• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
yoananda2 3 mars 00:40

@maQiavel

La question que je me pose, c’est pourquoi attribuer des droits à la nature en lieu et place d’une réglementation publique organisant sa protection ? On arrive au même résultat, non ? C’est pareil pour le chien. Pourquoi lui octroyer des droits en lieu et place d’une réglementation pour les propriétaires de chiens ? Et derrière ces interrogations, j’ai une crainte. A force de donner des droits à tout et n’importe quoi, on prête le flanc aux délires sur le droit des robots.

Je comprends. Je vais y réfléchir. Moi les robots, je m’en branle, tout comme la nation, mais en pire. Parce que ce qui m’intéresse c’est le vivant, les vivants, et pas les machines ou les institutions ou les abstractions ou les idées.

Donc déjà je peux te répondre : pour moi peut posséder des droits ce qui est conscient uniquement. Et en l’état actuel de la science, seules les créatures disposant d’un cerveau en disposent, et je serais même d’avis de "proportionner" les droits à ce qu’on peut légitimement estimer du "niveau de conscience" du cerveau en question.

Donc pour moi ça n’a pas de sens ces histoires de droits des robots ... mais ... je m’y connais assez en transhumanisme pour savoir que ce n’est pas ça qui arrête les "dingues" qui veulent leur donner des droits. Mais je sais que les recherches sur la "conscience" et l’IA prêtent le flan à ça.

En tout cas, tu auras remarqué que ce n’est pas mon cas, moi, je défends le biologique. Je suis bio-conservateur comme on dit.

Pour moi, le chien devrait avoir des droits similaires au mien. Pourquoi ? j’ai envie de dire "parce qu’il a une âme" pour parler chrétien. C’est une question théologique. Je n’ai pas plus de libre arbitre que lui (parce que si on reste dans le cadre chrétien ça sera l’objection suivante). Moi je préfères dire qu’il a une conscience, et que c’est la conscience qui est la base de nos droits (et non pas la fiction de l’âme). Parce que si on donne des droits aux autres humains c’est parce qu’on a de l’empathie pour eux, et bien, on en a aussi pour les animaux supérieurs (à minima).

La plante c’est différent du coup et je ne vois pas de raison de lui donner des droits, d’ailleurs, "une" plante ça n’existe pas vraiment, pas comme nous ou comme les animaux supérieurs.

Est-ce qu’on arrive au même résultat ? je ne m’y connais pas assez pour te répondre formellement, mais je suis sûr et certain que non, parce que le droit ça évolue, et qu’il y aura plein de cas "limite" (je n’ai pas d’exemple en tête à te donner) ou pour trancher il faudra plus qu’un "tuteur" mais une vraie notion de droit étendu au reste du vivant, ou à minima, du règne "conscient".

Pour moi l’enjeu est la. Je suis conscient de demander une révolution copernicienne du droit, c’est de cesser de mettre l’homme comme "unique" sujet, et d’en faire le sujet "central" (puisqu’objectivement on a le pouvoir sur cette planète et qu’en plus on a sûrement une conscience plus "étendue").

L’enjeu c’est aussi de rendre l’humain un peu moins matérialiste, et un peu plus conscient de ce qu’il provoque sur terre. Je penses que dans le fond, ça doit rejoindre tes pré-occupations chrétiennes, même si ça doit aussi les heurter. (je ne veux pas spécialement parler de toi, mais il se trouve que le droit actuel est chrétien ...)

D’ailleurs tu sais, si je suis si virulent contre Augustin, si je critique le libre arbitre, toussa toussa, c’est en grande partie parce que ce monde post-chrétien fait vivre un véritable enfer à mes frères animaux. Et il se trouve que dans ma conception du monde ... on paye toujours les conneries qu’on fait aux plus faibles (tiens ... autre référence chrétienne ou l’on devrait se rejoindre : le droit à été inventé pour protéger les plus faibles, ben la, c’est pareil).




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON