• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


1 vote
maQiavel maQiavel 30 juin 12:24

@yoananda2

« argument réthorique fallacieux qui ne vise qu’à une chose : masquer la réalité sociologique et historique »

Le problème, c’est que la « réalité » sociologique et historique » ne va pas vraiment dans le sens d’une essentialisation, et n’importe quel historien et sociologue le dirait. A moins bien sûr de ne collecter que des éléments compatibles avec l’hypothèse de départ et de les interpréter de façon biaisée. Chacun a évidemment le droit de faire ça, c’est juste la façon dont se construit une croyance en général mais il est difficile de se réclamer de la sociologie, de l’histoire ou des neurosciences quand on se lance consciemment dans ce genre de procédé smiley. Et cette croyance n’est pas à mettre sur le même plan que les travaux de ceux qui essaient de partir des faits pour élaborer une thèse qu’ils remettent constamment en question et qu’ils corrigent lorsque des données les contredisent. Parce que le croyant par définition, il ne cherche que ce qui renforce sa croyance et rejette ce qui la contredit.

Nous sommes tous des croyants à un stade ou à un autre même si certains ne l’assument pas mais pour ne pas etre dupe de soi-même, il faut savoir distinguer chez soi ce qui relève de la croyance et du savoir. Et ça, c’est une distinction que les gens qui ont un tropisme scientiste ont du mal à faire, je parle de ceux qui utilisent les savoirs scientifiques pour se construire leur propre système métaphysique à base de superstitions, d’intuitions personnelles et de dogmes, il leur devient rapidement impossible de faire la part des choses entre les savoirs scientifiques et leur idéologie scientiste.

Et au passage, on trouvera difficilement des domaines dans lesquels on coupe autant les cheveux en quatre que la science. Et là, je ne parle pas spécifiquement des sciences molles mais aussi et surtout des sciences dures. Rien que la notion de « vérité » y a un tout autre statut, la science est le domaine du doute et de la remise en question par excellence.

« Comme s’il n’y avait aucune institution musulmane, comme s’il n’y avait aucune culture, aucun moeurs, morale, finance, habitus musulman ... »

Ça, ça ressemble vachement à un argument homme de paille, aucune critique de l’essentialisme musulman ou religieux en général ne dit ça. Mais bon, c’est un peu la fonction de l’homme de paille, présenter une position adverse facilement réfutable pour se renforcer dans la conviction qu’on a raison. Comme ceux qui n’essentialisent pas sont des crétins qui ne savent même pas ce qu’est une institution, une culture, des mœurs ou des habitus, ça veut forcément dire que les essentialistes ont raison. smiley




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON