• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


4 votes
PumTchak PumTchak 24 juin 17:45

J’ai regardé la vidéo, sans arriver au bout. C’est très convenu : le capitalisme comme alpha et oméga qui explique tous les malheurs du monde. C’est comme du Badiou, l’explication monocausale. Le poumon, vous dis-je !

 La prédation n’a pas été inventée par le capitalisme, les empires et les conquêtes de jadis n’étaient pas « capitalistes », mais c’était déjà des prédations sur des territoires, des peuples et des ressources. On peut même s’interroger dans l’autre sens : les conquêtes capitalistes sont elles pires que celles militaires passées ? Même en 4 heures, la réponse n’est pas évidente sur un devoir.

La mondialisation, dans les années 80 a été défavorable aux pays d’Europe Occidentale, mais elle a été favorable aux pays du Sud : une dalle en béton, c’est mieux qu’un sol en terre battue, un congélateur permet de garder le gibier rapporté au lieu de devoir tout manger, la classe moyenne a émergé, la pauvreté a baissé relativement à l’accroissement de la population mondiale, les paysans ont préféré quitter la terre pour un meilleur confort des villes.

Le communisme est-il mieux ? Celui d’URSS s’est effondré, la Chine, on ne sait pas trop ce que c’est. Et surtout ce type de régime n’empêche pas les ravages écologiques de l’économie capitaliste : assèchement de la mer d’Aral, fleuves rouge, villes asphyxiées…

Le réel problème, derrière les modèles les plus courants de politiques économiques, c’est le productivisme. On peut répondre qu’avec ça, on a tout dit et rien dit, comme le capitalisme. Mais le productivisme n’est pas simplement une question économique, elle est aussi anthropologique. L’économie a-t-telle une limite ? Non avec le capitalisme : cette question n’existe pas, ou elle est niée. Le productivisme n’est pas un modèle mais une question en soi, venue avec la révolution industrielle : son contraire pourrait être « l’économisme » (un mauvais néologisme, faute de mieux), plus clairement : « savoir être économe ». Et la on remet la mire : une économie suppose-t-elle qu’il y a des choses à économiser (et quoi et comment), ou au contraire n’a-t-elle rien à économiser ?




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON