• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Science et Spiritualité : Le dialogue est-il possible ?

Science et Spiritualité : Le dialogue est-il possible ?

 

Science et Spiritualité : Le dialogue est il possible ?
Avec Frédéric Chambon, Michaël Abitbol.

Tags : Religions Spiritualité Islam Culture Science et techno Christianisme Judaïsme Bouddhisme




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 1 vote
    cassini 23 juillet 19:08
    Faisons court : le dialogue entre science et spiritualité n’est pas possible ou impossible ; il est sans objet, et cette affirmation ne dénigre ni l’une ni l’autre. 

    • 1 vote
      La mouche du coche La mouche du coche 23 juillet 19:26

      Faisons court : TOUS les scientifiques sérieux sont des croyants. Je parle des scientifiques qui ont découvert quelque chose. Pas les athées bouffons d’aujourd’hui qui vous inventent de l’evolutionnisme, de la physique quantique sans ne jamais rien prouver scientifiquement. 


    • vote
      Tuco Tuco 23 juillet 20:18

      Si par "spiritualité" vous permettez que l’on assimile le concept d’Esprit, lequel se rattache à la conscience dans les neurosciences, alors, le dialogue scientifique est non seulement possible, mais a déjà eu lieu. Par exemple, les travaux du Prix Nobel de médecine, John C. Eccles. Il a écrit un livre à ce sujet qui s’intitule : "Comment la conscience contrôle le cerveau" (Fayard). 


      Dans la tradition des neurosciences, le "corps", c’est le système nerveux central, et "l’esprit", c’est la conscience..

      Evidemment ces travaux sont maintenant jugés dépassés (à tort ou à raison), par ceux de Gérald Edelmann et Jean Pierre Changeux, eux aussi Prix Nobel, mais aussi par Lionel Naccache.


      • vote
        gaijin gaijin 24 juillet 10:24
        la science ?
        mais quelle science ?
        celle au service des puissances de l’argent ?
        celle des croyants du positivisme contien ?
        celle du maintien de l’ordre du monde déjà établi ?
        ou celle des rares chercheurs objectifs ?

        la spiritualité ?
        mais quelle spiritualité ?
        celle des fondamentalistes de tout poil ?
        celle des gogos newageux ?
        celle des religions politiques ?
        ou celle des rares chercheurs sérieux ?

        le réel ne correspond pas aux catégories binaires de notre pseudo rationalité .........

        • vote
          Étirév 24 juillet 11:34

          Le spiritualisme et la Science

          La doctrine philosophique qui a été le plus longtemps en faveur c’est le spiritualisme, sorte de compromis entre la tradition scientifique et la raison obscurcie.

          Par un côté, par la tradition scientifique, elle se rattache aux vérités premières, elle affirme un principe créateur, éternel, universel. Par l’autre, par la raison privée des lumières de la science, dont elle croit pouvoir se passer, elle s’éloigne de la conception vraie de ce principe et s’égare dans toutes sortes de divagations. Nous avons vu le peu de crédit qu’il faut accorder au rationalisme. Or, une doctrine qui ne s’appuie que sur la raison au lieu de s’appuyer sur la science doit forcément tomber dans l’erreur. C’est le cas du vieux spiritualisme. Non seulement il n’explique rien, mais il ne peut rien expliquer et ses raisonnements manquent toujours de base.

          En effet, les spiritualistes affirment l’existence d’un principe qu’ils sentent nécessaire, mais dont ils n’ont aucune idée nette, un principe qui est, pour eux, un mystère, le mystère des mystères.

          Il est certain qu’il ne faut pas essayer de démontrer ce qu’on ne comprend pas. Encore moins faut-il essayer de prouver ce qu’on ne peut pas démontrer.

          Tant que la question de l’existence de Dieu appartenait à la philosophie elle était, par cela même, placée en dehors du champ de l’observation et de la démonstration. En la mettant sur le terrain de la science on lui rend la possibilité d’être vérifiée et démontrée.

          Le Dieu des spiritualistes est donc loin d’être un Principe défini. C’est une conception qui prend la taille de l’esprit de celui qui l’affirme. Tantôt mesquine jusqu’au ridicule, tantôt sublime jusqu’à la folie, presque toujours vulgaire, souvent grotesque.

          Dans les traditions philosophiques les plus élevées on entend par Dieu « l’être » infini et absolu, « l’être » un et entier, tout «  l’être ». Cette façon d’envisager la question se rapproche de notre nouvelle doctrine de la divinité ; mais elle en diffère en ce qu’elle manque de précision et de clarté.

          « L’être en soi », tout l’être, c’est l’Oxygène, puisque l’être fini, l’être créé ne doit la vie qui l’anime qu’à la présence de ce principe qui est, bien réellement, « l’être en soi ».

          Beaucoup de spiritualistes ont affirmé qu’ils voient Dieu « Dans l’admirable spectacle que nous offre la Nature. »

          Ceux-là, encore, affirment la doctrine scientifique, car, qu’est-ce que l’harmonie de la Nature, sinon le rapport qui existe entre l’être créé et la force qui l’a créé, le lien qui unit la cause à l’effet, en un mot, toutes les choses qui résultent des lois naturelles ?

          Ce qui fait la beauté de la Nature c’est la vie sous toutes ses formes ; c’est tout ce qui affecte nos sens d’une façon quelconque, c’est la lumière qui nous éclaire et produit des ombres et des clartés d’un effet enchanteur, c’est le son, origine de toutes les mélodies, ce sont les saveurs, les odeurs qui nous impressionnent agréablement, c’est la pensée spéculative qui plane par-dessus tout cela. Or, toutes ces choses sont l’œuvre de l’Oxygène. C’est ce corps qui engendre la vie et l’entretien, c’est lui qui donne à la plante sa forme, sa couleur, son parfum, c’est lui qui est le principe de la lumière, de la chaleur, de l’électricité, du son, des odeurs.

          Si vous supprimez tout cela, que reste-t-il de «  l’admirable spectacle de la Nature », que reste-t-il à la surface terrestre ?

          Rien que des métaux inertes, sans eau, sans chaleur, sans lumière ; le chaos, en un mot, c’est-à-dire l’absence d’organisation, d’harmonie, de vie.

          Voltaire disait « Si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer.  », après lui M. Acollas a démontré que « si Dieu existait il faudrait le supprimer.  ».

          Et, cependant, tous les deux ont raison.

          Si Dieu auquel Voltaire fait allusion, le principe de vie, le principe organisateur de l’Univers, en un mot, l’Oxygène, n’existait pas pour donner à la Nature son harmonie actuelle il faudrait inventer l’Oxygène.

          Mais si le Dieu auquel M. Acollas fait allusion, le Dieu personnel, relégué hors du monde, sur le trône de sa déserte immensité, comme disait M. Cousin, si ce Dieu inutile, inconnu et incognoscible, comme le néant qu’il est, existait, il faudrait le supprimer, puisque son existence qui n’a aucun objet, ne sert que de ferment de discorde entre les hommes.

          C’est cette conception étroite de la divinité, c’est ce Dieu personnel, qui trône dans le ciel en dehors de la Nature et montre toutes les faiblesses de l’homme en même temps qu’il en a tous les attributs, qui est la véritable cause de l’athéisme qui a envahi l’esprit public dans les temps modernes.

          Suite…


          • vote
            gaijin gaijin 24 juillet 19:01

            @Étirév
             ???

            la question de dieu est elle centrale ? il me semble plutôt que la question est celle de l’établissement de l’homme en tant qu’être spirituel .............



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès