• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
Conférençovore Conférençovore 25 mars 05:06

@Gaspard Delanuit
Parce que cela me paraissait évident... mais si tu le demandes c’est que ce ne l’était pas tant que cela, d’autant que je fais un parallèle volontairement un peu confus entre le chevalier et ses valeurs et la distinction de "chevalier de la légion d’honneur" d’une part et les autres grades et leurs valeurs réelles eu égard au système de promotion qui glorifie parfois totalement artificiellement tout un tas d’individus qui en sont pourtant totalement dépourvus (d’honneur, d’esprit chevaleresque, de valeurs...) d’autre part. 
Contrairement à ce qu’écrit le troll plus haut, dans cet entre-soi malsain de consanguinité élitaire, cette cooptation quasi automatique n’est en rien une découverte pour moi et, je suppose, bcp de gens. Elle est dénoncée depuis fort longtemps par ses résistants. Je trouvais intéressant, à partir du cas emblématique de Beltrame qui, selon sa mère, vivait "bleu blanc rouge", de faire un article sur cette thématique d’autant qu’au-delà des hommages, des décorations à titre posthume, de ces noms de places, de rues, de jardins publics ou d’équipements divers, au-delà des mots, qu’est-ce qui a été fait au fond pour traiter le mal qui a envoyé cet homme dans l’au-delà, concrètement ? Est-ce vraiment honorer la mémoire d’un homme que d’apposer sur son cercueil une décoration alors que de plus hautes que celle-ci sont accrochées aux vestons de promoteurs de l’idéologie qui l’a tué ? 

Je pense que, si on lui avait posé la question, et eu égard à son mysticisme que met bien en avant la vidéo proposée ici, il est fort probable que le Colonel aurait volontiers troqué toutes ces distinctions pour un peu de cohérence et un peu de courage politique. Je crains également qu’il ne faille de nombreux sacrifices avant que les masses et, plus probablement, certains de leurs représentants se décident d’enfin sortir de cette aporie, cette torpeur publique qui font que, depuis 3 ans, depuis bien avant, Nice, le Bataclan, Mérah et, si on y regarde bien, dès Kelkal, l’on se contente d’hommages et commémorations, certes nécessaires mais hélas dérisoires et surtout vains quand ils ne s’accompagnent pas de décisions.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON