• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/08/2019
  • Modérateur depuis le 02/09/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 28 1799 976
1 mois 0 169 0
5 jours 0 24 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 44 26 18
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires




  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 21 février 20:39

    - Le conführer dit « Tout le monde il l’est Français. Cela ne veut plus rien dire ». Donc, pour retrouver du sens, tous les Français ne peuvent pas être Français, il y’a les authentiques et les factices. Le "nous", les "vrais français", ceux qui respectent la Nation, ses valeurs, ses symboles, son ordre contre un "eux", les étrangers, les "faux français", les musulmans et les collabos d’islamo-gauchistes. Ce qui est intéressant, c’est qu’en remontant le fil du XIXème siècle jusqu’à nos jours, on retrouve la permanence de ce discours dans une frange du spectre politique qui s’arroge le droit de décréter qui fait partie du peuple et qui il faut en exclure, ce sont juste les cibles et les anathèmes qui changent mais le principe est rigoureusement le même lorsqu’il s’agit de construire un ennemi intérieur. Après tout, ce n’est pas le conführer Nazional pour rien. smiley

    - La loi islamique une notion de droit dit-il. Alors, je rappelle qu’il n’existe en France qu’un seul système juridique en vigueur, celui de la Vème république. Et c’est cette lui qui permet de faire la distinction entre le légal et l’illégal. Il n’existe donc pas de lois juridiques véganes, communistes, chrétiennes, rastafaris ou islamiques. Ce n’est pas là mon opinion, c’est un fait juridique. Donc, forcément, en France la charia ne peut pas être autre chose que les normes et les règles édictés par la religion que chaque croyant s’impose à lui-même. Religion qui relève donc logiquement de la foi. Raison pour laquelle je réponds en toute logique « Est-il anormal pour un croyant de considérer que sa foi et les éléments qui la constituent soient plus importants que tout ? » Maintenant s’il existe des gens qui estiment qu’il existe des lois juridiques par essence ou par nature, moi ce n’est pas mon problème, ils ont le droit de croire en ce qu’ils veulent, même aux licornes volantes si ça les chante, moi j’essaie ici d’argumenter raisonnablement.

    - Chose marrante, le conführer Nazional décrète qu’une écrasante minorité ce serait entre 0 et 5%. Nan mais c’est comme ça, c’est le chef et en tant que tel, il connait les lois de la nature et de l’histoire, s’il dit ça, c’est que c’est vrai, les dégénérés d’islamoputes comme moi n’ont d’autres choix que de s’y soumettre, et si je mets derrière écrasante majorité des ordres de grandeurs différents des siens, c’est que je suis malhonnête. smiley

    -Tout le reste, comme je le prévoyais, c’est de la diversion. Il revient sur les 44% des Français musulmans qui soutiennent la loi interdisant le port de signes religieux dans les écoles, en faisant comme si je n’avais pas répondu précisément sur ce point. Il embraye avec d’autres types de considérations comme la loi sur la burka, les cours de laïcité ou à une épreuve à faire passer aux profs, des choses qui n’ont strictement rien à avoir avec la loi de 1905. C’est le mode de fonctionnement de ces gens, quand on ils sont coincés à un endroit, ils sautent vers plusieurs autres à la foi selon le principe du mille-feuille argumentatif.

    Et après il part dans des digressions sur les musulmans auquel il parle, il vaut le détour cet argument. Ah ben moi aussi j’ai parlé à Momo donc j’ai raison smiley

    . Et ça termine en apothéose avec le « diaboliser toute critique par nazification de l’interlocuteur » smiley . Alors que le gus a été le premier à m’associer à l’islamisme, maintenant il chouine parce que je l’associe au nazisme, au-dessus c’est le soleil comme dirait l’autre. Que ces gens-là adorent se victimiser à la limite je veux bien l’entendre, mais le plus incohérent, c’est que ce sont aussi les premiers à être vent debout contre la victimisation, eux ils ont le droit mais pas les autres ... smiley




  • 3 votes
    maQiavel maQiavel 21 février 18:23

    Commençons par ceci : « oh qu’ils sont gentils, ils daigneraient accepter de vivre chez nous selon notre loi, comme quoi il faut arrêter hein. Lol »

    Alors là je dis effectivement un grand LOL. Les musulmans de nationalité française ne vivent pas chez NOUS, ils sont chez EUX comme n’importe quel Français et les lois de la France sont LEURS LOIS, et en tant que telles, ils ont le droit comme n’importe quel citoyens de participer aux débats civiques en de les discutant, en s’y opposant ou en proposant des modifications voire carrément de nouvelles normes COMME TOUT LE MONDE. Que le conführer veuille les rejeter en dehors de la communauté nationale n’y change rien, ce n’est pas une opinion, ici et maintenant c’est un fait juridique. Effectivement c’est un point qui dit tout, qui montrent bien l’antagonisme radical entre lui et moi puisque je ne les considère pas comme un ennemi intérieur à rejeter. 

    Deuxième mise au point, si on veut parler de la laïcité rappelons que ses références normatives à privilégier sont la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, et la Constitution. Donc la laïcité dans la vie quotidienne, je ne sais pas ce que c’est, en régime de séparation, c’est l’Etat qui est laïc, pas les individus. 

    Maintenant que ces mises au point qui vont le faire taper du pied comme un enfant en colère qui n’a pas reçu ses bonbons, avançons sur ceci   « Les gamines qui se font faire des certif médicaux pour le chlore à la piscine, les gamins qui refusent des minutes de silence pour un koufar, 22% des 15-17 ans muz qui ne condamnent pas le massacre de toute une rédaction pour un simple dessin... Bien entendu, tout cela n’existe pas. C’est le "confuhreur" qui l’invente pour "créer de l’émotion". » Le conführer n’invente pas. Il énonce d’une part des faits divers et d’autres part reprend un chiffre de 22% des 15-17 ans … qui représente précisément une écrasante minorité. Donc ce que le conführer fait ici, c’est diversion puisque son propos ne répond en rien au mien.

    Continuons avec ça « Pour les jeunes, 57% estiment que la charia est plus importante que la République. » J’attendais de pied ferme ce sondage que j’ai d’ailleurs lu dans le plus grand des détails depuis des mois ( à lire ici au complet en téléchargeant le document, sans les titres alarmistes du Point). Et donc ? Est-il anormal pour un croyant de considérer que sa foi et les éléments qui la constituent soient plus importants que tout ?  smiley Moi-même je considère que ma foi est plus importante que la République, et ce, sans la moindre hésitation ( en vérité, ça m’étonne même qu’on ne soit pas proche des 100 %, je ne comprends même pas comment un croyant peut mettre un régime politique au-dessus de ses convictions religieuses mais soit). Ce qui ne m’empêche pas d’être attaché à la laïcité puisque précisément elle permet aux croyants de vivre leur foi avec le moins d’ingérence étatique possible.

    Et c’est pourquoi, dans l’étude la plus complète menée sur les musulmans de France à ce jour, celle de l’IM, on relève que 74 % des musulmans de France valorise leur foi comme un élément privé et non politique. Parce que c’est ça la laïcité dans le régime de séparation né en 1905, ce n’est pas le fait de mettre dans son cœur la République au-dessus de Dieu mais de ne pas faire intervenir ses croyances dans le champ politique. Mais poursuivons avec ce sondage IFOP, ça va encore plus loin. A la question « Personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à la loi de 1905 qui garantit le libre exercice des cultes et impose le principe selon lequel l’Etat ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte », 87 % sont favorables, on est même largement au-delà de l’étude de l’IM. Ce qui constitue bel et bien une écrasante majorité.

    Quant à la loi de 2004 qui ne recueille que 44 % d’assentiment de la part des sondés musulmans, précisons que s’opposer à cette loi n’est pas s’opposer à la laïcité, pour la simple raison qu’elle marque une rupture au régime de séparation. Ce n’est pas moi qui l’invente, lire à ce sujet Stéphanie Hennette-Vauchez dans « Séparation, garantie, neutralité... les multiples grammaires de la laïcité » on peut lire au point « De la neutralité des personnes publiques à la neutralité des personnes privées » ceci  :  « La loi du 15 mars 2004 marque assurément de ce point de vue une rupture : c’est en effet la première fois qu’un texte prescrit clairement une obligation de neutralité religieuse pesant sur des personnes privées (les élèves des écoles, collèges et lycées publics) au nom du principe de laïcité (…). La loi marque bien une rupture par rapport à l’état antérieur du droit : les formules, administratives et contentieuses, qui prévalaient jusque-là ne souffraient en effet aucune ambiguïté et affirmaient que le fait pour les élèves de manifester leur appartenance religieuse à l’école ne contrevenait pas au principe de la laïcité et qu’il en allait, en toute hypothèse, de leur liberté religieuse (CE, avis, 27 nov. 1989, n° 346893 ; CE, 2 nov. 1992, Kherouaa, n° 130394). » En fait, on pourrait même s’opposer à cette loi au nom de la laïcité pour revenir à un état antérieur du droit (je précise que ce n’est pas mon cas, je suis en faveur de cette loi, mais il ne serait pas du tout contradictoire de le faire). 

    La vérité, c’est que tout ce que je dis ici sur la laïcité, le conführer s’en contrefiche, ce qui l’intéresse ce n’est pas la laïcité d’ailleurs, c’est la Francité, donc des questions cultures qui n’ont rien à voir avec la loi de 1905. Ce qui est son droit. Mais dans ce cas, qu’il arrête d’utiliser l’argument de la laïcité dans sa propagande. Mais bon, l’islamopute que je suis réponds juste pour l’observer maintenant partir en diversion … smiley 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 21 février 16:46

    @perlseb

    « Les constitutions sont parfaitement anti-démocratiques »

    C’est le mot. L’antidémocratisme a atteint un niveau de perfection dans une constitution qui décrit par ailleurs la République française comme démocratique. Moi, ces quenelles oligarchiques me font rire, faut avouer que les mecs ont le sens de l’humour smiley

    « Etienne Chouard doit se morfondre de plus en plus ».

    Aucune raison de se morfondre, au contraire, cet état de fait ne doit qu’augmenter la combativité de ceux qui veulent changer les choses. Plus les choses sont catastrophiques, plus ça valide ses analyses. Et même s’il se morfond, d’autres continueront le combat. La vie est un combat. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 21 février 16:24

    @pegase

    Il y’a tellement d’approximations historiques dans ce qu’elle raconte qu’elles seraient trop longues à relever. Je ne prendrai que quelques exemples. En Iran, en 1979 de nombreuses mouvances et partis se sont convenu de renverser le régime dictatorial du Shah. Pas juste la gauche. Créer des racines à l’islamo gauchisme sur cette base n’est donc pas pertinent. Le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan ne s’est pas déroulé en une seule journée. Il a pris au moins 8 mois : du 15 mai 1988 jusqu’au 15 février 1989. Le fait que cette dernière date suive celle de la fatwa de Khomeini n’en fait pas une coïncidence ni des événements reliés. Là c’est abracadabrantesque. C’est tellement grotesque qu’on se demande pourquoi elle n’a pas évoqué la date du 14 février 1989, date où Khomeini prononce à la Radio sa fatwa contre Rushdie, en allant jusqu’à y voir un obscur rapport avec la Saint-Valentin. Bref, elle raconte n’importe quoi et le fait qu’elle le dise avec autant d’assurance est inquiétant.

    Si on veut vraiment parler sérieusement d’islamo gauchisme et lui donner une existence, il faut s’intéresser à « Le prophète et le prolétariat » de Chris Haman ( texte passionnant au passage) et à ses conséquences historiques. On pourrait aussi s’intéresser à « La théologie de la libération de Ali Shariati ». Et là, on pourrait lui donner la définition suivante : un mouvement révolutionnaire de gauche qui trouve dans l’islam une inspiration dans sa lutte contre le capitalisme et l’impérialisme. Là oui, c’est pertinent, il y’a clairement une conjonction entre la gauche et l’islam politique. Mais le hic, c’est que je ne connais en France aucune personnalité publique de gauche et aucun parti de gauche qui se réclame de l’islam. Et c’est là que les tenants de l’islamo gauchisme vont répondre « ouéééé méééé c’est pas dit ouvertement, c’est insidieux, c’est dans leur intention, dans les non dits, ça flotte dans les airs »  smiley pour continuer à créer du flou autour de cette notion ( et pour cause, un anathème doit avoir un flou sémantique pour qu’il puisse être attribué selon le bon vouloir de celui qui l’utilise).

     



  • 4 votes
    maQiavel maQiavel 21 février 15:49

    Voilà, notre Conführer nazional me traite d’islamo-collabo en utilisant encore une fois au passage la stratégie de l’émotion instrumentalisant les attentats pour me décrire comme immonde sur le plan moral. Sachant que j’ai déjà été traité d’islamo gauchiste, on voit bien comme je le disais que les deux notions sont interchangeables, ce qui est exactement ce que je disais.  smiley

    Pour revenir sur la propagande de ces mouvances ( que le conführer nazional appelle la REALITE en sautant sur sa chaise comme un cabri), ce qui fait son efficacité, c’est le manque total de scrupules de ceux qui en usent. Les mensonges ne sont pas un problème pour eux, même quand on le leur met sous le nez, ils reconnaissent tout au plus des petites approximations et continuent en en inventant d’autres. Par exemple plus haut, le conführer nazional écrit « La laïcité est un concept totalement absurde pour la plupart des représentants de l’islam ». Alors qu’ailleurs il avait écrit « Ils ( les musulmans) n’ont qu’à se démerder pour se structurer eux-mêmes. Le pb est justement qu’ils en sont infoutus ». Donc les mecs ne sont pas structurés mais en même temps ils ont des représentants.  smiley C’est la structuration de Schrödinger, elle existe mais en même temps elle n’existe pas, c’est en fonction de ce qui l’arrange.  smiley

    Pointer cette incohérence dans son argumentation ne servirait à rien. Il va m’accuser de déformer ses propos pour ne pas avoir repris l’intégralité de son post et partir dans d’autres diversions. Alors qu’on voit dans les stats que la grande majorité des musulmans n’est pas opposé à la laïcité telle qu’elle existe depuis 1905 et qu’elle fait de sa foi un élément privé. Mais pour éluder ça, il vaut mieux inventer une structuration de Schrödinger à la tête de laquelle les chefs seraient opposés à la laïcité. Comme ça, ça fait des musulmans un danger.

    Parce que le but est là dans cette propagande, faire des musulmans un corps étranger agressif par essence et menaçant l’identité de la vraie France attaquée et souillée en usant de la rhétorique de l’invasion, de la colonisation et du génocide. Ce ne sont pas les cerveaux qui sont ciblés mais les émotions en vue de créer une angoisse civilisationnelle. Et avec l’ouverture de la fenêtre d’Overton que les coups de butoir de ce discours agressif a créé, on se retrouve avec un gouvernement, qui dans une optique électoraliste se retrouve à flatter ces bas instincts et à nous pondre des lois et des mesures restreignant les droits.

    Le plus effrayant n’est même pas qu’argumenter rationnellement ne sert plus à rien. Le plus effrayant, c’est peut-être que ceux qui s’opposent à cette rhétorique et aux mesures politiques qu’elles provoquent devront peut-être se résoudre à se lancer à leur tour dans ce genre d’opération de manipulation des affects et de mensonges, hypothèse de la reine rouge oblige. Changer de paradigme par nécessité politique et aller sur ce terrain instaurerait définitivement le règne de la bêtise, ce serait une renonciation à l’idée même de citoyenneté, ce serait la démonstration que Bernays et les autres manipulateurs d’opinion ont toujours eu raison en fin de compte ...  smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité