• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/08/2019
  • Modérateur depuis le 02/09/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 28 1820 976
1 mois 0 134 0
5 jours 0 10 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 44 26 18
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires




  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 23 février 22:05

    Je parle de la droite identitaire et lui il lit méchante droite. Je parle de gens luttant contre les discriminations réelles ou supposés et lui il lit gens bien intentionnés. Mon propos devient en un coup de baguette magique de la moraline. Et si je dis que c’est un anathème j’évacue le sujet puisque de toute façon, c’est une réalité. Et lorsque je parle de l’histoire des idées, j’enfume. Et tout ça face à quelqu’un qui dit nommer les choses comme il les vois.

    Il aurait donc fallu que je réponde " oui, vous avez raison, c’est une réalité" pour qu’il voit autre chose que de l’enfumage et des évacuations du sujet. Et il termine en disant " c’est fatigant ". 

    Nan mais ce site est juste extraordinaire.  smiley smiley 




  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 23 février 21:46

    J’aime le petit jeu que le Conführer nazional a lancé même si je ne l’ai lu qu’en diagonale. S’il était vraiment question de gagner du temps, ça devrait se passer comme ceci ( et je vais la faire courte) :

    Quelqu’un : l’écrasante majorité des musulmans ne sont pas opposés à la laïcité.

    Le Conführer nazional : MENTEUR  !

    22 % des adeptes de la religion du pédoprophète entre 15 et 17 ans ne condamnent pas les assassins de Charlie Hebdo. Et écrasante majorité ça veut dire entre 0 et 5 % comme le score de Poutou à l’élection présidentielle. Si je dis que c’est comme ça, c’est comme ça. Parce que moi je connais le REEL, il y’en a qu’un seul réel et je suis son proph … euh … je connais la réalité du réel réellement réel de la vraie réalité vraie parce que je discute avec Abdel du 93 et que sur Fdesouche on a rapporté qu’une retraitée s’est fait poignarder dans une épicerie. Biais de disponibilité ? Encore des saloperies inventées par ces connards d’islamo collabos qui laissent les bas QI des sous cultures africaines venir pondre dans notre belle France, leur rhétorique victimaire n’a pour objet que de museler notre parole et réduire les patriotes au silence. Et l’autre islamopute dégénérée qui ment en prétendant que la bien-pensance islamo-gauchiste totalitaire n’existe pas alors qu’on ne peut plus rien dire. Et cette salope me traite d’anti-islam, affreux anathème simplement parce que je dis que cette religion de bédouin consanguin du désert à bas QI est incompatible avec le notre belle France. Et il dit que l’islam n’existe pas. Déni des réalités. Le REEL VOUS DIS JE.

    Et maintenant, chantez. Plus fort que ça !  smiley



  • 3 votes
    maQiavel maQiavel 23 février 20:28

    @julien

    Je ne vous ai à aucun moment parlé de gens bien intentionnés, de méchante droite ou de lutter contre tous les musulmans ou de haine des musulmans, vous sortez ça d’où  smiley  ????

    Mais puisque j’évacue le sujet, que suis un enfumeur parce que j’essaie de revenir à l’histoire des idées ( ce qui est la première des choses à faire quand il est question de rechercher le sens d’un concept ) et que je suis un malhonnête, on va arrêter là. Et puisque vous pensez que je suis tout ça, ne venez plus me poser de questions. J’ai perdu mon énergie pour rien en essayant de vous répondre, croyant que vous vouliez réellement avoir des réponses à vos questions, la prochaine fois ce sera plus expéditif, restons-en là. 

     



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 23 février 18:57

    @julien

    Il est évident qu’il existe au sein de la gauche des courants qui luttent contre des discriminations réelles ou supposées visant les musulmans parce qu’ils sont musulmans. Il existe aussi des gens à gauche qui s’opposent à l’essentialisation des musulmans. Et ces gens là sont anathématisés en « islamo gauchiste » par deux courants anti-islam  : une droite identitaire et une gauche anti-religieuse. D’ailleurs, c’est même plus simple  : dès que vous ne partagez pas les diagnostics de ces courants vis-à-vis de la place de l’islam en France, vous devenez forcément un islamo gauchiste ( ou un islamo collabo, c’est du pareil au même).

    On peut même s’intéresser à la façon dont ce terme a émergé dans le débat public en France ces dernières années, le CNRS a publié une note très intéressante là-dessus et conclut qu’il a été utilisé comme un instrument de lutte idéologique censé désigner des ennemis intérieurs. Mais évidemment, on va nous expliquer que cet organisme est lui-même … islamo gauchiste.  smiley Ne le suis je d’ailleurs pas moi-même ? Même micnet a été désigné comme tel sur ce site alors qu’il se décrit lui-même comme de droite et est animé de valeurs libérales conservatrices. Même Juppé qui est un des ténors de la droite a été désigné comme tel. Et c’est ça le propre des anathèmes, ils se doivent d’être suffisamment flou conceptuellement pour pouvoir être utilisé contre n’importe quel contradicteur. La question devient rapidement  : que faut-il faire pour ne pas être catalogué comme tel ? Réponse : partager les opinions des courants anti-islam. La boucle est bouclée. C’est comme l’antisémitisme, pour être certain de ne jamais être désigné comme tel en France, il faut être pro israélien ( et encore). 

    Je répète ce que j’ai dit plus haut, si on veut donner un sens un tant soi peu sérieux à cette notion, il faut revenir à l’histoire des idées. Et là on verra effectivement aux travers de figures comme Ali Shariati et Chris Haman une théorisation d’une « alliance » anti impérialiste et anti capitaliste entre une gauche révolutionnaire et un islam politique. Sauf que ces références à l’islam comme substrat révolutionnaire, ça n’existe pas en France aujourd’hui dans les courants de gauche médiatisés. Même le PIR ne correspond pas à ce tableau, c’est dire …   smiley

    « très amusant par ailleurs comme ça a été relevé plus bas de voir des gens de gauche s’offusquer de l’utilisation d’anathème pour discréditer l’adversaire ».

    Ça ce n’est pas à moi qu’il faut le dire, j’ai précisé plus haut que la seule chose qui m’amuse dans cette histoire, c’est que la gauche a elle-même posé les jalons de sa propre anathématisation. Ayant moi-même été anathématisé en facho antisémite parce que j’étais contre l’interdiction du spectacle de Dieudonné par le conseil d’Etat ou pour d’autres prises de positions, je trouve cette anathématisation savoureuse. Ne jamais faire aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse parce qu’à un moment donné, ça se retourne contre toi …

    Ça aussi ça m’amuse  : on nous explique que la gauche et la droite n’existe pas depuis des années sur ce site. Par contre l’islamo gauchisme ça existe.  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 22 février 13:24

    @Orwell
    Oui je connais la stratégie métapolitique, c’est même la nouvelle droite qui l’a théorisée d’ailleurs. Elle a même influencée l’alt right américaine ... 

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité