• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


2 votes
Conférençovore Conférençovore 12 février 12:52

@hase "J’ai un beau frère qui est mort d’un cancer foudroyant, personne n’a même évoqué l’idée que c’était suite au vaxxin.."

Désolé. Moi aussi j’ai connu (passé un certain âge, on en a tous connu en réalité ) des personnes qui ont eu des cancers extrêmement rapides... et c’était avant le covid. Je ne dis pas que la vaccination n’y est forcément pour rien pour ton beau-frère, juste que la médecine n’est pas une science exacte. Encore aujourd’hui, quantité de cancers ne sont pas dépistés assez vite et quand qu’ils sont pris en charge, c’est parfois trop tard pour changer l’issue.

Tous les jours, des gens se chopent des maladies. Dans le lot, il arrive que personne ne soit capable de trouver la réponse appropriée. Il arrive aussi que bien que la réponse soit appropriée, elle ne suffise pas et il arrive qu’il n’y ait pas de réponse tout court.

Je vois un autre problème aussi à tout cela, c’est notre rapport à la mort, justement. Ma réflexion n’est pas originale mais nous vivons dans une époque dans laquelle les gens sont tellement déconnectés des réalités physiques qu’ils en viennent à douter du fait que leur existence a irrémédiablement une fin. Étant fan de l’époque de la musique romantique (1820-1900), quand tu t’intéresses aux biographies des grands compositeurs (Schubert, Chopin, etc), tu comprends pourquoi il y a parfois tant de désespoir dans la musique et d’urgence dans leurs créations. Schubert est mort à 31 ans, laissant la production que des contemporains ne pourraient réaliser en plusieurs vies s’achevant toutes à 80 ans. Sur ses 13 frères et soeurs, seuls 4 autres ont atteint l’âge adulte.

Ce sentiment d’immortalité nous enlève artificiellement cette profondeur qu’avaient nos aïeux, à tous les niveaux. C’est cela que je retrouve le plus chez mes contemporains : leur peuple disparaît peu après mais c’est pas grave, c’est comme ça, "après moi, le déluge". Et c’est encore pire chez les jeunes dont la capacité d’attention n’excède parfois pas la minute.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON