• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

njama

njama

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
  • Modérateur depuis le 11/06/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 1077 94
1 mois 0 4 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions










Derniers commentaires




  • 1 vote
    njama njama 1er novembre 18:07

    @Doctorix
    La grippe, c’est 8 à 15,000 morts annuels. Il est où, ce grand fléau ?


    Nulle part, on serait bien en peine de le trouver mêmes avec ces chiffres qui circulent dans les médias car la réalité tourne autour de 400 à 500 décès par an (sic).

    Les données du CepiDC (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales des décès)

    (organisme dépendant de l’inserm) indiquent entre 2000 à 2008, un nombre de décès dus à la grippe « estimé » à 437 par an avec une moyenne d’âge à 82 ans (source BEH) alors qu’officieusement on avance le chiffre fantaisiste de 1 500 à 7 000 morts annuels.
    Pour l’année de la grippe "pandémique", les décès s’élevaient à 349 avec une moyenne d’âge à 59 ans.
    Dr Marc VERCOUTERE
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quel-est-le-reel-benefice-risque-128438

    431 décès par an entre 2005 et 2014

    « Ces chiffres, je me répète, comptabilisent tous les certificats de décès sur lesquels le médecin a mis “grippe” comme cause de décès. Point de supposition statistique ici. Du comptage pur et dur. Et le CépiDc comptabilise tous les certificats de décès. Il n’y en a point qui lui échappent. »

    « Voilà. Entre les 9000 de moyenne de l’INVS et les 431 de moyenne du CépiDc (j’oublie les 18200 de la presse) il y a un écart assez abyssal. Tellement abyssal que même notre ministre de la santé n’ose plus poser un chiffre sur la table dans ses communiqués de presse. »

    source : Blog Chronique d’un jeune médecin quinquagénaire 16 janvier 2017 Pourquoi les chiffres de mortalité grippale sont incompréhensibles.

    https://30ansplustard.wordpress.com/2017/01/16/pourquoi-les-chiffres-de-mortalite-grippale-sont-incomprehensibles/

    Même en y ajoutant les décès dus à la grippe, 1890 en 2015 et 915 en 2016, la moyenne plafonne à 593 décès /an entre 2005 et 2016, la très grande majorité des décès survenant après 75 ans

    (Inserm Cépidc https://www.cepidc.inserm.fr/ > Interroger les données de mortalité > Consultez la base de données > Données détaillées => Valider > France métropolitaine - Année de décès - Maladies de l’appareil respiratoire - grippe)



  • vote
    njama njama 31 octobre 23:45

    Et la circoncision du huitième jour ça marche ? pour la santé sexuelle et mentale ?



  • 7 votes
    njama njama 31 octobre 16:03

    126,8 millions d’euros en 2018 le coût de l’homéopathie pour la Sécurité sociale soit moins d’1% du coût total des remboursements de médicaments.

    Le chiffre d’affaires de Boiron en 2018 s’élève à près de 604 millions d’euros, celui de SANOFI-AVENTIS GROUPE 2 850 000 000,00 € sur la même année 2018, celui de SERVIER à 2 015 876 700,00 € ...

    La dame Buzyn avait sûrement besoin de récupérer quelques dizaines de millions d’€€€€€ pour financer les prochaines campagnes de vaccinations avec les vaccins contre les papillomavirus aux coûts prohibitifs qui flirtent avec le charlatanisme car ils ne protégeront jamais contre le cancer du col, ni celui de la sphère ORL ou de ceux du trou du cul parce que le lien de causalité HPV / cancers n’a jamais été établi ni démontré nulle part.

    S’attaquer à l’homéopathie c’est petit, mesquin, quand on constate combien le ministère sait être impécunieux dans des domaines qui ne sont même pas des problème de santé publique tant le nombre de cas est faible.

    « Or, le cancer du canal anal et celui de l’anus ne représentent que peu de cas. En France, en 2015, on comptabilisait 285 cas de cancer du canal anal avec 60 décès[5], alors que le cancer de la prostate avoisine 48.000 cas dont 8.000 décès, ou celui du poumon chez les hommes 32.000 cas et 21.000 décès[6]. De plus, ces cancers sont liés à des groupes à risques : les personnes sous traitement immunodépresseurs, chez qui le risque est multiplié par cinq, et surtout les personnes pratiquant le sexe anal passif, pour qui les risque est 60 à 90 fois plus élevé. D’autres facteurs que le VPH sont également asociés à ces cancers : la séropositivité par le virus HIV, le tabagisme et le nombre de partenaires sexuels. En l’absence du moindre lien de causalité, la seule chose que l’on peut actuellement affirmer, c’est que le VPH est un marqueur d’activité sexuelle importante, susceptible comme les micro-traumatismes répétés et les autres infections sexuelles transmissibles, de maintenir un terrain inflammatoire chronique prédisposant au cancer. La recommandation du vaccin anti-VPH est ici à nouveau hasardeuse.

    Là où le marketing des labos exprime son génie, c’est qu’il fait passer un produit pour lequel il n’existe pas la moindre démonstration d’efficacité et qui ne concerne qu’une petite minorité de personnes à risques pour un bien indispensable à tous, objet d’une revendication identitaire et égalitaire. »

    [6] Jéhannin-Ligier K et al., « Projection de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine en 2017 ». Rapport technique : www.santepubliquefrance.fr et www.e-cancer.fr

    source : « L’ANTI-PAPILLOMAVIRUS ? comment vendre un vaccin qu’il faudrait INTERDIRE » auteure Senta Dupuyt, PAGE 51, NEXUS N° 120 / janvier-février 2019.



  • 8 votes
    njama njama 31 octobre 15:35

    Au pays de Descartes les cures thermales – ce n’est que de l’eau camarade ! – (105 centres conventionnés par la Sécurité sociale fréquentées par quelques 500.000 curistes) bénéficient de remboursement de la sécurité sociale et il est très probable qu’elles le resteront simplement parce que c’est un secteur économique important avec restauration, tourisme, hôtellerie et nombre d’emplois qui profite surtout à quelques grands groupes. Une industrie en quelque sorte…
    Vu sous cet angle, les médecins homéopathes et Boiron en chiffre d’affaires c’est de la piétaille.
    L’attaque orchestrée contre l’homéopathie est certes idéologique et prélude peut-être/probablement de prochaines attaques contre des médecines alternatives/douces.

    Tout récemment d’ailleurs le CNOM a mis le dernier clou sur le cercueil car après le déremboursement de l’homéopathie et la fermeture de plusieurs diplômes universitaires dédiés, voilà que le 3 octobre dernier il annonçait que désormais le titre d’homéopathe ne sera plus délivré aux futurs médecins !
    https://www.conseil-national.medecin.fr/publications/communiques-presse/droit-titre-lhomeopathie



  • 5 votes
    njama njama 21 septembre 14:04

    encore un crime lâche des terroristes sionistes ...

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris







Palmarès