre 15:40

      @pegase

      nous nous écartons des hérésies médiévales..
      sans intérêt 


    • 2 votes
      Guit’z 9 novembre 23:26

      @ Rinbeau

      J’ai repris des études d’histoire l’année dernire, et la majeure de médiévale portait sur l’hérésie en Europe entre l’an mil et la fin du 14ème siècle.

      A la lecture de votre commentaire, vous me semblez loin du compte. Je crois que vous gagneriez à lire l’impressionnant ouvrage de l’historien britannique Robert Moore intitulé Hérétiques, Résistances et oppressions dans l’occident médiéval. C’est une somme récente particulièrement documentée, récapitulant à peu près tout ce que nous savons sur le sujet, torpillant magistralement les poncifs en vigueur notamment sur l’inquisition et permettant de saisir le caractère essentiellement politique du phénomène hérétique, tant au plan de sa propagation que de sa répression.

      C’est, pour ma part, l’un des meilleurs bouquins d’histoire qu’il m’ait été donné de lire.

      Bien cordialement,


      • vote
        rinbeau rinbeau 10 novembre 11:45

        @Guit’z

        merci bien pour cette référence.
        Je me procure ce livre prochainement.
        En ce qui concerne la réalité historique, je pense que nous sommes tous si loin du compte..
        Et ce pour toutes les époques.

        Bien à vous.


      • vote
        Djam Djam 10 novembre 22:09

        Ben c’est ça... et les autres religions (Islam, Judaïsme, protestantisme, luthérisme...) ce sont rien que des gentils qui n’ont persécuté personne, qui n’ont brûlé aucun livre, qui tendant la main aux plus démunis, qui ne font aucun guerre....

        Misère... que deviendront-ils lorsqu’ils n’auront plus que la consommation comme nouvelle religion ?


        • vote
          rinbeau rinbeau 11 novembre 02:24

          @Djam

          idem pour les autres religions.
          Mais le sujet de la conférence est l’inquisition médiévale !
          Personnellement j’essaye de consommer ce dont j’ai besoin !
          Ils feront comme moi !


        • vote
          jeanpiètre jeanpiètre 11 novembre 13:50

          la religion de la consommation est en train de subir ses premières critiques et il était temps, au bout de 10000 ans , les autres religions occidentales , principalement découlant du contrat commercial absurde entre un ami imaginaire et le lambda crédule , ne servant qu’à assurer la consommation des puissants 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès