• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le Moyen-Orient était le centre du Monde

Le Moyen-Orient était le centre du Monde


Le Moyen-Orient, à l'époque médiévale, était considéré comme le centre du monde.
Sujet : Introduction à l'horogénèse (genèse des frontières) du Moyen-Orient -
 

Tags : Europe Afrique Asie Moyen Orient Politique Histoire Religions Iran Israël Palestine Islam Culture Moyen-Orient Christianisme Liban Egypte Syrie Turquie Géopolitique Arabie Saoudite




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • 1 vote
    psychorigide psychorigide 20 décembre 2017 17:58

    L A ’e’ dans l’A... t i ti a .... bla bla bla *
    .
    Le moyen -orient est juste une facilité pour les islamistes et les sionistes @l’auteur
    .
    Ici les crapules pullules !  smiley


    • 1 vote
      ezechiel 20 décembre 2017 18:38

      Le judéo-christianisme reconnaissait Jérusalem comme centre du Monde.
      Les rois très chrétiens tels Saint Louis, ses prédecesseurs et ses successeurs, visaient à imiter la justice des rois d’Israël, en particulier du roi David.
      C’est pour cela que la façade principale de la cathédrale Notre-Dame de Paris représente les statues des 28 rois d’Israël et de Juda.

      "Sous la plume des lettrés, comme Isidore de Séville mort en 636, l’Orient était un chaudron d’hérésie, de sectes idolâtres, où vivent les sarrasins, le lieu d’où surgirait un jour l’Antéchrist.
      La vision médiévale de l’Orient ne manquait pas de détails, mais ce n’était que des réminiscences scripturaires, ignorant les systèmes politiques musulmans, les européens puisèrent dans le passé biblique pour comprendre l’Orient."

      "Réminiscences scripturaires" ? Vous plaisantez ? Les populations et les lettrés de l’époque comprenaient très bien la politique de l’Islam, surtout par les persécutions subies par les Chrétiens !

      "En effet, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu’à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu’à ce qu’on appelle le Bras Saint-Georges. Dans le pays de Romanie, ils s’étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu.
      Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cette invasion."

      Déclaration du pape Urbain II le 27 novembre 1095 au concile de Clermont pour justifier la première croisade

      ----------------------------------

      "Mahomet a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair.

      Lâchant bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement.
      En fait de vérités, il n’en a avancé que de faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert.

      Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines les plus fausses. Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, à savoir quand une oeuvre visible qui ne peut être que l’oeuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans.

      D’ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi aux autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur : bien au contraire, il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi.

      Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les textes de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole croient à la légère. »
      Saint Thomas d’Aquin - somme contre les gentils - (chapitre 6), 1258-1265



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès