• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


1 vote
Conférençovore 14 janvier 15:56

Que d’approximations dans le seul premier 1/4 d’heure... le sentiment qu’Onfray ne maîtrise pas le sujet est assez fort. C’est davantage de la généalogie comparée d’ailleurs. Une de ses erreurs (assez commune) est précisément de faire un mélange du coran et de la tradition prophétique. Or on a clairement plusieurs époques : celle d’Uthman (fin 7ième), celle des bio (9ième) et celle de la fixation des hadiths dits "authentiques".

L’islam ne s’est pas constitué en "quelques années seulement". La prétendue révélation en dure déjà 23. Ensuite, avant d’avoir un coran à peu près fixe, il faut attendre Uthman, soit 20 ans de plus et la fin du 7ieme siècle pour avec des références islamiques en général (pièces de monnaies, etc). Et ensuite, plusieurs siècles se passent jusqu’au 10ieme pendant lesquels l’islam va s’inventer et écrire sa propre histoire en quelques sortes.

Au passage, Onfray se soumet en plus à la terminologie islamique ("Le prophète"...). C’est horripilant.

Sinon, les juifs n’attendent pas un "prophète" mais, selon eux, le messiah/messie et Jésus n’est pas davantage un "prophète" pour les chrétiens mais ce messie. Ce sont des erreurs tout de même assez grossières dans cet exposé...

Pour ce qui est de la lecture allégorique en revanche, il ne faut pas trop chercher loin. La situation la plus répandue chez les musulmans est l’ignorance de leur propres textes (qu’on retrouve chez d’autres fidèles de d’autres religions). A cela s’ajoute des traditions et superstitions. Pour ceux qui les connaissent, ils sont coincés : soit ils admettent que ces épisodes surnaturels, les qualités alléguées de thaumaturge de leur prophète, etc sont effectivement des allégories (c’est rare mais ça arrive), soit ils justifient ces épisodes par le pouvoir divain lui-même et c’est l’attitude la plus répandue. Le coran étant supposé être la parole incréé, on ne peut remettre en cause sa véracité : des lors, il faut trouver des reponses (que l’on va trouver dans les tafsirs auxquels Onfray ne s’est pas interessé de son propre aveu) et en general c’est une combinaison : avancer le coup du "contexte", des interprétations dans les cas les plus gros.

Une confusion quasi permanente entre science et croyance ( d’où leur problème profond dans le rapport à la science, leurs fameux "miracles scientifiques") se degage de tout cela et nombre de musulmans n’en sortent jamais (si ce n’est au contact de sociétés où cette séparation est faite).

Exposé un peu raté je trouve.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON