• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
Qirotatif Qirotatif 10 mai 2018 12:23

@Joe Chip
"on traite les concurrents de "sionistes""

Je n’ai pas lu cette critique personnellement mais pour le reste, oui, il y a ce côté sainte nitouche de la Marie-couche-toi-là honteuse. Il y a deux grandes caractéristiques du discours et de lADN de l’UPR que l’on retrouve ici avec ce jeune homme : 

- D’abord le plus choquant, le manque de courage (qui met l’UPR au niveau d’un PS et consorts) : En refusant d’aborder certaines thématiques pourtant essentielles jugées clivantes, l’UPR apparaît en décalage complet avec la perception et le vécu des Français. En outre l’UPR a le même travers que certains partis d’extrême-gauche qui réduisent l’homme a un simple animal économique. J’ignore quelle est la proportion d’inconscience (FA est un haut fonctionnaire qui a pu échapper aux joies du vivre-ensemble et comme bcp de gens de sa classe, il n’est manifestement pas conscient de la réalité française d’en bas), de déni ou de calcul (qui est de toute façon perdant) mais dans tous les cas, ce manque de courage saute aux yeux de n’importe quel observateur. Ce jeune homme témoigne hélas du fait que l’on a là un parti de "fragiles" comme disent les jeunes. Cette absence de courage mélée à une inculture évidente font qu’il n’est même pas surprenant qu’ils en viennent à parler de convergence avec un micro-parti anti-France faisant l’apologie du stalinisme comme le PRCF. 

- La mono-causalité : Comme souvent dit ici, un mouvement politique qui voit en l’UE ou dans la question monétaire la seule cause des difficultés de la France ne peut convaincre au-delà de sa base militante : Cette "analyse" est évidement erronée et il suffit de comparer avec d’autres pays de l’UE pour constater que, par exemple, l’immigration de masse n’est en rien lié à l’UE. 200 000 personnes entrent légalement sur le territoire chaque année (sans compter les clandestins, les mariages blancs, les gens qui obtiennent automatiquement une nationalité qu’ils ne se cachent parfois pas de mépriser, etc.) et que l’UE (qui nous impose les "migrants" qui sont anecdotiques en comparaison) n’y est pour rien. L’UE n’est en rien responsable du fait que nos politicards aient bradé la nationalité française sans rien demander en retour aux nouveaux arrivants. On pourrait lister ainsi quantité de sujets importants (la fiscalité des entreprises, la bureaucratie omniprésente, la politique du logement, le laxisme judiciaire, l’insécurité, etc.) qui ne sont pas davantage liés à l’UE mais à une politique franco-française bien plus ancienne. L’UPR n’a jamais répondu à cette critique de fond s’obstinant dans ce positionnement politique inepte et simpliste à souhait.

- L’absence de colonne vertébrale et l’indiscipline : Dans certains partis (chez les trotskistes de LO par exemple), être militant n’est pas un qualificatif pris à la légère dont n’importe qui pourrait se targuer au prétexte qu’il est à jour de cotis. Un ami y milite depuis plus de 20 ans, s’est présenté à plusieurs élections, a participé à de nombreux colloques et actions de toutes sortes et pourtant il refuse d’être qualifié de militant se considèrant comme simple sympathisant. Les militants de son parti sont bien plus que de simples colleurs d’affiches et ce serait, selon lui, un manque de respect vis-à-vis de l’implication de ces gens qui sacrifient leurs soirées et leurs vacances pour la cause. Etre porte-drapeau est chargé d’un sens que bcp d’autres formations ne peuvent pas comprendre. Par ailleurs pour se permettre de parler et de participer à des débats, il est indispensable d’avoir une solide formation et culture politique, ce dont manque ce jeune de l’UPR. Face à un vrai militant d’un parti comme LO ce jeune homme à l’expression hésitante ne tiendrait pas deux secondes et décrédibiliserait son mouvement. Le manque de discipline dans ce parti est dans l’ère du temps mais il a des effets ravageurs : ce pseudo-militantisme omniprésent se transforme en publicité désastreuse. On peut critiquer l’extrême-gauche autant que l’on veut mais ils ont une tradition solide et méthodique de l’action politique qui remonte à loin et dont est totalement dépourvu l’UPR (ce ne sont pas les seuls, mais chez eux c’est flagrant). Il semble que cette association (ce n’est pas un parti dans les statuts) manque de cadres.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON