• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
gerfaut 29 novembre 2017 14:15

@Joe Chip
D’abord le mot privilège est à prendre au sens de l’époque, pas celui de tes lectures. Ce n ’est pas un privilège comme nous l’entendons mais au sens latin, privi lege, chacun à sa loi particulière, chacun à son privilège. Donc les nobles combattent et ils peuvent mourir, les prêtres prient, ils reçoivent des redevances pour cela, les paysans travaillent mais ne font pas la guerre et ils peuvent aller et être protégé au château par le même noble contre une corvée pour entretenir les fossés, et ils ont le droit de faire des enfants contrairement aux hommes d’église qui ne se reproduisent pas. La noblesse de robe a depuis le Régent pour privilège son droit de remontrance, ce qui fait que la monarchie n’arrive pas au 18ème siècle à réformer le royaume. C’est une société de privilège. On est loin du schéma théorique de la monarchie absolue. de même les nobles n’ont pas le droit de commercer, ce serait déroger à leur condition, etc....

Il est bien évident que la féodalité a évolué, il y a eu moins d’insécurité dans le royaume, donc ils sont apparu de plus en plus comme non nécessaire mais il y a toujours beaucoup de nobles dans les armées au 18ème s.. 

Les paysans ont vu leur condition varier au cours des ans selon les périodes. Mais ils ont fait marcher le systême, en étant d’accord, parce qu’ils avaient leur privilèges dont j’ai parlé. 

Quand aux serfs, il n’y en a plus en France à partir du 12ème siècle : c’est le Moyen Age qui met fin au servage en France. De quoi réfléchir un peu.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON