• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
Conférençovore Conférençovore 11 mars 12:38

Pour le point 1, il y a une faille dans le raisonnement. Tu dis que ce sont les médias qui créent la panique et t’appuies sur un exemple d’info relayée ayant entraîné une pénurie d’essence et la même, pas relayée, non. Donc les MSM sont coupables de créer artificiellement une panique. Et là ce serait pareil.

Bon d’abord, la comparaison ne tient pas parce que, pour les gens, la santé, la leur, celle de leurs proches, passe avant tout le reste. Il existe une hiérarchie. Être privé d’essence est chiant mais avoir un parent qui risque d’y passer, c’est autre chose.

Deuxièmement, on a des pays entiers qui sont en quarantaine et pas les moindres : la Chine, usine du monde (apparemment la situation se résorbe) mais surtout l’Italie qui est un voisin et un partenaire éco important et où les autorités semblent dépassées avec une explosion du nombre de cas ces derniers jours. Autrement dit, médias ou pas, les risques chez nous sont importants.

L’autre aspect est que si le nombre de cas explosent chez nous, avec des millions de gens qui ont déjà pour réflexe de se rendre aux urgences (parce que c’est "gratuit") au moindre bobo, on aura une crise sanitaire majeure avec multiplication des cas, et ce, dans un contexte d’une AP/HP déjà en grande difficulté.

Ensuite ton propos est très déresponsabilisant : la pénurie d’essence n’est la faute des MSM mais des gens qui sont des moutons ou plutôt des sardines (le mouton n’est pas aussi grégaire que cela). De plus nous avons un rapport ambivalent avec les MSM : s’ils n’informent pas, les gens râlent, s’ils le font, ils deviennent carrément les responsables de ce qu’ils relaient. Ce n’est pas pour les défendre mais parler de ce virus est capital pour des me allions de gens à la santé fragile, ne serait-ce que pour faire de la prévention (gestes à éviter, conseils d’hygiène, conduite à tenir pour ne pas créer justement une crise sanitaire, etc.).

Enfin, le fait que des enflures en profitent pour spéculer sur des produits recherchés à un instant T est la loi du marché et n’a R en d’étonnant. Ça existe depuis la nuit des temps...

Je pense que tu prends le problème à l’envers : le système de santé français est l’un des meilleur au monde mais malgré cela, en temps normal déjà, il vacille (avec tout un tas de difficultés internes, de gestion, de moyens alloués mais aussi d’abus très importants de la part d’une partie de la pop...). Dans ce contexte, plus le fait qu’une partie de la pop est complètement abrutie, les capacités d’accueil pourraient très vite être totalement dépassées aggravant d’autant plus la situation et le bilan humain : tu l’as dit toi-même, les gens sur-sollicitent déjà le 15... et c’est pareil chez les pompiers EN TEMPS NORMAL, sollicités souvent pour simplement faire le taxi ou aller chercher minou coincé dans un arbre... alors le gouv sait parfaitement (même si on a des tanches au pouvoir... il y a qd même Fès conseillers qui maitrisent un peu ces dossiers de gestion de risque et santé pub...) qu’il vaut mieux en faire trop que pas assez.

Pour le volet éco, globalement d’accord : l’ultralibéralisme est réservé aux péquenots, et je dirais même tout particulièrement au pecquenot autochtone (d’autres sont bénéficiaires très largement des transferts sociaux...) mais pas du tout aux grandes entreprises. Le point que tu omets en revanche, c’est que nous sommes dans une éco globalisée. Donc en gros, on a des concurrents qui ne respectent aucune de nos normes sociales ou environnementales dans tous les secteurs et face à cela, les gouv successifs doivent bien trouver des moyens de défendre un peu les mastodontes. Je ne dis pas que c’est bien mais, la Fr est déjà un enfer fiscal... et nous sommes le pays où la redistribution sociale est la plus importante au monde...




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON