• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > LA BOÉTIE - La servitude volontaire

LA BOÉTIE - La servitude volontaire

Alors qu'il est âgé de seize ans, Etienne de La Boétie écrit l'un des textes les plus radicaux sur les rouages de la domination politique. Selon La Boétie, si le peuple est opprimé, la faute n'en revient pas aux tyrans mais au peuple lui-même. Ce mécanisme porte un nom : la servitude volontaire.

Tags : Philosophie




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • 1 vote
    howwakhan howwakhan 6 février 14:50

    Salut, enfin...voila 2 ans que je mets cela partout....alors merci, une œuvre majeure..bien sur que le tyran est issu du peuple et à cause du peuple....le voir c’est en terminer avec cela, c’est ce que le tyran issu de la masse par la magie noire de la compétition qui élimine essaye d’éviter car lui sait très bien cela..


    • 3 votes
      Conférençovore Conférençovore 6 février 16:15

      Le texte est dispo en pdf très facilement. Il résume tout : il existe des maîtres parce qu’il y a des esclaves et non l’inverse.


      • 1 vote
        howwakhan howwakhan 6 février 20:46

        @Conférençovore

        Salut, oui c’est un fait , la mentalité esclave précède le maître....


      • vote
        Jean Keim Jean Keim 18 février 19:19

        @Conférençovore

        L’un ne peut être sans l’autre, un jour un gus a dit « moi je » et d’autres ont acquiescé, puis c’est devenu une habitude tacitement reconduite, et maintenant quand une bande de gens se rassemble pour un projet, tout le monde trouve naturel qu’il y ait un chef et des sous-chefs, c’est quasiment ancré dans les gènes et sortir de cet état de sidération demande un événement singulier genre « je me réveille enfin, je deviens lucide ».


      • vote
        magatst 6 février 19:22

        M’enfin, c’est un peu une tarte à la crème quand même !!!
        Comme si on avait vraiment le choix !!


        • 4 votes
          ken_le_sourd-vivant ken_le_sous-vivant 7 février 03:13

          @magatst
          On a toujours le choix, mais ce choix implique de perdre ce que l’on possède, voire même plus dans certains cas. Une sacrée dose de courage est alors nécessaire.

          Personne ne force les gens à travailler, à acheter ou regarder des émissions débiles, on a toujours le choix. Mais tout est fait pour que ce choix paraisse impossible car des normes sociales nous sont imposées par l’histoire, les médias...


        • 1 vote
          sls0 sls0 7 février 10:52

          @ken_le_sous-vivant
          Détenir un minimum, vivre d’une façon rustique c’est vrai que ça amène beaucoup de liberté.
          On en a rien à foutre de l’essence à 3€.
          Si on consacre 1/4 du budget pour de la pub, c’est 1/4 de qualité en moins, il faut être débile pour acheter un produit avec une qualité moindre.
          La Boétie me fait penser aux premiers légumes du jardin, le corps en a besoin de ces premières vitamines, un vrai délice.
          La Boétie lui c’est le bien être de l’esprit, il ne faut pas hésiter à le relire.


        • vote
          sls0 sls0 7 février 14:36

          William James, la Boétie, il nous gâte le précepteur.

          Dangereux ce précepteur.


          • 1 vote
            JL 7 février 17:33

            Je connais cet ouvrage depuis longtemps, et je suis assez d’accord avec le fond mais pas pour dire que la faute en revient au peuple et non pas aux tyrans.

             

            « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. » (Raoul Vaneigem)

             


            • 2 votes
              Zero9 Zero9 7 février 22:38

              Quand on viens au monde dans une dictature, entourés de gens asservis, à commencer par ses propres parents, acquérir la liberté devient difficile, il faut déjà comprendre que l’on est un esclave, ça prend du temps.


              • 1 vote
                Septimanie24 Septimanie24 8 février 11:27

                " Mais ils ne font guère mieux ceux d’aujourd’hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux. (...) Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut de deux choses l’une : ou qu’ils y soient contraints, ou qu’ils soient trompés. " La Boétie

                Rien n’a changé depuis cette époque.


                • 2 votes
                  eau_du eau_du 8 février 11:29
                  La liberté de circulation est le droit pour tout individu de se déplacer librement dans un pays, de quitter celui-ci et d’y revenir.
                  Elle est garantie par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme depuis 1948.
                  .
                  L’insurrection, droit de l’homme en 1793 est aujourd’hui, en France, punie de prison
                  .

                  La déclaration de 1789 inscrit un droit de résistance à l’oppression. En 1793, l’insurrection est, pour le peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. Mais en 1810, le Code Napoléon prévoit de punir les insurgés. En 1992 la loi devient même plus répressive. Retournons en 1793 !
                  .
                  Pour que l’insurrection puisse aboutir il faut avoir une masse critique permettant de pouvoir au peuple de déloger le pouvoir en place !

                  • 1 vote
                    Eric_F 9 février 14:40

                    @eau_du

                    " Retournons en 1793 !"

                    Utopies et réalités : en 1793, la constitution de la 1ère république (avec la version de la DDHC reconnaissant le droit à l’insurrection) a été enfermée dans un coffre scellé sous les pieds du président de la Convention, et le régime de la "terreur" a été instauré, piloté par des lois d’exception et des comités de tyrans. Cette déclaration est mort-née dès 1793, sans attendre 1810. A l’époque, ce n’était pas 135 euros pour les récalcitrants, mais la tête tranchée.

                    Revenons à 2021, un mouvement protestataire contre le caractère abusif de certaines mesure peut être salutaire (plusieurs pays d’Europe connaissent de tels mouvements), mais une insurrection pour "déloger le pouvoir" façon assaut du Capitole n’amènerait à rien.
                    Chasser Macron par l’émeute (ce qui ne figure pas dans le programme de l’UPR), et après ?
                    -Constitutionnellement le président du Sénat prend l’intérim et organise des élections présidentielles, vu les délais ça nous amènera proche de la date prévue.
                    -Anticonstitutionnellement des aventuriers prennent le pouvoir, car jamais le peuple de base ne l’a exercé directement hormis petites entités locales. On n’est pas en Birmanie, ici l’armée n’a pas de propension putschiste depuis des décennies.

                    Donc la solution, c’est à l’échéance très proche de 2022. Quel candidat proposez-vous ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès