• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Auto-défense : chapitre 0 (mise en perspective)

Auto-défense : chapitre 0 (mise en perspective)

Voici une série de modules consacrés à l'auto-défense. Celui-ci est le premier et nous allons commencer avec une indispensable mise en perspective. Très souvent, le meilleur moyen de réaliser la situation dans laquelle nous nous trouvons, c'est de regarder ce qui se passe ailleurs. Désolé, mais certaines vidéos ci-après (et de cette série en général) sont en anglais mais je donne quelques explications en français.

 

Tout le monde a en souvenir la condamnation immédiate, jusqu'au plus haut niveau (le fameux "c'est inexcusable" de Macron, idem pour la vapor.teuse Borne) et avant même toute enquête du policier qui a neutralisé Nahel avant qu'il n'écrase quelqu'un. Tout le monde a aussi en tête la scandaleuse incarcération de ce policier pendant des mois, sans possibilité de visite pour sa famille (songez que Nordahl Lelandais a pu procréer en prison...), la divulgation de l'adresse de sa famille conséquemment forcée d'aller d'hôtels en hôtels et puis évidemment le sac de nombreuses villes par la racaille laissée libre d'agir par des policiers qui avaient reçu l'ordre de faire le minimum et ne surtout pas blesser une pépite de la République. Ça, c'est la France et le plus inquiétant est la majorité des mougeons estime que tout cela est normal soit est indifférent.

 

Allons aux États-Unis pour voir comment cela fonctionne dans certains (pas tous, loin de là...) états. Ici, nous sommes au Texas. La police de Houston poursuit un homme pour vol. L'agent Lopez et ses collègues coursent à pied le fuyard. Il est équipé d'une arme de poing. La police le pourchasse à travers les immeubles d'un lotissement en lui ordonnant de s'arrêter et de lâcher son arme. L'agent Lopez estime (justement) que l'homme présente un danger pour lui, ses collègues et toute la "communauty" (comme on dit aux EUA). Au cours de la poursuite, il a une fenêtre de tir et neutralise la racaille. 

Regardez bien la réaction de John Correia, l'animateur principal de la chaîne Active Self Protection à la minute 4'28". Mike (un ancien flic lui aussi) et lui se moquent de l'incompréhension de la racaille qui proteste en disant "mais je ne vous ai même pas tiré dessus ?!". Impensable chez nous...

 

L'agent Lopez a parfaitement fait son travail. Techniquement le tir est parfait. Entre le stress et le sprint, il est sans doute aux alentours de 150 BPM, atteindre une cible en mouvement tout en l'étant soi-même après un effort violent (l'équivalent d'un 100m avec l'équipement en plus), c'est du haut niveau. 

 

Le tir est également parfaitement justifié : les sommations ont été faites. L'homme est armé et refuse d'obtempérer à de multiples reprises. D'autres civils sont potentiellement en danger. 

 

En France, l'agent Lopez aurait été immédiatement incarcéré. Macron l'aurait condamné avant même le début d'une enquête.

 

 

 

Cette affaire s'est également déroulée dans un restaurant de Houston. Comme vous le voyez, un homme entre dans le restaurant et braque tous les clients pour leur voler leur argent. Un des clients est armé et profite d'une fenêtre de tir pour faire feu. Il s'aperçoit par la suite que l'arme de l'agresseur était un jouet mais comme l'indique l'avocat spécialisé interrogé par la journaliste, cela ne change rien : Le client ne sera pas poursuivi en justice car il a été victime lui-même de violences aggravées (à main armée). Il a justement estimé que sa vie et celle des autres clients était potentiellement en danger et a fait le nécessaire. Le client est d'ailleurs tellement persuadé qu'il ne risque rien qu'il repart tranquillement après sans même attendre la police. La police l'a recherché par la suite mais uniquement pour lui poser des questions. Prenez le temps de lire quelques commentaires sous la vidéo YouTube et vous verrez qu'une écrasante majorité des gens estiment que cet homme a fait exactement ce qu'il fallait.

 

 

 

On reste avec ASP et nous partons vers le Pakistan. Sur la prochaine vidéo vous verrez deux voleurs armés braquer les commerçants d'une boutique. Malheureusement pour les voleurs, au moment de repartir sur leur moto, le commerçant qui jouxte la boutique attaquée a tout vu et il est équipé. N'ayant absolument pas envie de laisser s'en sortir la racaille, il leur inflige la sanction. Mais là encore, tout cela illustre une mentalité, une disposition d'esprit de la population et je ne vous montre pas cela par hasard. 

 

https://m.youtube.com/watch?v=PgZiwzHR4HU

 

 

Des situations un peu similaires mais dans d'autre pays, j'en ai vu des centaines. Brésil, Colombie, Philippines, Canada, Ici, les âmes sensibles peuvent éventuellement s'abstenir de regarder (encore que j'ai vu infiniment pire...). 

 

En Russie :

 

 

 

Ici, en France, c'est un touriste polonais qui corrige une racaille de pickpocket. Évidemment, la racaille attaque en meute mais le solide gaillard reste debout face à 4 (toujours pareil avec la racaille...). Il ne bénéficie évidemment d'aucune aide des éventuels Français autour. Et c'est la sécu qui intervient presque contre lui dans un premier temps alors qu'il est la victime :

 

 

 

Au Maroc, ça se passe moins bien pour la racaille :

 

 

 

Je sais ce que certains vont penser : c'est une régression civilisationnelle que de laisser la rue faire le boulot que devrait faire l'Etat. Mais après ce bref tour d'horizon, qu'advient-il quand l'État décide de laisser la racaille nuire ? Que reste-t-il comme solution aux citoyens honnêtes ? Se laisser voler ? Se laisser agresser ? Bien sûr que non.

 

Revenons en France. Ah la France... son architecture, sa gastronomie, la Tour Eiffel... et puis ses gauchistes. Comme n'aurait pas dit l'autre, en France on n'a pas de pétrole mais par contre on a des sales gauchistes à profusion. 

L'excellent Code Reinho (abonnez-vous à sa chaîne Vis-Pacem) traite le cas d'un de ces avortons. On pourrait croire que l'on s'éloigne du sujet de l'autodéfense mais en réalité, pas tant que ça. Des phasmes comme ce fameux "bouseux", notre pays en regorge malheureusement. Les gens comme lui ont bien le physique de leurs idées. 

Mais je voulais terminer ce premier article avec cet individu pour bien illustrer l'ampleur de la gravité de la situation. Il me semble qu'à part les cerveaux malades les plus atteints par le gauchisme, tout le monde est conscient que la situation de la France est catastrophique. Je ne parle pas de la quotidienne centaine d'attaque au couteau, des femmes qui se font violer désormais avenue de Rivoli, des nonagénaires qui se font violer dans des hôpitaux ou leurs maisons de retraite. Je ne parle pas simplement de ces jeunes qui se font planter pour un simple regard ou simplement parce qu'ils ont le malheur d'être Européens (donc des "croisés " pour les uns, des descendants de colons pour les autres, des "sales Français" pour beaucoup). Je ne parle pas de cela mais de l'atmosphère, du sentiment d'appartenance de plus en plus diffus, de l'indifférence, de l'absence de solidarité et de la couardise (qui très honnêtement, dans le contexte français dans lequel les agresseurs ont plus de droit que les victimes, peut se comprendre) à laquelle nous sommes confrontés face à des individus qui veulent nous nuire.

 

Peu importe où que l'on soit sur la planète. Le droit à la sécurité est un droit humain fondamental. En France, ce droit est bafoué par l'État lui-même à travers toutes les fonctions régaliennes qu'il est sensé remplir (protéger notre territoire et ses frontières, rendre la justice et assurer la sécurité intérieure, des biens et des personnes). Pour autant, un tel droit ne se réclame pas mais se prend. Les Français vont devoir comprendre qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes et leurs proches (et très accessoirement "la communauté"... mais il faut avoir énormément de chance) et certainement pas cet État impotent, vérolé par la trahison, la lâcheté et animé par la volonté "d'emmerder" les braves gens plutôt que la racaille au contraire dorlotée. Armez-vous ! Et ici je ne parle même pas d'armes à proprement parler (nous y viendrons par la suite) mais déjà sur le plan de la conscience.

 




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Et Hop ! 6 février 14:32

    Peu importe où que l’on soit sur la planète. Le droit à la sécurité est un droit humain fondamental. En France, ce droit est bafoué par l’État lui-même à travers toutes les fonctions régaliennes qu’il est sensé remplir (protéger notre territoire et ses frontières, rendre la justice et assurer la sécurité intérieure, des biens et des personnes). "


    C’est même un des quatres droits " naturels et imprescriptive " que le gouvernement est chargé d’assurer à tous les citoyens, selon l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.


    " Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. "


    La propriété, la liberté (d’expression) et la résistance à l’oppression ne sont pas moins importants.

    Ce sont ces quatre droits fondamentaux qui sont les " valeurs de la république " et qui devraient être sur tous les frontons, pas l’égalité et la fraternité qui sont l’ancienne devise du Grand Orient de France imposée par la IIIe République en 1889, avec la Marseillaise. 


    Ceci dit, la légitime défense existait dans le droit pénal français, ce sont les parquets et les juges qui ont complètement dénaturé le sens de la loi. La loi n’a jamais autorisé à tirer sur une personne qui prend la fuite et qui ne présente plus une menace, sauf pour les gendarmes.


    • vote
      Boris Boris 6 février 18:00

      Propriété, liberté et non envahissement de l’oppression arabo-africano-musulmane.

      Effectivement Et Hop, bien vu.

      Excellent article qui démontre avec force la faiblesse de nos institutions face à la menace islamiste et consorts...

      Les suivantes sont en modos.


      • 1 vote
        Et Hop ! 6 février 23:37

        @Boris : " la faiblesse de nos institutions face à la menace islamiste et consorts..."

        Vous voulez dire " face à la menace juive et consorts... " je présume.

        Mais on n’a pas le droit.


      • vote
        Boris Boris 7 février 09:08

        @Et Hop !

        Non la véritable menace est bel et bien islamiste, l’équation est simple, 15 millions de juifs, plus de 2 milliards d’islamistes, dont un gros paquet d’arabo-musulman.


      • vote
        Et Hop ! 7 février 17:40

        @Boris

        Et qui est-ce qui anime toutes les institutions immigrationnistes ?
        Qui est-ce qui fait la promotion de la "société ouverte" et qui est-ce qui fait venir tous ces islamistes (est-ce que George Sorros et Barbara Spectre sont des musulmans ?),
        Qui est-ce qui hurle que c’est un retour à la Shoah si on en met dans un avion pour qu’ils rentrent chez eux ?
        Impossible de se débarrasser des islamistes tant qu’il y aura des juifs qui les imposent et qui terrorisent et menacent ceux qui veulent y remédier.


      • vote
        Boris Boris 8 février 09:04

        @Et Hop !

        Je sais tout ça, pas la peine de rabâcher, en attendant les exactions et le mot est faible se sont bien les arabos-musulmans et autre africains qui les exercent sur nos territoires.
        La cause nous la connaissons, par contre les effets sont toujours là.


      • vote
        Et Hop ! 12 février 00:56

        @Boris 

        Ni vous ni personne n’empêchera les arabos-musulmans et autre africains d’être ce qu’ils sont et de se comporter comme ils se comportent, surtout compte tenu de la proportion qu’ils deviennent. Vous ne les changerez pas plus que vous ne changerez les Juifs ou les Roms, l’assimilation ne marche que quand un élément étranger est isolé et noyé dans une population, par exemple un enfant étranger toutes les trois classes d’enfants français, comme dans les séjours linguistiques.
        Le seule chose possible est d’une part d’arrêter de les faire venir, d’autre part d’arrêter d’empêcher qu’ils retournent chez eux. Et là, c’est pas sur les arabos-musulmans et autre africains qu’il faut agir, c’est sur la communauté indicible qui agrave la situation, empêche d’y remédier, et fomente une guerre civile interethnique en montant les immigrés contre les Français et les Français contre les immigrés.


      • vote
        Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 7 février 00:57

        L’armée, c’est la possibilité de défendre un territoire commun et de repousser un envahisseur. Un peu comme notre système immunitaire.

        Mais lorsqu’elle prend trop de place dans une société, c’est aussi une machinerie qui réduit l’être humain à un automate en exigeant de lui qu’il accepte d’être piloté par une intelligence et une volonté extérieures à sa propre conscience. : https://www.youtube.com/watch?v=MTXfXUv7frs

        L’antimilitarisme peut aussi avoir deux sens : premièrement, nier l’utilité des armées et même de toute énergie combative, ce qui est idiot ; deuxièmement, avertir des dangers du militarisme, ce qui est sage. 

        On peut reconnaître la nécessité d’une organisation militaire dans son pays et cependant s’opposer au "militarisme" en tant qu’idéologie prétendant que l’esprit de caserne doit prédominer dans tous les aspects de la vie. Or, la distinction entre l’utilité militaire et le militarisme n’est pas si évidente, à en juger par la manière dont les militaires de carrière peuvent parfois être gagnés par une psychorigidité générale s’étendant bien au-delà de leur activité "professionnelle". 

        Par ailleurs, en ce qui concerne le service militaire obligatoire, l’un des principaux problèmes de ses versions passées et qu’il imposait à des individus intelligents d’obéir mécaniquement à des individus beaucoup plus bêtes (l’idéologie militariste impliquant de facto que tout civil est inférieur à un militaire). Or nul ne veut, ni même ne peut longtemps, obéir à un plus bête que lui. 


        • 1 vote
          Conférençovore Conférençovore 7 février 05:42

          @Gaspard Delanuit

          "et cependant s’opposer au "militarisme" en tant qu’idéologie prétendant que l’esprit de caserne doit prédominer dans tous les aspects de la vie."

          Oui bien sûr, on peut. Au pays des merguez, tout est possible... De la même façon on peut estimer que le combat principal en France en 2024, c’est la lutte contre le fascisme et l’extrême-droite. Il y a même des gens payés avec nos impôts pour le faire. Dommage que ces professionnelles (non, il n’y a pas faute smiley ) ne voient pas le fascisme vert se développer et qui est déjà comme un éléphant au milieu du salon, mais sans doute est-ce un problème de moyens...

          Soyons sérieux 2 minutes : on peut critiquer le militarisme dans un pays où il existe vraiment. Mais là, on est en France... pays qui n’exige aucun effort national à ses citoyens (on voit aussi le résultat : ça donne ce "bouseux"), pays aussi dans lequel les droits de l’homme étranger (c’est le petit détail qui change tout : il ne s’agit évidemment pas des DDL’H universels, donc dont celui des Français, mais du droit de tous les individus qui ne sont pas Français à faire tout ce qu’ils veulent chez nous) sont plus importants que la sécurité nationale et celle des citoyens.


        • 2 votes
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 7 février 08:32

          @Conférençovore

          "Soyons sérieux 2 minutes : on peut critiquer le militarisme dans un pays où il existe vraiment. Mais là, on est en France..." 

          En effet, critiquer le militarisme a du sens dans un pays comme la Corée du Nord. Mais la France, qui est devenue une société de chochottes armées de petites bougies, devrait au contraire retrouver ses valeurs guerrières. 

        • 2 votes
          Boris Boris 7 février 09:13

          @Gaspard Delanuit

          A partir de ce que j’appelle la génération "Goldorak" (Dessin animé pourave de fin des années 70 et début 80) qui a commencée à faire des crétins lobotomisés aux écrans divers et variés, la société française, mais pas que, est devenue une société de bisounours bien chochotte effectivement.


        • vote
          nono le simplet nono le simplet 7 février 09:31

          @Boris
          t’avais quel âge à la fin des années 70 ?


        • 1 vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 7 février 09:35

          @Boris

          Pour moi, le fond de l’abîme, c’était la série "pause-café".  smiley

          Rien que le résumé sur Wikipédia est déjà tout un poème : 
          "Une jeune femme, Joëlle Mazart, commence sa carrière d’assistante sociale dans un grand lycée d’enseignement général. Elle gagne rapidement la confiance des élèves en les accueillant dans son bureau autour d’une tasse de café, pratique dont les élèves tirent rapidement un surnom. Mais elle entre aussi rapidement en conflit avec le proviseur du lycée, avec ses méthodes « trop » modernes et « trop » répréhensibles à son goût. Vers la fin de l’année scolaire, il négocie avec elle son départ en échange de la réintégration d’un élève exclus pour avoir fumé du cannabis dans l’établissement. Elle part donc, mais avec la reconnaissance de tous les élèves, et aussi avec le conseiller en orientation qui est devenu son compagnon."


        • vote
          nono le simplet nono le simplet 7 février 09:39

          @Gaspard Delanuit
          boire un café avec sa prof ça peut finir ... j’en sais quelque chose ...


        • vote
          nono le simplet nono le simplet 7 février 09:41

          @nono le simplet
          ça peut finir ... mal


        • vote
          panpan panpan 7 février 10:03

          @Boris,
          je suis tenté de dire la génération d’après,ceux des 90’s, car j’ai beaucoup d’ex adeptes de Goldorak parmi mes proches, ils sont nés pour la plupart fin 70 et ont donné à minima 1 an pour le drapeau, la plupart plutôt VSL comme Marsouin et autre commando para et n’en ont aucun regret.


        • vote
          Boris Boris 8 février 09:08

          @panpan

          Bien évidemment et heureusement, il y a toujours des cas minoritaires.
          Quand je parle d’une génération c’est du 50 ou 60 % et ça suffit pour faire basculer une société dans le wokisme et autres débilités.


        • 2 votes
          Boris Boris 8 février 09:18

          @nono la simple tête de veau

          Avec la louche de pâté de campagne à la place de ce qui te sert de cervelle et ta tronche de macrocéphale tu as du te taper des rassis plutôt, non ? 


        • vote
          nono le simplet nono le simplet 8 février 09:26

          @Boris
          je sais bien que je ne suis pas ton genre mais n’affabule pas sur le goût des femmes ... t’y connais rien ... et pour cause, hein ? smiley


        • vote
          nono le simplet nono le simplet 8 février 09:29

          @Boris
          je te rappelle que tu as été lobotomisé fin 70 en regardant "gueule de raque"



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès