• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


1 vote
Tchakpoum Tchakpoum 16 février 2020 14:13

@Buk100 & Stupeur

Au delà du péplum qui se laisse facilement lire, "Spartacus" contient la métaphore de la Tour de Babel, qui est aussi celle de la vie de Koestler, ses engagements et déceptions successifs concernant les idéologies du XXème siècle. C’est son livre souche, d’une certaine manière.

*
Le Zéro et l’Infini, qui a impressionné Orwell, présente le conflit de la fin et des moyens. Le roman décrit un procès, durant les purges staliniennes, qui vise à ce que l’inculpé explique lui-même qu’il a tort et pourquoi, alors que, et justement parce-que, il adhère pleinement à l’idéologie de la société.

*

Son essai "Le Yogi et le commissaire" présente tout le spectre des actions humaines visant à améliorer le sort des humains : du mystique qui prône de changer soi-même pour changer le monde, au rationaliste (ou matérialiste) qui prône de changer le réel pour changer l’homme.

*

2 ouvrages fondamentaux, présentant un résultat de l’ensemble de ses réflexions : "Le Cheval dans la locomotive" et "Janus". Koester est le créateur du concept du holisme, une école de pensée et d’explication de tous les comportements naturels et humains : l’emboitement des unités fonctionnelles, ou leurs conflits, du fait la dynamique des milieux intérieur et extérieur inhérente à toute organisation. Le holisme a par exemple fortement contribué à éclaircir et nourrir le concept d’écosystème, de Tansley.

*

"Martin Eden", c’est bien aussi, à compléter avec "La Vallée de la Lune".

Mais j’en ai déjà pas mal rajouté.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON