• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Lisez des livres #2 : cinq livres à découvrir

Lisez des livres #2 : cinq livres à découvrir

Voici le numéro 2 du nouveau format vidéo "Lisez des livres" réalisé par Jonathan Sturel

 

Tags : Livres - Littérature Culture




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • vote
    Stupeur Stupeur 21 août 19:15

    Merci pour les conseils de lecture smiley
     


    • 1 vote
      matthius matthius 21 août 21:06

      @Stupeur
      Pourquoi pas écrire ?


    • 1 vote
      Stupeur Stupeur 21 août 21:46

      @matthius
      Oui, pourquoi pas smiley


    • vote
      Stupeur Stupeur 21 août 19:36


      J’y vais de ma petite sélection de lus ou à lire smiley
       
      Philippe K. Dick L’homme qui changea le futur
      Anthony Peake
       
      « 
      Philip K. Dick, mort en 1982 à 53 ans, a écrit 44 romans et plus de 120 nouvelles. Il est considéré aujourd’hui comme un auteur majeur de la seconde moitié du XXe siècle. Pourtant, et malgré la plus grande distinction que peut recevoir un auteur de SF, le « Hugo  » pour Le maître du Haut Château, il ne fut vraiment reconnu qu’après sa mort, grâce aux nombreuses adaptations cinématographiques de ses romans : Blade Runner, Total Recall, Minority Report ou Paycheck. Sa vie personnelle fut très mouvementée. Diagnostiqué schizophrène à 15 ans, il fit de nombreux séjours en hôpitaux psychiatres, son instabilité mentale lui apportant à la fois une créativité unique et visionnaire et une vie privée chaotique : il se maria cinq fois.

      Pour la première fois, cette biographie propose d’aborder l’œuvre de Dick sous le prisme de sa maladie : comment elle a influencé ses écrits tout au long de son immense production.

      Antony Peake est l’auteur d’un best seller aux USA : Is There a Life After Death ? The Extraordinary Science of What Happens When We Die. Il partage avec Dick cette interrogation sur la réalité et les univers truqués. Mais laissons le parler de son livre :

       « Je pense avoir organisé le livre de manière à ce que vous, lecteurs, puissiez tirer vos propres conclusions sur l’énigme Philip K. Dick. La première partie du livre est une biographie chronologique simple et directe. La majorité des informations contenues dans cette partie sont tirées de diverses biographies, articles, et lettres de PKD. La deuxième partie quant à elle, a pour objet d’examiner en détail la plupart des expériences étranges vécues par PKD. Je pense en effet que la seule manière de pouvoir comprendre cet homme et sa vision du monde est d’analyser comment ces évènements l’ont affectés personnellement.

      À partir de là j’examine les manières dont PKD tente lui-même d’expliquer ces évènements. La plupart de mes documentations sont tirées de son recueil de journal, Exegesis, publié en Novembre 2011. Beaucoup de ces documents n’avaient pas été publié dans le passé, et ils m’ont permis de me faire une idée plus précise de la manière de penser de PKD.

      À moins que je ne me trompe, il semblerait qu’il s’agisse du premier livre à analyser les expériences de PKD à la lumière de ses propres écrits en la matière. Cette deuxième partie se termine avec une évaluation sur la croyance de PKD d’exister sous la forme d’un être hybride appelé « homoplasme » .

      La troisième partie tentera de trouver une explication neurologique aux expériences vécues par PKD. J’ai le sentiment que si PKD avait écrit son autobiographie c’est certainement comme cela qu’il l’aurait fait. À savoir si j’ai réussi ou non, c’est à vous d’en décider. »
       »


      • vote
        Stupeur Stupeur 21 août 19:38

        Les Initiés
        De l’an mil à nos jours

        Jean-Jacques BEDU
         
        « 
        Cet ouvrage, à vocation lui-même initiatique, permet au lecteur de se familiariser avec le monde des grandes traditions ésotériques à travers les principaux adeptes de la philosophie occulte, depuis l’origine jusqu’à nos jours. Les figures choisies appartiennent à toutes les « confessions », chapelles et confréries, témoignant ainsi de la diversité et du foisonnement d’une pensée restée fascinante à toutes les époques.
        À compter de l’an mille, les dépositaires d’une tradition cachée se succèdent au sein de sociétés plus ou moins clandestines, ou connaissent des parcours individuels hors du commun, en fondant de nouvelles écoles de pensée qui ambitionnent de mener les hommes à la sagesse en les inclinant – en dehors de toute religion – à rechercher l’étincelle divine dans leur vie intérieure. Jean-Jacques Bedu présente ici l’ensemble des doctrines de ces grands transmetteurs d’une parole perdue : Alchimistes, Hermétistes, Brahmanes, Chamanes, Soufis, Kabbalistes, Magiciens blancs et noirs, Prophètes, Illuminés,Thaumaturges et Théurges, Spirites, Médiums, Francs-Maçons, Rose-Croix, Gnostiques, Martinistes ou Théosophes…

         »


      • vote
        Stupeur Stupeur 21 août 19:40

        Le feu et le récit
        Giorgio Agamben
         
        « 
        Qu’est-ce qui se joue dans la littérature ? Quel est ce « feu » que le « récit » a perdu et qu’il essaie, à tout prix, de retrouver ? Et qu’est-ce que la pierre philosophale que les écrivains, avec le même acharnement que les alchimistes, s’efforcent de produire au four de leurs paroles ? Et qu’est-ce qui, enfin, dans tout acte de création, résiste obstinément à la création et confère ainsi à l’oeuvre sa force et sa grâce ? Et pourquoi la parabole estelle le modèle secret de tout récit ?
        Tout comme dans Profanations et dans Nudités, Giorgio Agamben réunit ici en dix essais les motifs les plus urgents et les plus actuels de sa recherche. Et comme toujours dans ses écrits, l’interrogation sans relâche sur le « mystère » de la littérature, mystère poursuivi ici jusque dans ses aspects les plus matériels (la transformation de la lecture dans le passage du livre à l’écran) s’entrelace avec une méditation sur l’autre mystère de la modernité – éthique et politique, cette fois.

         »


      • vote
        Stupeur Stupeur 21 août 19:42

        2001 : l’odyssée de l’espace
        Roberto Lasagna
         
        « 
        On a souvent dit, à juste titre, que l’histoire du cinéma de science-fiction se divise en deux parties : l’avant et l’après 2001 : L’Odyssée de l’espace. Aujourd’hui, l’année 2001 est un futur désormais passé depuis longtemps et l’histoire ne s’en souviendra pas pour une entreprise spatiale, mais pour une attaque aérienne dans le ciel de New York. Même 1968, année de "révolution" sur la planète Terre, a à présent cinquante ans et presque aucune de ses utopies ne s’est réalisée. Mais l’Homme attend encore et attendra toujours, un pas de valse au milieu des étoiles, un message des espaces infinis, un univers meilleur, un foetus cosmique dans lequel renaître ; et 2001 : L’Odyssée de l’espace reste le chef-d’oeuvre de Kubrick et le meilleur film de science-fiction jamais réalisé, infiniment plus riche, infiniment plus mystérieux et infiniment plus moderne que les films de science-fiction modernes.
         »


      • vote
        Stupeur Stupeur 21 août 19:49

        (en vrac...) : Laura Kasischke, David Vann, Sherman Alexie, Donna Tartt, Jean-Paul Dubois, Paolo Bacigalupi, Stephen Baxter... smiley


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 22 août 02:02

        @Stupeur

        Je ne sais pas où ce type est allé pêcher ces infos fantaisistes mais Dick n’a jamais été "diagnostiqué schizophrène" à l’âge de 15 ans, ni même ultérieurement. Le psychiatre qui l’a suivi le plus longtemps a formellement rejeté ce diagnostic. En revanche il a souffert très tôt d’anxiété et d’agoraphobie, ce qui l’a incité à vivre en reclus pour se consacrer uniquement à l’écriture. Il a également traversé des périodes de dépression et de paranoïa alimentées par sa consommation effrénée d’amphétamines, stimulants qu’il avalait par poignée pour pouvoir écrire au rythme moyen de 10 pages dactylographiées par jour sur une période de 20 ou 30 ans (pas ou peu de droit d’auteur pour les écrivains de SF de cette époque, il fallait écrire beaucoup, vite et souvent mal). Un schizophrène au sens clinique du terme ne peut pas rédiger une quarantaine de romans, ce qui demande de l’inspiration et une capacité d’organisation et de travail rigoureusement incompatible avec les critères objectifs de cette maladie. 

        2) La biographie qui fait autorité sur la vie de PK Dick est celle de Lawrence Sutin ("Invasions Divines") qui a justement le tact de ne pas "aborder l’œuvre sous le prisme de cette (soi-disant) maladie", ce qui est à la fois réducteur et stupide. Et Peake, contrairement à ce qu’il affirme en toute immodestie, n’est pas le premier à se livrer à cet exercice sur l’œuvre de PKD. 


      • vote
        Stupeur Stupeur 22 août 09:32

        @Joe Chip
        "Diagnostiqué schizophrène à 15 ans", attention, ça vient de la présentation du livre par l’éditeur... Ce n’est pas l’auteur du livre qui écrit ça (il relève différents "troubles neurologiques" présents chez K Dick, et il n’est pas question de schizophrénie dans le livre de Peake).

         La biographie de Sutin est citée plusieurs fois en référence dans le livre de Peake.

         



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jojotv


Voir ses articles







Palmarès