• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Les pirahas : la communauté qui ne connait ni religion, ni nombres, ni peur (...)

Les pirahas : la communauté qui ne connait ni religion, ni nombres, ni peur de la mort...

La communauté Piraha ne connait ni la Religion, ni les nombres, ni la peur de la mort et se contentent au maximum de vivre dans le présent : en effet il est pour eux difficile de parler de ce qui est révolu ou d'envisager dans la spéculation ce qui va arriver. Le mode de production communiste primitif prouve ainsi que l'humanité sait se contenter de vivre simplement lorsqu'elle vit sans Etat et sans argent. En effet, la scission de l'être intervient lorsque la totalité de la vie humaine est confisquée par la valeur d'échange. Ainsi comme disait Guy Debord "Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s'annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation. "

Aufhebung !




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • 5 votes
    gaijin gaijin 24 janvier 10:20

    très intéressant merci !


    • 2 votes
      BaronRouge BaronRouge 24 janvier 11:14

      Y’a toujours quelque chose qui me dérange par rapport à l’idéalisation qu’on peut faire de ce genre de mode de vie mais je n’arrive pas vraiment à l’expliquer...


      • 2 votes
        pegase pegase 25 janvier 10:42

        @BaronRouge
        mais je n’arrive pas vraiment à l’expliquer...


        -
        Une banale crise d’appendicite et c’est réglé,

        l’explication est trouvée smiley

        -
        Mais pas que ...

         une rupture de ligaments croisés,

        une banale infection urinaire

        une mauvaise fracture

        liste non exhaustive ..


      • vote
        BaronRouge BaronRouge 25 janvier 11:27

        @pegase

        C’est pas faux 


      • 1 vote
        Alren Alren 25 janvier 13:35

        @BaronRouge
        Je ne sais pas s’ils connaissent l’ennui mais pour moi cette vie monotone à l’excès finirait par me rendre dépressif !!!


      • vote
        BaronRouge BaronRouge 25 janvier 19:28

        @Alren

        Style de vie plus dans le contemplatif que dans l’action je pense. C’est le coté que j’aime bien justement. Ce qui m’emmerde c’est la difficulté à se soustraire du groupe car c’est quasi pour une eux une question de survie alors qu’ici je peux survivre sans problème sans avoir besoin du groupe à part peut être le groupe carrefour mdr. 

        Puis les moustiques ont tendances à me prendre vite en grippe et comme j’ai la peau fine, ça fait des gourmes énormes et puis je suis pudique, la bite à l’air c’est pas trop mon truc. J’image pas une jambe cassée, une carie, une morsure de serpent, un gobage d’araignée en dormant, tout ce qu’on ne montre pas quoi... 

        Perso cette vision écolo bobo à idéaliser ce genre de vie hippie en ayant une haine de notre mode de vie est étrange. Peut être une conséquence de cette fameuse haine de soi, de son histoire vis à vis de laquelle personnellement je ne suis pas vraiment responsable. 

        En bon anarcho de droite, le capitaliste me dérange pas plus que ça et la planète, bin si je dois crever parce qu’on a déconné et bin tant pis. C’est d’une façon prétentieux, arrogant et surtout délirant de vouloir sauver un truc aussi complexe et immense sans même savoir si ça peut être sauvé.

        C’est pas le genre de chose avec lequel je me prend la tête, mes connaissances me prennent déjà la tête avec ça assez jusqu’au au point d’être traité d’enculé égoïste parce que je vais pas manifester comme un gland à Bruxelles.... Ces mentalités de révolutionnaires qui, le temps qu’ils se mettent à la révolution finissent sous terre me dépassent... J’ai 38 ans, je suis trop vieux pour ces conneries. J’ai plus de temps derrière moi que devant moi, j’essaye d’utiliser celui qui me reste pour des choses qui en valent la peine comme ne rien faire lol. 

        Cela ne me concerne pas, j’ai autre chose à foutre comme profiter du moment présent parce qu’on crève vite, profiter du moment présent comme cette tribu finalement mais avec des loisirs et du confort en plus. 

        J’ai pas de bagnoles, je consomme pas grand chose, j’ai pas de TV, je vais jamais en vacance et je le vis bien. Donner mes restes de pain sec en essayant que le pigeon sauvage vienne le manger dans la ma main, c’est le bonheur. Il commence à se rapprocher, il donne un coup de bec vite fait en lâche se couillon. 

        Bref je m’égare. 


      • vote
        BaronRouge BaronRouge 25 janvier 19:31

        @BaronRouge

         "J’ai plus de temps derrière moi que devant moi". 


      • 2 votes
        tobor tobor 25 janvier 23:34

        @BaronRouge
        Perso, je n’idéalise pas ce mode de vie précisément mais je le trouve infiniment plus respectable que "le notre".


      • 2 votes
        Mahler 26 janvier 13:16

        @BaronRouge
        "Y’a toujours quelque chose qui me dérange par rapport à l’idéalisation qu’on peut faire de ce genre de mode de vie mais je n’arrive pas vraiment à l’expliquer... "    Cela doit venir du fait que les gens qui idéalisent cela(suridéalisent à mon avis) le font alors qu’ils ne sont pas prêt pour sortir de la modernité dont ils aiment tout en critiquer, qu’ils oublient dans leur discours que nous en contre partie on a une médecine bien performante et que l’on peut vivre bien plus longtemps. Leur idéalisation est un peu hypocrite en somme. L’important ça serait de tendre vers certaines choses qu’il y’a de bon chez eux(l’altruisme, l’entraide, le groupe etc) sans sortir de la modernité. C’est compliqué mais c’est un défi, c’est mieux que vouloir revenir vers la nature. Y’a des choses mauvaises dans la modernité, c’est vrai, mais tout n’est pas mauvais loin s’en faut(on l’aime bien même). Vaut mieux donc améliorer le machin plutôt que jeter le bébé dans l’eau du bain et revenir à l’âge de pierre.


      • 5 votes
        maQiavel maQiavel 24 janvier 11:28

        Les humains sont quand même fascinants. Il y’a un véritable fossé anthropologique entre les différentes sociétés humaines. Non pas un fossé qui exprimerait une supériorité ou infériorité mais d’énormes différences. Une telle diversité comportementale n’existe pas ailleurs dans le règne animal, c’est spécifiquement humain. Plus on observe les sociétés érigées par les homo -sapiens dans le temps et dans l’espace, plus l’universel devient difficile à trouver.

        En tous cas, ça illustre bien que ceux qui aiment évoquer la nature humaine pour expliquer les comportements qu’ils ont sous les yeux devraient se méfier de leurs croyances et présupposés sur cette nature humaine. S’il est vrai les homo-sapiens partagent en commun des traits naturels, ses comportements sont difficilement réductibles à ces traits.

         


        • 8 votes
          Gollum Gollum 24 janvier 12:00

          @maQiavel


          Une telle diversité comportementale n’existe pas ailleurs dans le règne animal, c’est spécifiquement humain.

          Mais n’importe quoi. Chez les fourmis on a des fourmis cultivatrices de champignons, d’autres qui sont esclavagistes, d’autres avec des comportements complètement différents... L’hétérogénéité est la norme.

          Idem chez les grenouilles avec toutes sortes de comportement différents, de façon différentes de s’occuper de la progéniture, etc..

          Pareil pour les reptiles..

          On pourrait dire au contraire que l’extrême entropie psychique si caractéristique du monde moderne tend à effacer toute différence entre les humains et que l’on aboutit à l’homo consommatorus de masse...


        • 2 votes
          maQiavel maQiavel 24 janvier 12:23

          @Gollum

          Donc, je parle bien de diversité comportementale au sein d’une espèce. Pas au sein d’une classe (comme les reptiles) ou d’une famille (comme les fourmis). Les fourmis ou les grenouilles d’une même espèce ont le même comportement ( ou alors ont des différences très marginales).

          Ce qui fait la spécificité de l’homo-sapiens et qui explique cette extraordinaire hétérogénéité comportementale au sein d’une espèce qu’on ne retrouve pas ailleurs , c’est la production de culture ( que d’autres animaux ne produisent qu’à des niveaux rudimentaires). 


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 24 janvier 12:36

          Mais c’est vrai que je n’ai pas dit clairement que je parlais d’une diversité comportementale au sein d’une même espèce. Je me suis contenté de parler d’homo-sapiens en me disant que ça coulait de source.


        • 3 votes
          Belenos Belenos 24 janvier 13:14

          @maQiavel

          "Il y’a un véritable fossé anthropologique entre les différentes sociétés humaines." 

          C’est justement ça, le propre et le commun de l’humanité. 


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 24 janvier 13:32

          @Belenos
          C’est juste.


        • vote
          maQiavel maQiavel 24 janvier 13:32

          @Belenos
          C’est juste.


        • vote
          beo111 beo111 24 janvier 13:42

          @Gollum

          "On pourrait dire au contraire que l’extrême entropie psychique si caractéristique du monde moderne tend à effacer toute différence entre les humains et que l’on aboutit à l’homo consommatorus de masse..."

          Heureusement qu’il nous reste l’amour.

          C’est en en tout cas la thèse d’un ami brésilien dont je me suis donné la peine de traduire une trentaine de pages.

          Son constat part d’une bataille entre deux fourmilières, et il cherche à comprendre ce qui fait que ces individus épars produisent un comportement de masse cohérent.

          Bonne lecture aux étudiants curieux.


        • 3 votes
          Gollum Gollum 24 janvier 13:58

          @maQiavel

          Bon je vois ce que vous voulez dire. Malgré tout :

          je parle bien de diversité comportementale au sein d’une espèce.

          Ben au sein des fourmis d’une même espèce il y a les ouvrières qui n’ont pas du tout le même comportement que les soldats chargés de protéger la colonie. Et donc elles n’ont pas le même comportement contrairement à ce que vous écrivez après..

          Les Bonobos et les Chimpanzés sont d’espèces différentes mais peuvent pourtant avoir une descendance. Ils ont donc eu un ancêtre commun et leurs comportements sont très différents..

          Pour moi la famille fourmi vaut bien l’espèce humaine même si les variétés de fourmis ne peuvent faire comme les humains, s’accoupler et se mélanger.. Je trouve ce critère, la possibilité de descendance commune, secondaire..

          Certaines fourmis ont un jour décider de cultiver des champignons, d’autres de pratiquer l’esclavage, d’autres de se battre contre les termites, etc.. J’y vois une forme de culture même si elle n’est pas consciente. Au fond pas de grandes différences entre ces diverses fourmis et l’homme d’Amazonie qui s’adapte à son environnement et pratique l’instant présent parce que le climat et l’abondance de nourriture le permet alors que d’autres hommes en climat plus rude seront incités plus à la guerre et à l’agressivité... Il y a une profonde unité du vivant.

          M’enfin bon on va pas commencer une discussion à essayer de savoir qui va finasser le mieux hein.. smiley


        • vote
          Heron Heron 24 janvier 14:40

          @Gollum : les ouvrières qui n’ont pas du tout le même comportement que les soldats chargés de protéger la colonie.

          Exact, et que dire de celles qui n’ont aucunes fonctions prédéterminées, qui semblent libres ou inutile selon le point de vu (1/3 de la colonie quand même)..


        • vote
          maQiavel maQiavel 24 janvier 14:49

          @Gollum

          Je vois ce que vous voulez dire. Mais j’utilise la taxonomie officielle parce qu’elle exprime justement la variabilité de nature entre êtres vivants. Partager une nature commune induit des comportements en commun : plus le classement taxinomique est différentié, plus on retrouve au sein des individus du même groupe des comportements identiques. Simplement parce que la nature prédétermine les êtres vivants à avoir certains comportements. Mais chez nous, malgré notre appartenance à une espèce commune, nous avons des comportements très différents. Même s’il existe dans notre espèce certains comportements innés prédéterminés par la nature, l’acquis dans nos comportements a une place sans commune mesure avec le reste du règne animal. C’est effectivement la spécificité de l’homo-sapiens.

          Sinon, je ne dis pas qu’au sein d’une espèce, les individus sont des clones. Il y’a bien évidemment des différenciations sexuelles qui induisent des comportements différents (un lion male n’a pas le même comportement qu’une lionne, une fourmi reine n’a pas le comportement qu’une ouvrière etc.). Mais en prenant en compte ces différentiations, le comportement qui a court au sein d’une même espèce est quasiment le même (les fourmis reines de la même espèce vont se comporter de la même façon par exemple). 


        • 1 vote
          barbarello 24 janvier 14:59

          ... ’tain... Je leur en foutrait des fourmis qui décident aux fourmilleux, moi. Et c’est en tant qu’individu que je parle  smiley 


        • 1 vote
          Belenos Belenos 24 janvier 15:08

          J’aurais tendance à dire que ce qui détermine la singularité d’une société est la sexualité, bien avant l’économie et la politique. La capacité extraordinaire de l’être humain à libérer sa sexualité des déterminations instinctives produit la diversité des sociétés que l’on peut constater (pour le meilleur et pour le pire). Il faut prendre "sexualité" au sens large dans mon propos. Les autres espèces n’ont pas cette disposition, ils ont la sexualité que la nature leur a donnée pour perpétuer l’espèce, point barre. 


        • 1 vote
          barbarello 24 janvier 16:03

          @Belenos

          Vous faites référence aux sex toys ???   smiley 


        • 1 vote
          Zatara Zatara 24 janvier 17:28

          @barbarello
          95% de tes posts ne servent strictement à rien, ça en devient fatiguant de suivre un fil...


        • vote
          barbarello 24 janvier 19:29

          @Zatara

          Ici et maintenant et de manière ostentatoire, ce cher zatara, sommité dans l’analyse et la compréhension, juge que 95% de mes posts sont "inutiles". Sourire...  smiley 


        • 1 vote
          Zatara Zatara 24 janvier 19:54

          @barbarello
          Ici et maintenant et....

          ailleurs et nulle part, et partout..
          de manière ostentatoire,
          et encore, j’avais pas mis ma croix lorraine au dessus de mon turban...
          ce cher zatara, sommité dans l’analyse et la compréhension,
          sans parler de mes diplômes de catch, et de coinche
          juge que 95% de mes posts sont "inutiles". Sourire... 
          et encore... merci de confirmer qu’il suffit de te lire dans ce présent fil pour s’extasier sur la profondeur de ta pensée et de ton ""humour""...


        • vote
          Qirotatif Qirotatif 25 janvier 11:55

          @Belenos
          " La capacité extraordinaire de l’être humain à libérer sa sexualité des déterminations instinctives produit la diversité des sociétés que l’on peut constater (pour le meilleur et pour le pire). Il faut prendre "sexualité" au sens large dans mon propos."

          Il n’est pas du tout certain que les choses soient aussi tranchées. Je te suggère cette émission (oui, je sais, il va falloir faire un effort par rapport à l’animateur... smiley ) :https://www.youtube.com/watch?v=h6L7-7zLgkg

          Ce qui est intéressant notamment ici, ce sont, outre les considérations sur les hypothèses sur l’orientation sexuelle (je sais... tu parlais au "sens large" mais je resserre un peu le propos volontairement), c’est aussi l’accueil qu’a reçu ce scientifique. 
          Plus largement cette fois-ci, j’ai de plus en plus de mal avec cette distinction que je lis depuis des décennies, cet acharnement à vouloir ériger une barrière entre notre espèce et... toutes les autres. Cet anthropocentrisme permanent ne pourrait-il pas relever davantage d’une sorte de croyance, de foi même en notre singularité présumée exceptionnelle dans le règne du vivant ? De plus, davantage que la sexualité je pense que ce que décrit le mieux notre espèce c’est plutôt le droit. On pourrait croire que c’est le symbolisme, et c’est ce que laisse conclure le développement de la pensée chez l’enfant traduit bien cette singularité (si elle existe vraiment) avec des mécanismes bien précis que l’on peut disséquer, des acquisitions de schèmes, etc. mais ce qui nous caractérise avant tout c’est la capacité à juger. 
           
          Mais au fait, formons-nous vraiment une espèce unique et osons le mot... une race unique ? Pourquoi ce qui est admis volontiers pour toutes les espèces serait interdit au point d’être même inconcevable nous concernant ? Voilà une fausse question bien entendu... et je n’exprime ici aucune opinion puisque le racisme est un délit chez nous mais il semble bien que les chercheurs, du moins quand ils sont autorisés à exprimer leur point de vue (donc pas chez nous) ne sont ni unanimes, ni nécessairement eux-mêmes tous tranchés sur le sujet puisqu’à l’évidence le cours de l’évolution humaine a fait apparaître des peuples avec des différences qui dépassent de loin les considérations phénotypiques. Peut-être que si nous parvenions à dépasser la question de celle de la hiérarchie, alors nous pourrions alors commencer à considérer ces différences pour ce qu’elles sont réellement, à savoir des complémentarités. La nature (oui, je sais, l’appel à la nature...) le fait bien naturellement. 

          Pas si étrange que ces questions resurgissent régulièrement (les Pirahas, les Sentinelles...)... probablement parce que depuis plusieurs millénaires déjà, elles nous posent un problème existentiel : et si cette singularité, cette supposée exception à laquelle nous (en temps qu’être collectif) nous (r)accrochons coûte que coûte, de gré ou de force, n’était pas fondée scientifiquement ?
          Notre droit, son double-rôle de garde-fou et de censeur est une bien étrange émanation de notre évolution. Il permet un ordre mais il est également un frein aux libres pensées et expressions. 


        • 4 votes
          Heron Heron 24 janvier 11:52

          Le présent est la seule réalité à notre portée, le bonheur est dans l’instant présent..

          Malheureusement pour ces tribus autochtones, le nouveau président d’extrême droite Bolsonaro a promis d’ouvrir les terres autochtones à l’exploitation minière et à d’autres activités économiques (agriculture, déforestation, ect..), promettant d’anéantir presque toutes les législations environnementales et pro-indigènes et déclarant : Les minorités doivent se plier à la majorité et doivent s’adapter ou simplement disparaître.  smiley


          • 3 votes
            Gollum Gollum 24 janvier 12:04

            @Heron

            Et le plus drôle c’est qu’il a été élu avec les voix des chrétiens qui prouvent par là même qu’ils sont de nouveau à côté de leurs pompes... Mais on a l’habitude.

            Ceci dit c’est gravissime. 


          • 3 votes
            Belenos Belenos 24 janvier 13:11

            @Gollum
            C’est là-bas que nos antifas devraient aller se battre. 


          • 1 vote
            barbarello 24 janvier 13:28

            @Belenos

            Vous êtes taquin  smiley 


          • 2 votes
            Zatara Zatara 24 janvier 13:39

            @Belenos
            ...comme si les antifas avaient intégré et compris un quelconque fond idéologique... même un nazillon est moins con, c’est dire....


          • 2 votes
            Zatara Zatara 24 janvier 13:43

            @Belenos
            alors, allez se battre pour protéger des indiens... Remarque, si vous leurs dites que les locaux, c’est comme des Na’vi... encore que y’en aura encore pour dire que le bleu , c’est la couleur de la police, et que donc, ce sont les indiens les fachos....


          • 1 vote
            barbarello 24 janvier 13:58

            @Zatara

            Ce que j’aime bien dans l’idée que les antifas aillent là bas remplir leurs besognes vertueuses, c’est qu’il y a là bas des insectes et araignées vénéneux gros comme une assiette, des jaguars, des serpents de 6 mètres de long, ...   smiley 


          • vote
            Heron Heron 24 janvier 14:22

            @Belenos
            Ma parole, mais ils t’obsèdent ces antifas, on dirait bien que j’ai trouvé ton talon d’Achille..  smiley
            Donc ces "ultra-cons, débiles, sauvages, brutes" auraient finalement une utilité contre l’extrême droite au Bresil  smiley
            Remarque, ces antifas pourraient te rétorquer que concernant l’extrême droite en France, il vaut mieux prévenir que guérir... smiley
            Allez, j’arrête..  smiley


          • 2 votes
            Belenos Belenos 24 janvier 14:43

            @Heron

            "Donc ces "ultra-cons, débiles, sauvages, brutes" auraient finalement une utilité contre l’extrême droite au Bresil"

            Les antifas "ultra-cons, débiles, sauvages, brutes" sont les agresseurs qui ont tabassé en bande une personne qui ne leur avait causé aucun tort. Un grand nombre d’antifas sont seulement stupides. Dans tous les cas, un stage dans un pays où ils pourront se confronter réellement avec ce qui ressemble le plus au "fascisme" sur lequel ils fantasment pourra leur mettre un peu de plomb dans l’aile (ou dans la cuisse). 


          • 3 votes
            Zatara Zatara 24 janvier 14:43

            @Heron
            Donc ces "ultra-cons, débiles, sauvages, brutes" auraient finalement une utilité contre l’extrême droite au Bresil

            L’utilité des antifas est de tout premier ordre aujourd’hui, à plusieurs niveaux politiques et pseudo sécuritaire... De mon point de vue, c’est une police politique, bien évidemment à une plus petite échelle, mais largement compensé par les outils numériques aujourd’hui...

            Remarque, ces antifas pourraient te rétorquer que concernant l’extrême droite en France, il vaut mieux prévenir que guérir...

            Et il suffit donc de déclarer tous les opposants d’extrême-droite pour justifier des ratonnades (toute ressemblance avec la situation actuelle ne saurait être que fortuite...). De quoi introduire la notion de "ratonnade préventive" smiley


          • vote
            Belenos Belenos 24 janvier 14:46

            Je voulais dire "du plomb dans la cervelle", mais "du plomb dans l’aile", c’est amusant aussi, vu qu’ils se prennent pour des anges. 


          • vote
            beo111 beo111 24 janvier 14:47

            @Zatara

            Tout-à-fait, selon moi il s’agit de néo-faisceaux.


          • 1 vote
            Heron Heron 24 janvier 14:55

             smiley smiley smiley

            Désolé l’auteur pour ce fil à la con, c’est pas moi qui ai commencé..



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès