• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


4 votes
Emma Joritaire 11 juillet 2017 19:28

@maQiavel

"Vous avez décrété que cet article fait partie des « sempiternelles pleurnicheries de la gauche altermondialiste »."

C’est un fait objectif, ce discours, ça fait quinze ans qu’on l’entend, ressassé ici, par un type arborant les couleurs d’Amesty International, officine immigrationniste s’il en est.

Et de qui prend-il la défense ? D’un certain Ahmed H., Syrien, condamné à dix de prison pour terrorisme, et coupable d’avoir lancé une pierre, alors qu’il essayait de faire passer ses parents de Serbie, apparemment, en Hongrie (tout le monde aura remarqué que le récit manque singulièrement de précision, de 8’06’’ à 8’39’’),

Après Ahmed H,, on nous cite en vrac, les musulmans, les migrants, les réfugiés, les défeseurs des droits humains, les militants... Ce qui fait que la dénonciation des "dérives" de l’état d’urgence se fait indiscutablement dans les limites d’un contexte idéologie assez précisément défini.

Alors que je m’attendais à trouver des faits, des cas, des exemples concrets, concernant l’état d’urgence en France, je suis tombé sur un catalogue international de lieux communs, d’idées vagues, de clichés "progressistes" et sur la proposition, saugrenue, de faire reposer la lutte contre le terrorisme sur cinq principes – légalité, nécessité, proportionnalité, non-discrimination et procédure équitable – qui ont pour caractéristique première d’être parfaitement subjectifs, quant à leur définition comme à leur contenu.

"...vous aviez décrété que les conventions citoyennes sont inutiles sans rien en connaitre."

Mais j’en connais bien assez pour savoir que la décision finale repose tout entière sur la subjectivité des conventionnels, parce qu’il en est ainsi de toute décision prise librement par des êtres humains non formatés.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON