• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


vote
yoananda2 5 novembre 2023 23:06

@micnet

Le VRAI problème de fond n’est pas d’ordre racial mais relève d’un problème qui porte un nom et qui nous pourrit dedans depuis au-moins 50 ans : la haine de soi !

C’est bizarre, j’ai pourtant l’impression de dire la même chose. La haine de soi pour moi c’est synonyme de rejeter sa propre race. Qu’est-ce qui pourrait être plus "soi" que son génome au juste ?

Je sais que toi tu parle de "culture" et pas de "génétique", mais laisse moi placer mes arguments stp.

1/ tu auras remarqué que la haine de soi ça concerne quand même surtout et avant des blancs. Tu auras remarqué que la haine de soi les chinois, les zarabs, les musulmans si tu veux, les indiens, les papous, n’en souffrent pas beaucoup. C’est quand même un peu beaucoup l’occident, et au sein de l’occident, c’est quand même un peu beaucoup principalement les blancs.

Si tu ne vois la composante raciale quand je dis "blancs", ben ...

2/ tu auras sûrement remarqué aussi que le wokisme vise explicitement la blanchitude. Quand DiAngelo, une universitaire qui sévit en plein coeur du monde blanc, dénonce la fragilité blanche et le privilège blanc, elle a beau dire que les races n’existent pas par un tour de passe passe rhétorique avec leurs histoire de "racisé" & co, personne n’est dupe, ce ne sont pas des chinois qui se sont mis à genou devant des noirs après la mort pas si tragique de George Fentanyl Floyd.

tu estimes que TOUT est biologique.

Bien sûr que tout est biologique. Essaye d’expliquer tout ce que tu me dis à un chien, une étoile de mer, ou un eucalyptus, ça te remettra les yeux en face des trous concernant l’importance du biologique ! lol

C’est bizarre de dire le contraire. Je suis ce que je suis parce que j’ai la génétique d’un humain. Si on venait bidouiller ta génétique, tu verrais très vite la différence.

Mais si tout est biologique parce que rien de nos interactions n’existeraient sans le biologique, pour autant, le biologique nous laisse une certaine marge de manoeuvre.
Avec ma biologie, sans rien y toucher, je pourrais apprendre le chinois, changer de moeurs et de coutumes, je pourrais devenir peintre (un mauvais mais peu importe), etc...

Il y a la génétique, l’épigénitique, et le microbiote qui nous déterminent, disons à 80/90% puis il y a l’éducation des parents, et celle du milieu social qui jouent aussi un petit rôle.

Bref, pourquoi je raconte tout ça, ben parce que racialement aveugle, et que c’est par haine de soi que tu l’es car tous les autres peuples de la planète n’ont pas honte de leur génétique.

Ce que je dis est tellement banal, il n’y a qu’en France et en occident que c’est un discours qui me fait passer pour un alien ! lol

Le pire c’est que les biologistes commencent à le dire officiellement : la génétique influence le comportement, les races déterminent des clusters continentaux qui ont des différences moyennes.

Et qu’est-ce que ça change au juste ?

C’est très simple, c’est ce que je dis : tu remplace les français par des africains, ce n’est pas que la couleur de peau que tu change, c’est le peuple, et c’est ses moeurs, c’est son rapport au monde, c’est son histoire dont l’essence est encodée dans son génome (et épigénome, et microbiome pour être exact par rapport aux connaissances scientifiques actuelles)

Je voudrais rajouter une dernière chose : moi, je ne suis au fond qu’un maillon d’une longue lignée de gènes transmis depuis la nuit des temps, depuis les premiers eucaryotes jusqu’à moi. Chaque être qui m’a précédé à lutté pour sa survie. "Mon" génome n’est pas "mon" génome, en fait "je" n’existe pas, ce qui existe, c’est un pool génétique auquel j’appartient. Ce pool génétique dont je ne suis que l’expression, c’est celui de mon peuple, c’est ça la vrai chose qui existe et pas "moi". Quand on renonce à son identité raciale (et je n’ai jamais dit que la race devait être l’alpha et l’omega de l’identité personnelle, mais oui, les français comme toi renoncent à cette composante de leur identité parce qu’on leur a bourré le mou avec des contre-vérités scientifiques) on renonce à son propre peuple. C’est comme si ta propre main renoncait à son corps, parce que bon hein, partager le même génome, c’est que de la biologie, la main n’a rien à voir avec l’épaule, le foi, et ce connard de rein ... mieux vaut les autres mains avec qui ont se comprends et on partage plus de trucs même si elles ne font pas partie du même corps.

Renoncer à son identité raciale c’est renoncer à sa propre famille biologique parce que si tu réfléchis 2 min tu verras que ton père et mère sont reliés à d’autres personnes, qui sont elle même reliées à d’autres personnes, etc...

Tu vas me dire : oui mais on est relié à toute l’humanité ainsi. D’abord, non, parce qu’on n’a que 32000 gènes, donc, non, on n’est pas apparié à toute l’humanité. Ensuite, oui, on est relié à toute l’humanité, mais aussi à tout le vivant, aux chiens, aux phoques, aux anémones de mer. Si on remonte assez loin, on est relié aux plantes ... ça ne veut plus rien dire.

Je ne dis pas qu’il faut rejetter ou hair le reste de l’humanité, je dis que ça un sens à la fois instinctif et rationnel de se sentir relié à sa famille biologique immédiate. Pour survivre l’humanité une population minimale c’est 10 000 personnes environ (on a même connu pire dans l’histoire de l’humanité). Avec 10 000, si tout le reste de l’humanité crève, tu peux repartir et repeupler la planète. Je te dis ça parce que cette histoire de "famille élargie" aux membres proches de ta race, à ton ethnie, à un sens biologique profond et très concret. Tu ne pourra pas relancer l’humanité si tu es le seul humain entouré de chiens. Ok, tu pourrais aussi le faire avec des noirs, mais il ne resterait absolument rien de ton génome en quelques générations. Ton identité EST génétique.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON