• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > PROMÉTHÉE - Le don de la connaissance

PROMÉTHÉE - Le don de la connaissance

La légende raconte qu'au temps des dieux, Zeus confia à Prométhée et à son frère Épiméthée la mission de créer les hommes et les animaux sur Terre. Imprévoyant, Épiméthée distribue tous les attributs aux animaux, et oublie l'homme, le laissant nu et vulnérable. Pour leur permettre de survivre, Prométhée décide de voler le feu sacré aux dieux de l'Olympe afin de le transmettre aux êtres humains. Ainsi naquit le mythe de Prométhée.

Tags : Histoire Philosophie Mythologie




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Étirév 2 janvier 14:47

    Dans toutes les mythologies primitives, nous retrouvons les luttes de la raison contre le mauvais esprit, de la Femme contre l’homme méchant. Elle est partout représentée par un génie foulant aux pieds un monstre, soit un dragon, soit une hydre à sept têtes, soit une tarasque.
    Les deux principes, dont on fait partout deux frères, sont ici représentés par Epiméthée et Prométhée.
    Prométhée (l’homme) souffre de la domination de ses passions qui lui fait perdre sa liberté et l’enchaîne sur un rocher (la matière). Il est le premier né, comme Caïn, comme Esaü, d’où son nom « Pro-méthée ».
    On cache dans une légende orgueilleuse la chute liée à la génération. On fait de lui un Dieu qui forme les premiers hommes de terre et d’eau et, pour les animer, dérobe le feu du ciel.
    En d’autres termes, le mythe est ainsi exprimé :
    « Prométhée, ayant façonné une statue, l’anima d’un rayon de soleil et pour son châtiment fut attaché au Caucase (dans les langues du nord, « Keush » signifie pur et « Haus » demeure, d’où Caucase, « demeure des hommes purs »). »
    Moralité : C’est parce qu’il a engendré un enfant qu’il est tombé sous le joug des passions.
    Pendant qu’il est attaché sur le mont Caucase, un aigle lui dévore le foie (ou les entrailles) à mesure qu’il renaît, symbole de la mort que l’homme se donne à lui-même, ou plutôt qui lui est donnée par l’organe qui fut symbolisé par une oie, une grue, un aigle (figurant le phallus).
    Sa sœur, Epi-méthée, est « celle qui vient après », mais se met « au-dessus ».
    Pandore (tous les dons de la Nature) séduit Epi-méthée qui s’empresse d’ouvrir le coffret fatal qui contient tous les plaisirs.
    On sait le reste, avec les plaisirs s’échappent immédiatement tous les maux qui se répandent sur la terre. « Auparavant, dit Hésiode, les hommes vivaient exempts de maux, de pénibles travaux, de cruelles maladies qui amènent la vieillesse ; mais, depuis ce jour fatal, mille calamités errent parmi les humains, la terre est remplie de maux, la mer en est remplie, et les adversités de tous genres se plaisent à tourmenter les mortels nuit et jour ».
    L’espérance seule était restée au fond de la boîte.
    De Prométhée à Caïn :
    La Mère primitive a mis au monde des fils et des filles, Kaïn le garçon, Habel la fille.
    Le nom de Caïn était déjà dans l’histoire avant que le Sépher (ancêtre de la Genèse qui en sera la caricature) fût écrit.
    Chez les Iraniens, le mot « Kaï » signifiait le grand, le fort : il se trouve formant le nom de Caï-ou-mors, nom que l’on écrit aussi Kaï-oum-ors. Le plus ancien chef des Perses est Kaïan (de « kaïo », brûler, en grec).
    Cet homme fort se faisait appeler « Roi de la Montagne » ; c’est le premier despote, celui qui va violer le droit des autres et s’imposer par la force.
    Chez les anciens Iraniens, les premiers usurpateurs du pouvoir spirituel de la Déesse* sont appelés « Caïnide » du nom d’un de ces usurpateurs, Caïcaous. Les anciennes histoires en font un impie qui a eu la fantaisie de monter au ciel dans un coffre tiré par 4 de ces oiseaux monstrueux nommés Kerdés, dont les anciens auteurs de l’Orient font mention dans leurs romans ; c’est la fable de Prométhée voulant ravir le feu du ciel, c’est celle d’Icare voulant aussi s’élever jusqu’au Ciel de l’Esprit féminin.
    Donc, Kaïn, c’est l’homme fort voulant usurper les fonctions spirituelles des Déesses.
    En même temps qu’il est l’usurpateur, il est l’emblème de la fureur, de la violence, de la force brutale.
    Chez tous les peuples, Kaïn représente le génie du Mal. C’est le futur Satan, l’éternel ennemi de la Femme et son puissant adversaire.
    Lorsque les Aryens envahirent l’Inde et y portèrent leur esprit de révolte personnifié par Ahriman, deux partis se formèrent : les masculinistes qui prirent le nom de Kourous (dérivé de Kaï) appelés aussi « Kaurava », et les féministes qui étaient les Pândous, également nommés « Pândava ». Ce sont leurs luttes qui sont racontées dans le Mahâbhârata.
    D’après Fabre d’Olivet, l’étymologie hébraïque du nom de Kaïn signifie « celui qui agglomère en lui » (l’égoïste), et aussi « celui qui veut égaler ensemble » (le rival de la femme, son usurpateur).
    Le texte samaritain lui donne la signification du mot régir, déployer la puissance d’un roi ; et, dans une multitude de langues, l’idée de royauté (de l’homme) est venue de la racine Kàn, Kîn ou Kain (King et Khan).
    L’idée de pouvoir sacerdotal donné à l’homme en vient aussi, puisque, chez les Juifs, le prêtre va s’appeler Cahen ou Cohen.
    Kaï uni à Assar a fait César ; uni à Æser, il a fait Kaiser. De Kaï Lovis (Louis), on a fait Clovis. Cyrus s’appelait en réalité Kaï-Kosrou. De Kahi-Kahia on fait cahin-caha pour indiquer ce qui va mal.
    (*Déesse est le nom générique de toutes les femmes supérieures et qui n’indiquait alors que les qualités morales inhérentes au sexe féminin. Pas de surnaturel ; partout les mêmes principes, c’est-à-dire les mêmes commencements, avaient pour base la nature même, encore inviolée.)
    Blog


    • 4 votes
      Alexandre Berger Alexandre Berger 3 janvier 11:20

      @Étirév

      La plupart des féministes sont des ignares, mais vous, c’est différent, le délire fémino-centrique se veut cultivé, profond, étayé. D’où cette manie de faire les fonds de tiroirs et de broder avec de l’air, tentant ainsi régulièrement de nous faire accroire que nous, bougres de grossiers et violents sauvages, les hommes, n’avons rien compris à l’histoire et aux vieux mythes, et que la femme, « oh, la femme ! » a toujours été là se dressant seule au milieu du chaos, immaculée, la sagesse incarnée que personne n’a jamais pris la peine d’écouter... Quelle bonne blague. Sans les hommes et leurs qualités, très chère, nous habiterions encore dans des cavernes et n’aurions pas même connu l’invention de l’écriture. Et je vous fait pas un dessin pour l’informatique et l’internet qui vous permettent présentement de partager vos élucubrations. Et Satan, cet éternel ennemi de la femme, ça c’est carrément le pompon. Vous êtes prise en flagrant délit évident de forgerie là.


    • 1 vote
      yoananda2 3 janvier 11:36

      @Alexandre Berger
      ouai, attention, on n’est plus très loin du patriarcat du steak ...
      on vit une époque formidable, no limit dans les délires publics.


    • 1 vote
      Gollum Gollum 3 janvier 11:41

      @Alexandre Berger

      Bah plus personne ne fait attention à elle... On la laisse délirer comme Mélusine sur Avox rouge...

      Tout est foireux dans ses reconstructions jusqu’à des fausses étymologies comme Cohen (prêtre) dérivé de Caïn soi-disant..

      Sauf que Cohen en hébreu commence par un Kaph et Caïn par un Qoph... Donc rien à voir. ça peut impressionner des mous du bulbe mais rien d’autre...

      À mon avis elle cherche des recrues pour un mouvement sectaire féministe.. Elle ne répond jamais aux contradicteurs...


    • vote
      sls0 sls0 2 janvier 14:58

      Ca fait toujours du bien ces vidéos qui font réfléchir.


      • 3 votes
        Berthier Berthier 2 janvier 15:11

        @sls0
         
        Vous devriez en voir plus souvent, Ciseaux. Pour deux raisons : ça vous fait du bien, et ça vous fait réfléchir.
         

         


      • vote
        ZardoZ ZardoZ 3 janvier 14:38

        @Berthier

        Gentil Berthier, le faire réfléchir est juste une gageure.

         smiley

      • vote
        matounet matounet 3 janvier 11:07

        Ne "PROMÉTHEE" jamais rien que vous ne pouvez tenir !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès