• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


2 votes
sls0 sls0 21 février 14:09

@Doctorix
Le projet Manattan :
Effectivement il y avait 130000 personnes qui y ont travaillé. Pas sûr que le maçon qui a coulé du béton était au courant de l’ensemble du projet.
Au niveau temps de tenue d’un secret en fonction des personnes dans le secret il y a cette formule qui va assez bien y=12500 x Xexp -1.
130000 personnes le secret aurait tenu 34 jours.
Sauf que les recherches c’était en plein milieu du désert avec la police militaire et le FBI sur les dents.
C’était en période de guerre où la trahison fait très mal.
Quand on regarde l’organigramme du projet il y avait 62 personnes au courant de l’ensemble du projet, le reste c’était cloisonné. 
Avec ma petite formule, ça fait 200 ans, c’est compatible avec un secret. Sorti de guerre le secret a sauté mais les soviétiques ont quand même galéré pour récupérer des billes en ayant une personne à l’intérieur.

Opération Overlord :
C’est aussi en temps de guerre, tout était fait pour tromper avec les opérations fortitude et skye.
Même les bidasses alliés devaient aussi croire que le débarquement aurait lieu dans le Pas de Calais ou en Norvège.
Ikes à pris ses fonctions le 14 janvier 44, la machine ne s’est mise en route qu’à ce moment là donc un secret à tenir 6 mois. Les choses étaient bien faites car le MI5 a récupéré les 15 espions allemands et en a retourné 5.
Toujours avec ma petite formule, 6 mois ça tient avec 20000 personnes, s’il y en a eu 100 à 400 au courant c’est déjà beaucoup, ça tient théoriquement 30 sans tenir compte de l’épée de Damocles de la trahison en temps de guerre.

Donc prendre des opérations en temps de guerre pour parler de secret en temps de paix ne tient pas. On ne peut faire des clauses de secrets industriels.
J’écris 20000, c’est le personnel de la Nasa à l’époque, avec les soutraitants et les journalistes ça fait bien plus.

Une petite nuance, un journaliste qui met à jour un secret en temps de paix il risque le prix Pulitzer, en temps de guerre le peloton d’exécution ou la prison.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON