• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


2 votes
Qirotatif Qirotatif 7 mai 19:07

"Réponse : " je les emmerde !""



Alors que le monde entier vient en France par amour de sa culture, les Français ont mis à la Présidence un individu qui a, sans hésité une seconde malgré ses études et son parcours, nié l’existence même de celle-ci. Même Sarko ou Hollande faisaient à peu près semblant... Dés lors on peut toujours se demander par quels mécanismes le premier Président de la République se revendiquant aculturé est-il parvenu à blouser les foules mais là n’est sans doute pas la bonne question. 

Les "les" de sa réponse sont en réalité les Français eux-mêmes, ces grands enfants qui n’ont même pas pris le soin de se demander comment un type sorti de nulle part et sans aucun autre programme que la promotion de l’hyper-classe a-t-il bien pu se retrouver ainsi propulsé à la tête des médias et sur le trône de fer. 
L’ampleur du travail de sape par des décennies d’Education Nationale française qui n’a été et n’est toujours pas une éducation, encore moins nationale et encore moins française, combiné à celui du travail de pilonnage de tout sentiment d’appartenance des êtres à leur terre, basse besogne effectuée par tout un pan de la société que l’on retrouve dans de multiples secteurs stratégiques de celle-ci - magistrature, journalisme, politique, administration, entreprises, etc. - a abouti à ce bilan désastreux qui affolerait n’importe quel comptable chargé d’en présenter les livres à ses clients : les générations de demain. 
Les Français ont intériorisé une haine d’eux-mêmes tellement inimaginable qu’on pourrait la croire d’essence biologique ; cette auto-détestation surréaliste vu de l’extérieur et bien réelle de l’intérieur qui les pousse même à acquiescer docilement à leur propre inexistence culturelle refoulant dans le plus inaccessible recoin de leur inconscient ce qui a pourtant fait d’eux ce qu’ils étaient. 
L’inconscient collectif précisément, celui qui s’est naturellement élaboré au fil des siècles à partir d’un subtil mélange de petites et de grande histoire(s), d’idéaux dépassant les individus, de roman d’hier comme de romances d’aujourd’hui ont été quasiment éradiqués en l’espace de quelques décennies par déconstruction systématique conduisant à isoler l’être de son écosystème fait de représentations en symbioses avec tant de fluides autrefois bien vivants. Accroire qu’une bonne vieille guerre, de sillons abreuvés de sang impurs et de larmes serait la seule issue. 
Il faudrait être extrêmement optimiste pour continuer d’espérer qu’un retour à la raison puisse être envisageable compte tenu des forces en présence œuvrant parfois inconsciemment à cette besogne - et au passage, non, mis à part quelques ordures notoires, point de comploteurs diaboliques à la manœuvre - avec la complicité passive des masses dans le coma. Il demeure bien ça et là des poches de résistance, ces terriens que d’autres nomment "enracinés", irréductibles gaulois éternellement attachés à leur sol dont ces démolisseurs fous ont méthodiquement bradés le droit aux moins méritants, mais l’apathie, pour ne pas dire la satisfaction replète de nos compatriotes obèses de vide et dépossédés d’eux-mêmes tout en étant heureux de l’être pourrait ruiner n’importe quelles bonnes volontés. 
Si réveil il y a, nul doute qu’il sera douloureux, mais sans doute sera-ce un moindre mal. Hauts les cœurs, pour ceux qui en ont encore un ! 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON