• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
maQiavel maQiavel 2 mars 20:35

@yoananda2

J’ai bien compris que tu torchais avec mais je répondais à ta question : le droit des peuples en principe c’est la souveraineté.

J’ai lu ton post décousu, et je vais tenter d’y répondre ( pas à tout parce que ce serait trop long, je vais sélectionner ce qui me semble le plus intéressant).

- Le droit de discriminer à l’embauche parce que tu veux vivre entre blancs. Moi, ça me va. A condition qu’on ait le droit de boycotter ton entreprise. Tu fais de la discrimination raciale et ben on discrimine ton entreprise parce qu’elle fait de la discrimination raciale. Cela passe par une campagne médiatique qui informe tout le monde. On pourrait se renseigner sur tes clients et leur demander s’ils sont au courant et si la réponse est « oui », leur demander s’ils continuent à acheter chez toi parce qu’ils sont eux aussi racistes, et si c’est le cas, informer aussi sur leur cas. On pourrait demander à tes fournisseurs s’ils valident tes choix avec l’idée que si la réponse est « oui », de les boycotter eux aussi. Et cela dans le but de t’étouffer, de couler ton entreprise ou de te forcer à vendre, pour que ça serve d’exemple et que la discrimination raciale à l’embauche reste un tabou.

Moi je préfère 1000 fois ça à des lois anti racistes qui sont interprétées n’importe comment et qui créent des pentes glissantes liberticides. L’Etat ne devrait pas se mêler de ça, c’est à la « société civile » comme on dit de prendre le problème à bras le corps. Aux Etats unis, il n’y a pas de lois anti racistes et pourtant aucun grand chef d’entreprises ne se risquerait à faire ne serait-ce qu’un commentaire raciste en public par crainte de la pression sociale ( pour aller vite). Pour donner un exemple concret, c’est ce qui s’est passé avec le milliardaire Donald Sterling. Il a fait un commentaire raciste. Il ne s’est pas retrouvé au tribunal comme ce serait le cas en France mais par contre, comme il était propriétaire d’une équipe de basket, ses joueurs ont commencé à dire qu’ils allaient boycotter des matchs, les joueurs adverses ont aussi commencé à parler du boycott de son équipe, et la ligue de basket américain a bien vu qu’elle allait se retrouver dans une situation inextricable. Pour ne pas perdre toutes ses plumes en voyant son équipe expulsé de la ligue, il a revendu ses parts. L’affaire était réglée sans intervention d’un juge. Un autre type a voulu créer une ligue de basket qu’avec des joueurs blancs mais aucun joueur ne veut y participer.

Finalement, on est dans une situation du « que le meilleur gagne ». Et si jamais le boycott ne fonctionne pas, c’est simplement que les valeurs et les tabous de la société ont changé, et il faut l’accepter. Cependant s’il fonctionne, il ne faut pas que les racistes se lancent dans la rhétorique victimaire selon laquelle la bienpensance gauchiste totalitaire les répriment, que le politiquement correct les persécute ou qu’ils ne peuvent plus rien dire, parce qu’on leur répondra « Eh coco, tu as le droit de faire de la discrimination raciale mais nous on a le droit de te discriminer pour cette raison, ce sont les règles du jeu, il ne faut pas commencer à chouiner parce que tu es perdant ». Même principe pour l’héritage. Tu as le droit de déshériter ta fille mais elle doit avoir le droit d’informer la société de ton choix et la société doit avoir le droit de te tuer financièrement par le boycott de ce qui t’a permis d’accumuler du capital. 

Pour moi, c’est beaucoup plus sain que toute cette inflation législative sur des questions de mœurs et de valeurs. C’est d’ailleurs un principe énoncé par Rousseau « C’est à l’estime publique à mettre la différence entre les méchants et les gens de bien. Le magistrat n’est juge que du droit rigoureux mais le peuple est le juge des mœurs  ». Si les libertés ( donc le droit ) sont respectées, ça me va.

Sinon, lorsque tu prends un avion pour te rendre en Australie, c’est toi qui décides d’y aller, pas le pilote. Lui a un savoir faire qui te permet d’arriver à destination. C’est pareil pour le droit, lorsque tu prends un avocat, c’est toi qui décides de faire valoir tes droits, lui n’est que le technicien qui te permet d’atteindre ton objectif, il n’exerce pas tes droits à ta place. Je rajouterai que nul n’est censé ignorer la loi. Celui qui n’a pas conscience de ses droits en est donc responsable, c’est à lui de s’informer. Le cas des enfants et des aliénés mentaux est plus complexe. Ils ont des tuteurs légaux qui les représentent et qui vont faire valoir leur droit à leur place. Généralement des membres de leurs familles puisqu’on suppose qu’ils vont défendre leurs intérêts … ce qui n’est pas toujours le cas d’ailleurs, raison pour laquelle on retire parfois les enfants à la garde de leurs parents par exemple. Et parfois, il y’a des enjeux de pouvoir, pour déterminer par exemple qui sera le tuteur légal d’un orphelin à qui les parents ont légué une immense fortune. En attribuant des droits à des choses ou à des espaces, ce genre de conflits va se multiplier. Et pour donner un exemple, je ne vois pas pourquoi donner le droit à un foret de se conserver au lieu de simplement interdire aux humains de les déboiser, ça apporterait quoi de plus ?  smiley




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON