• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Qui êtes-vous Régis Debray ? (ABC Penser)

Qui êtes-vous Régis Debray ? (ABC Penser)

ABC Penser est un abécédaire filmé réunissant des auteurs dans le domaine des sciences humaines et de la pensée de langue française. Les entrées de l’abécédaire permettent d’accéder à des notions, qui correspondent à des entretiens filmés de durées variables avec des intellectuels contemporains. Rencontre ici avec Régis Debray.

« Les biographies m'emmerdent ! »
Né en 1940 à Paris dans un milieu bourgeois, Régis Debray rechigne à parler de lui à l’oral. Il n’a rien à dire sur son enfance et sa vie, annonce-t-il, a commencé à l’âge de 16 ans. Au cours de ces mémoires improvisés, il s’attarde sur sa jeunesse révolutionnaire en Bolivie, où il fut fait prisonnier, et revient sur son rôle de conseiller diplomatique de François Mitterrand. Il évoque ses enthousiasmes, et ce qu’il appelle ses bévues. « Les idées, quoi qu’on en dise, ce sont celles d’une époque, c’est très rare qu’elles nous appartiennent », avoue-t-il.

*

Régis Debray, SACRÉ (ABC Penser)

« Aucune société ne peut se passer du sacré »
Régis Debray est amer. « C’est le grand échec de ma vie intellectuelle », commence-t-il par affirmer. On le comprend, lui qui a publié un des plus beaux livres sur ce que ce mot recouvre : « Jeunesse du sacré » (2012). Le sacré, c’est « ce qui interdit le sacrilège et justifie le sacrifice », dit-il. Il n’est donc pas d’essence religieuse. Il n’est pas que divin. Loin s’en faut ! Dans la crypte du Mont Valérien, le cœur se serre. Devant le mausolée de Lénine, on ne fume pas un cigarillo. À La Mecque, on ne chante pas du rock. Sous l’Arc de Triomphe, on ne pisse pas sur la tombe du Soldat Inconnu. On se tient. C’est cela un lieu sacré. Un lieu qui vous impose une limite, un espace qui « est soustrait aux rapports marchands ». S’il est une leçon à retenir, c’est celle-ci : aucune société ne peut se passer du sacré.

*

Régis Debray, NATION (ABC Penser)

« National-républicain : je vote ! »
L’expression avait fait florès en 1999, dans une plaquette titrée « Le code et le glaive », dans laquelle Régis Debray faisait son examen de conscience d’un républicain. Il insiste, aujourd’hui, vingt ans après, sur l’importance du trait d’union. Car la Nation, c’est d’abord la fable, le cri de Valmy, en 1791, une idée de gauche, qui s’est dégradée. Mais, c’est également, l’émancipation par l’École. Dans les années 1970, elle était donnée pour morte. Or la mondialisation a créé un tel vide, qu’elle a entrainé selon Debray, « une balkanisation politico-culturelle », sans pareil. « La mondialisation a stimulé la Nation ». Pas toujours dans la bonne direction !

*

Régis Debray, CIVILISATION (ABC Penser)

« Et si on devenait américain ! »
Comme la nation, la civilisation est un mot-valise. Ce qui pose problème avec ce vocable, c’est le passage du singulier au pluriel qui s’opère aux alentours de 1850. La civilisation, cela désigne le progrès au sens large. Les civilisations, cela désigne un ici et un là-bas. Un éclatement dans l’espace. L’idée, tout simplement, qu’il existe plusieurs civilisations. Et pas une seule ! Or on sait depuis Paul Valéry que les civilisations sont mortelles. On le savait avant, mais en 1919 l’Amérique était pour lui une projection de l’Europe.
Tandis que de nos jours l’Europe est une projection de l’Amérique. Et qu’il est incongru de parler de civilisation française. Tant le désir d’être américain, selon Debray, est prégnant dans notre pays.

Entretien tourné le 30 novembre 2020.

Tags : Philosophie Régis Debray




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 21 mai 13:19

    Long mais intéressant.

    Adolescent, Régis Debré c’était un peu un ché français, c’est du moins ce que je ressentais en regardant les actualités.

    En 1981, le voilà avec Mittérand, oui pourquoi pas.

    En 1989, il n’est plus avec Mittérand, c’est vrai que Mittérand à sérieusement retourné sa veste.

    Debré a fait parti des meubles, du moins mes meubles.

    Tout compte fait je ne connaissais pas, un inconnu sur la photo.

    Ces vidéos n’ont permis d’enfin cerner le personnage, 60 ans qu’il observe le monde. Intéressant son point de vue.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès