• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > JAMEL, GAD et ARTHUR ont-ils plagié des comiques américains ?

JAMEL, GAD et ARTHUR ont-ils plagié des comiques américains ?

Un youtubeur anonyme et passionné de stand-up démontre depuis quelques semaines que certains de nos humoristes ne sont que des plagiaires. À son tableau de chasse, entre autres : Jamel Debbouze, Gad Elmaleh et Arthur... A vous de juger.

Tags : Fun Humour Polémique




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 15 votes
    Norman Bates Norman Bates 26 octobre 11:00

    Voila un article particulièrement perfide à charge contre la fine fleur de nos "humoristes", ces esprits vifs, acérés, subversifs, dignes héritiers de la gaudriole à la française...

    Avocat des causes perdues et indéfendables, je m’élève avec vigueur contre ces odieuses accusations, ce procès illégitime en plagiat...
    Humoriste, un métier où il y a beaucoup d’appelés et peu "d’élus"...oui, que des "élus" ou des éléments affiliés, certes, tel le cheptel bigarré du sans froc Debbouze, repris de justesse après avoir flirté avec l’Indicible, mais glissons...
    Du plagiat.. ? balivernes ! ces détaillants du rire se fournissent auprès de la même centrale d’achat, ils font commerce des mêmes produits dûment labellisés, certifiés, autorisés, il n’y a en stock que des AOC garanties sans particules fines, sans substance nocive pour le cerveau du client...la santé du consommateur serait quantité négligeable.. ? 
    Ils glissent sur la même piste de ski correctement balisée où l’écart vers l’Abominable est impossible, mais pas la collision de spatules sur un filon unique avec des trajectoires jumelles, parallèles, et de possibles répétitions purement fortuites...des accidents qu’on ne peut assimiler à un délit, encore moins à un crime, et surtout, loin du Crime des Crimes...
    L’Insoutenable est ailleurs...ce sont ces humoristes, ou dois-je dire "cet" humoriste qui s’aventure dans le hors piste...oh certes, il ne peut être couvert de l’opprobre plagiaire, il est solitaire, glissant d’un élan indigne sur toutes les convenances, défiant le consensus de la corporation...l’imposante corpulence du vandale saccage la santé mentale de ses clients, il y a mise en danger de l’esprit d’autrui, et personne ne moufte...
    On s’attarde sur des voleurs à l’étalage et on laisse sévir un génocidaire, ah elle est belle notre société.. !

    • 7 votes
      Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 26 octobre 14:19

      Je pourrais entrer dans ce "débat" en pointant d’un doigt inquisiteur la propension d’une certaine communauté à s’approprier systématiquement le travail et le fruit du travail des autres, c’est dans leur religion, leurs moeurs, leur logiciel "et ils seront les laboureurs de la terre qui te donneront à manger, ils seront les vignerons qui te fourniront ton vin", on se souvient tous d’Albert Einstein et Poincarré, des plagiaires célèbres comme Gainsbourg, sans parler des innombrables escrocs à la $hoah et de l’usurpation identitaire d’un certain Elie Wiesel, mais je ne le ferai pas, n’est pas judéocentré qui veut, suivez mon regard.
      .
      Kev Adams plagie Fernand Raynaud mais il a une bonne excuse, il ne le sait même pas, faute de culture.
      .
      Non, je veux poser la question suivante : Comment s’en étonner quand on sait que l’homme est le champion du monde du recyclage, pas en tout, surtout quand ça pollue un maximum, mais quand il atteint ses limites, notamment en culture, en art, en musique comme en littérature, en cinéma comme en théâtre, comment faire pour dépasser ses propres limites à l’infini à force de surenchère dans tous les domaines ? Impossible, d’aller plus loin dans le bruit organisé que la techno hardcore, à moins d’imaginer une bande son uniquement composée de marteaux piqueurs et autres scies circulaires sur fond de cornes de brume de remorqueur, sauf si une évolution inattendue de l’oreille humaine pour ces sons cacophoniques survenait subitement, cette musique n’aurait aucun avenir viable à part pour certains secoués du bulbe, puristes, élitistes, donc pas commercial, alors on fait pour les masses, du vieux avec du neuf et du neuf avec du vieux, c’est indépassable.
      .
      Dans une société de surconsommation fast food dans l’immédiateté qui privilégie la quantité à la qualité , les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle n’ont plus cours, surtout depuis l’avènement massif d’internet, ce qui tourmente d’ailleurs bon nombre d’artistes installés depuis l’âge d’or des royalties qui tombent comme une manne céleste à partir d’un seul tube, au hasard, born to be alive d’Hernandez, qui, bien qu’il aie souhaité être connu pour son travail dans son ensemble, actuel et passé, ne doit sa confortable situation financière qu’à cette seule chanson qui lui rapporte toujours des thunes 40 ans après, on à tous en tête Metallica qui montait au créneau pour faire fermer Napster. Donc c’est la fin du monopole des idées et de la privatisation des oeuvres dans un sens large, ce qui n’est pas un mal en soit car c’est le début de la fin de la starisation planétaire, il n’y aura plus jamais de Michael Jackson, ni de Prince, il y en aura tellement (suffit de voir les talents phénoménaux, anonymes et de plus en plus jeunes qui foisonnent sur le net, dans des domaines réservés jusqu’ici à des élus chanceux, je pense à ces gamins de 8 ans, musiciens, qui jouent déjà mieux que Joe Satriani au sommet de son art ou cette gamine japonaise qui ferait passer Dave Lombardo pour une brêle à la batterie) qu’aucun ne parviendra plus jamais au statut d’icône ou de demi dieu vivant, tous les prétendants à la célébrités ne seront plus que condamnés à être des étoiles filantes parmi des millions et plus jamais Ze Star of Ze Century or All Times.
      .
      Ce qui, je trouve, n’est pas plus mal in fine, on reviendra peut être à une forme d’humilité mais rassurez vous, les fans qui se prennent pour Johnny au point de vivre comme lui, il y en aura toujours, des suiveurs et des glands, il y en aura toujours, sauf si l’humanité passe à l’eugénisme pour sa propre survie, nous n’en prenons pas le chemin, les cons seront toujours dominants et pour longtemps, et comme nous sommes tous le con de quelqu’un, je vous laisse entrevoir la magnifique perspective d’avenir glorieux que ça présage pour tout le monde ...

      .
       


      • 3 votes
        Joe Chip Joe Chip 28 octobre 11:51

        @Gaston Lagaffe

        Sur l’évolution musicale, tu as raison, le rock et la pop sont des continents largement défrichés et en fait on est tombé dans la redite et le pastiche à partir de la récupération commerciale du grunge qui aura été la dernière évolution authentique du rock, en tant qu’expression musicale, culturelle et sociale.

        Aujourd’hui, c’est la nostalgie qui marche : les gens veulent se replonger dans leur enfance et leur adolescence et réentendre quelque chose de connu, et tout le monde a en réalité trouvé son compte dans ce nouveau modèle économique, les musiciens, les groupes installés qui peuvent engranger les royalties et multiplier les tournées de rentier, et les producteurs qui n’ont plus de gros investissements à faire. C’est très régressif, on est très loin de l’ambition artistique des années 60 à 80.

        Il y a 30 ans, un gamin mal dans sa peau comme Prince se retirait dans sa piaule et apprenait patiemment à sublimer son malaise dans l’apprentissage d’un instrument et en absorbant tout le bagage musical des générations précédentes. La transmission avait un rôle fondamentale, on révérait les maîtres et les anciens tout en aspirant à les dépasser. Si les revendications et l’habillage du rock étaient libertaires, ses ressorts fondamentaux avaient beaucoup plus à voir avec la tradition musicale venue du fond des âges : apprentissage, reprise, transformation... 

        Et puis il y a quelque chose qui est aujourd’hui tombé dans l’implicite et le non-dit : la plupart des musiciens de rock étaient issus de la classe ouvrière ou de la petite classe moyenne, d’où ce côté mal élevé, vulgairement opportuniste du mâle blanc moyen se vautrant dans le sexe et la drogue à la première occasion, dès qu’ils commençaient à toucher un peu de pognon ou qu’une groupie se présentait avec les cuisses offertes. 

        Or, aujourd’hui, la musique est faite surtout par des petits bourgeois qui ont tous des "univers", comme on dit, mais qui fondamentalement n’ont plus rien à raconter parce qu’ils n’ont rien vécu. Forcément, quand on n’a aucun problème de compte en banque et aucun problème pour tirer des coups, les motivations et les sources d’inspiration évoluent. Sans porter de jugements de valeur, si la musique a conservé formellement un cachet ou une esthétique rock, le lien avec cette énergie fondamentale, à cette pulsion née de la pauvreté et de l’expérience de la misère sexuelle, de l’urgence à devenir quelqu’un, à faire du fric - bref, du blues originel - a complètement disparu. Et on préfère se le rappeler d’autant plus que l’on sait qu’il a disparu. Et en fait, on finit même par préférer le confort de ce rappel nostalgique, au moyen d’une liturgie rock devenue creuse ou caricaturale, que de continuer à creuser le sillon en faisant ses gammes, en vivant, en souffrant, en apprenant. 

        Donc finie les histoires de petits mecs blancs révoltés, cyniques et drogués détruisant des chambres d’hôtels, tirant des petites bourges encanaillées et cramant leurs années comme des gamin craquant des allumettes, sans but, sans interrogation, juste parce que l’on est fasciné par le crépitement de la flamme.  

        Quant aux prolos, ils ont revu leurs ambitions à la baisse : s’ils ne se satisfont pas de faire les singes et d’être humiliés par des artistes-barons de la SACEM dans des émissions de télé-réalité, ils se contenteront désormais de la version moderne du télé-crochet ou de l’eurovision, pour être d’honnêtes tâcherons.


      • 3 votes
        L'Equatorien L’Equatorien 26 octobre 16:13

        Ce que vous êtes mauvaises langue (de pute)
        ^^
        Y a pas plagiat ! Non, y a pas ....
        ^^
        Ce sont en preuves vidéo que les idées humaines peuvent se retrouver à la fois et à peu près au même moment, à plusieurs endroits à la fois et même, j’irais encore plus loin, presque simultanément sur des continents différents, nous avons des exemples archéologiques flagrants, et ça fera taire une fois pour toute les fantasmes de ceux qui boivent les paroles de gens comme Grimault, les pyramides et les similarités architecturales qui ont traversé les siècles et les millénaires.
        ^^
        Voilà, pas besoin de chercher plus loin, une idée est dans l’air et se fait capter par les cerveaux de ceux qui les cherchent. CQFD

        ^^
        Pas besoin de devenir antisémite pour si peu et chier dans la gueule d’Arthur en plus d’en remettre une couche sur ce pauvre handycomic de Jamel. Tas de nazis va !


        • 1 vote
          gerfaut 26 octobre 18:08

          Faire rire avec les blagues d’un autre... Pas si facile. Même en piquant les histoires des autres, ils ne sont pas si drôles...


          Surtout quand on est face à celui qui est dans le miroir dans la salle de bains... : t’as été drôle aujourd’hui ? Ben non... Et hier ? Non plus.... Et demain ?.. En général, c’est seul devant le miroir à l’abris des regards qu’on s’exerce pourtant et qu’on progresse. Là, c’est pas possible. Plus d’échappatoires.

          Les amis : qu’est-ce que t’as été drôle aujourd’hui... Les parents...etc.. Mais toi, tu sais.

          On ne doit pas rigoler tous les jours... Faire rire, c’est personnel.

          On se fait passer pour ce qu’on est : pas drôle.

          • 2 votes
            Djam Djam 26 octobre 21:23

            Il est bien possible que ces amuseurs de fin de dîner aient plagié... mais sérieusement, que ce soit les américains qui soient à l’origine de ces sketches, cela ne change rien à leur vacuité. Je me suis souvent demandé comment et pourquoi des milliers de gens rient à des blagues souvent grossières et en tout cas très ordinaires sans ce rendre compte qu’on les prend pour des crétins.

            Le niveau d’inculture de la quasi totalité des amuseurs (qu’on s’évertue à appeler humoristes alors que leur humeur est d’une médiocrité à pleurer) est tel qu’on ne peut qu’en déduire qu’ils sont bel et bien le symptôme d’une société (occidentale) en phase terminale. C’est creux, c’est bête, c’est sans aucun intérêt, ça vole des heures de vie précieuse à des milliers de gens et ça ne sert à rien contrairement à ce que les amuseurs s’entêtent à affirmer.

            Qu’ils le sachent : s’ils n’existaient pas notre vie serait la même... ils ne servent à rien. Une bonne tranche de rigolade se prend n’importe où, n’importe quand pour qui sait juste observer le monde. Pas besoin de payer des histrions pour ça.


            • 2 votes
              goc30 26 octobre 22:30

              Ne pas oublier que celui qui est le plus mis en cause dans cette affaire de plagiat (T. Sisley) est un coutumier du mensonge. N’a-t-il pas affirmer à ses débuts, pour "agrandir" son public, être 50% juif et 50% arabe, alors qu’on apprenait quelques temps plus tard, que son coté "arabe" était plus que réduit et surtout bien inférieur aux prétendus 50%.


              • 3 votes
                QAmonBra QAmonBra 26 octobre 22:55

                Merci @ l’auteur pour le partage.


                Désolant mais logique, dans le microcosme politico-merdiatique que nous subissons, pour quel motif les amuseurs publiques du système, échapperaient ils à la standardisation de la pensée nous venant d’outre atlantique ?

                En tout cas voila une info qui va fendre la poire de Dieudo et peut être même lui inspirer un sketch, à moins que cela finisse de l’écœurer et précipite sa retraite au Cameroun !

                Quand je pense qu’il y a seulement quelques décennies, l’humour U$ ne faisait pas rire le français lambda, cela vous laisse rêveur. . . 


                • 2 votes
                  Heimskringla Heimskringla 27 octobre 09:17

                  Quand je te dis qu’ils n’ont jamais rien inventé.


                  • 1 vote
                    joelim joelim 27 octobre 20:31

                    En fait, ça nous amène à penser que sans ça cela aurait été bien pire. Manger un Mac d’eau c’est meilleur que la soupe à la grimace, tout est relatif. Et il faut bien pourvoir les postes de remplaçants amuseurs de kermesses du 3ème âge...

                    Et Timsit, il n’y a rien sur lui ? Il aurait trouvé ses histoires de sous-toto lui-même ? Et Anne Romanoff, ne me dites pas qu’elle a inventé les insanités grossières qu’elle profère elle-même ? Ça c’est pas impossible remarque. Même les américains ne vont pas jusque là. smiley 



                    • 1 vote
                      Et Hop ! 28 octobre 13:38

                      Article anti-sémite, que fait la modération ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès