• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


11 votes
Conférençovore Conférençovore 25 novembre 2019 05:42

3 mois avec sursis c’est généralement le tarif pour jet de projectiles sur dépositaire de l’autorité publique. Davantage s’il y a des blessés. Qu’un GJ prenne 8 mois fermes alors qu’un CRS se prenne le tarif minimal est juste emblématique d’une justice qui est en guerre contre le peuple autochtone (et exclusivement).

Cette proc qui explique qu’elle n’a pas le sentiment de vivre dans le même pays est dans le vrai : elle vit une autre réalité. Son salaire de débutante est à 2 700 net par mois. Il monte à 5 000 en cours de carrière pour finir aux alentours de 8 000 €. Sortie de l’ENM et nommée au JO en 2015, elle est en début de carrière mais avec la garantie de ne jamais connaître de toute sa vie la précarité ou le chômage. En effet, elle vit bien sur une autre planète. Elle peut obtenir un crédit sans avoir à ramper. Elle pourra remplir son frigo ou oublier de fermer le robinet sans jamais avoir à s’en affoler. Comme il doit être confortable d’auditionner la misère et lui demander des comptes tout en sachant qu’on n’en aura jamais à rendre soi-même...

Bon, en-dessous de 2 ans, généralement il y a aménagement de la peine (enfin... pas toujours et pas forcément immédiatement) mais 8 mois ferme ça reste lourd. On ne sait pas ici s’il y a eu mandat de dépôt, un appel, etc. On peut observer aussi la différence : le GJ est passé en comparution immédiate, l’autre a eu plusieurs mois pour préparer sa défense même si les images sont accablantes.

La justice se prétend toujours indépendante mais plus personne n’y croit tant les affaires d’injustice se multiplient.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON