• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


5 votes
perlseb 8 août 10:56

Les déchets sont directement liés à la propriété privée.

On garde toute notre attention à ce que l’on possède, le reste (la collectivité) n’a aucune valeur, on peut polluer, détruire autant qu’on veut la collectivité, si ça augmente notre petite propriété, alors c’est un gain personnel.

Pour l’exemple du réfrigérateur, si un réfrigérateur en panne devait être remplacé sans frais par un réfrigérateur qui fonctionne (l’usufruit est notre besoin, pas la possession du réfrigérateur), d’une part les entreprises ne joueraient pas avec l’obsolescence programmée (tout serait extrêmement solide) et personne ne jetterait du matériel en panne car il en aurait besoin pour obtenir remplacement.

Les déchets plastiques sont un autre exemple : globalement, ils ne nous rendent pas service, le coût de leur gestion est plus important que le gain que l’on peut avoir en les utilisant à la place du carton ou du verre. Mais ceux qui font le gain sont des entreprises privées (qui augmentent leur bénéfice en l’utilisant lors de la fabrication, elles ne gèrent pas le reste). Et c’est à la collectivité de gérer les problèmes (la collecte, le recyclage). Pire, on utilise des entreprises privées pour faire le recyclage et ... elles ne le font pas car elles gagnent plus d’argent en refourguant ces déchets à des entreprises mafieuses dans des pays pauvres (qui les acceptent pour moins d’argent qu’il en faudrait pour les recycler) et au final, ils ne sont pas traiter même si, de notre côté, on les jette soigneusement dans une poubelle jaune.

Autrement dit, tant que l’on ne sort pas d’un système où chacun se contente d’avoir un beau jardin personnel et des objets plus beaux que son voisin, la collectivité (le monde) évoluera vers une décharge à ciel ouvert.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON