• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bienvenue à BIG BROMA

Bienvenue à BIG BROMA

Vous l’aurez compris, le concept de Big Brother (contrôle et surveillance généralisés) et de Big Mama (infantilisation étouffante généralisée) = BIG BROMA.

 

Ce terme un peu barbare évoque aussi le bromure de potassium dont les propriétés sédatives permettaient, paraît-il, de calmer les pulsions sexuelles dans certaines circonstances où des hommes ne pouvaient pas rencontrer de femmes…

Nous retiendrons l’aspect sédatif du terme.

Notre société se débine en lambeaux, cela n’aura échappé à personne, sauf aux positivistes et aux fans du mondialisme « heureux » qui attendent sans doute qu’advienne le Messie dont la venue, affirment ses adeptes, ne peut se manifester qu’après un chaos général. Ils parlent alors de « chaos constructif ». Genre de tabula rasa comme fit Mao Zedong avec sa révolution culturelle chinoise qui impressionna pas mal de nos discutables intellos dont certains encore vivants sévissent toujours aujourd’hui. On les reconnaît souvent à leur goût pour le port de chemise blanche à col dit « mao » et à leur discours libertaro-progressiste.

Ces ex-maoïstes sont encore opérationnels dans les réseaux discrets de la méta politique, celle qui fabrique les grands chamboulements de fond pendant qu’en surface l’on nous brouille l’esprit avec le petit théâtre d’opérette servi quotidiennement par les BFM TV et autres médias du même tonneau.

La politique du « care »

Nous est également servi depuis quelques années ce que les mêmes destructeurs d’ordre « ancien » nous vendent comme le « care ». En bon français, on parle de charité, de soin, de bienveillance, d’attention. Le « care » nous vient encore une fois des EU, pays également en cours de destruction et où une partie du peuple a tenté de sauver quelques meubles en élisant un certain Trump. On ne sait pas encore si c'est une bonne chose pour eux ou non (?).

Il est de mise de considérer Trump comme un crétin. Agaçant et pas très "président" c'est sûr, mais crétin, certainement pas. Les médias sus mentionnés de notre pays en ruine ne se privent pas cependant d'en faire un con, c’est leur marotte. Ce sont les mêmes qui, pour la France, n’ont pas hésité un instant à publier plus de 8000 articles pour imposer le candidat Macron. Toujours eux également qui espéraient qu’une certaine Hillary soit la « première présidente des USA ». Avec Trump ça en décoiffe et ça semble faire du n'imporet quoi... avec Hillary on avait la 3ème guerre mondiale à coup sûr. Mais nos zélateurs français de la gouvernance mondiale n’en ont cure… les peuples n'existant plus, on les maintiendra toujours à la surface des choses.

Leur objectif, je le rappelle brièvement, est de faire en sorte que l’Union Européenne ne soit qu’un amalgame de grandes régions et pour ce faire, il faut donc détruire les « vieilles » Nations européennes. Tout est donc fait pour que chaque nation de l’ouest européen (ils s’occuperont de l’Est plus tard) soit réduite à rien d’autre que des regroupements de populaces locales et d'autres issues de partout. Il s'agit de fabriquer des masses sans mémoire, sans Histoire, sans racine, sans culture singulière, bref il s’agit de faire advenir un « homme nouveau » qui s’inscrive dans le Nouvel Ordre Mondial qui se déploie sous nos yeux effarés.

C’est dans ce contexte quelque peu glaçant que le « care » s’est répandu comme un virus comportemental bien plus inquiétant que le covid19 dont je ne parlerai pas dans cet article tant la bouffonnerie est de plus en plus évidente.

Infantiliser les masses

Pour reprogrammer un esprit il faut d’abord le lessiver. C’était le but du fameux programme MK-Ultra américain dont Naomie Klein explique les effets dans son livre « La Stratégie du choc » (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Stratégie_du_choc).

Si les résultats des expériences menées dans le cadre de ce programme terrifiant ont été peu satisfaisants pour les pervers qui l’expérimentèrent cela n’a pas empêché certains stratèges d’en garder le principe. L’annonce d’un événement grave produit un choc de sidération parmi la population que l’on soumet ensuite quotidiennement à des annonces alarmistes en boucle. On maintient la tension suffisamment longtemps pour allonger l’effet sidération. On constate systématiquement les effets de cette stratégie sous forme de la fameuse courbe de Kübler-Ross (https://fr.wikipedia.org/wiki/Modèle_de_Kübler-Ross).

Les planificateurs du Nouvel Ordre Mondial savent y faire et l’utilisation de cette stratégie vient de faire preuve de son efficacité avec le traitement médiatique surréaliste d’une épidémie fréquente dans la plupart des pays transformée en pandémie. Il fallait bien une pandémie pour créer le choc. Les décrets et lois dites « d’urgence sanitaire » que l'on subi vont très probablement devenir quasi définitives. Nous avions depuis plusieurs années le programme « vigipirate », le voilà agrémenté de contraintes supplémentaires particulièrement inquiétantes pour des états qui ne gouvernent plus mais font dans la gestion des soubresauts sociétaux à défaut de véritable Politique.

Depuis la « crise sanitaire covidienne », l’on découvre des obligations publiques qui laissent pantois. JC Decaux a prêté ses encards pour des affichages qui fleurent l’ordonnance faite aux enfants avant de partir à l’école (cf. photo ci-dessous)

Partout dans l’espace des transports publics, des étiquettes avec les mêmes consignes et surtout cette formulation faux cul à souhait que l’on a vu fleurir dans les mails et à l’entrée de beaucoup de commerces entrebâillés : « Prenez soin de vous et des autres ». On ne compte pas les « on vous attendait » ou les « soyez solidaire, aimez-vous » et autres ordonnances du genre « on tient à vous  »… oui, ça ose tout et même le pire de la putasserie.

La nouveauté n’est pas tant le soin qu’il est souhaitable de porter à autrui, mais plutôt son affichage partout comme si une entité « bienveillante » voulait nous cocooner comme une Mère par trop enveloppante.

Les valeurs féminines  ?

Que cela plaise ou non aux néo-féministes et à leurs supporters mâles, les comportements maternant sont devenus les « nouvelles valeurs » d’une société de plus en plus dineylandisée à dessein. Madame Hidalgo, la Mère de Paris, ne fait du "bon boulot". Après avoir transformé la place de l’Hôtel de Ville en espace « d’animations ludiques » au prorata des saisons, les quais de Seine non pas en allées piétonnes mais en « parcours ludique, sportif et récréatif » puis réduit les boulevards principaux en voies exclusives pour vélos, skates, mono-roues, trottinettes et autres machins de « mobilité », nous sommes à présents sommés de « prendre soin d’autrui » en arborant obligatoirement un bâillon sur le visage et en se pommadant les mains jusqu’à 5 fois par jour d’alcool gluant. Au secours, Philippe Murray… reviens !!

Hygiénisme dedans et dehors

Comme une bonne mère, le français, et plus généralement le pecus vulgum des peuples massifiés, est tenu d’être propre comme un sou neuf. L’idée parfaitement délirante d’un corps aseptisé est entré dans les esprits à coups de campagnes basées sur le commerce du cosmétique de la propreté obsessionnelle et de l’orchestration obscène de la peur des virus et bactérie.

Comme une big Mama pleine de bienveillance douteuse, le citoyen déjà transformé en client est à présent infantilisé par l’œil du tout contrôle numérique et le maternage étouffant d’un état ayant lui-même perdu sa verticalité. Depuis Sarkozy, il n’aura échappé à presque personne que nos présidents sont de petits messieurs qui n’hésitent plus à mettre en avant leur goût pour la conquête féminine plutôt que pour des décisions courageuses nobles, ambitieuses et visant l'indépendance du pays collaborant avec les autres avec intelligence (souverain diront les plus exigeants).

Et l’on pense à notre Souchon national, chanteur enfant avant l’heure dont l’une des chansons rappelle à quel point l’homo post modernus est un enfant inconsolable, fragile, pleurnicheur et émotif qui appelle sa maman de toutes ses forces :

Et plus encore d’actualité, notre Dutronc père (!) déjà peu enclin à se laisser traiter en gamin dès les années 1968… ce qui n’est pas tout à fait hasardeux puisque le délire libertaire a démarré cette année-là !

Le 21ème siècle sera…féminin et ne sera pas

Et si l’on ne sait pas exactement quelle était la véritable phrase sur ce 21ème siècle, on est au moins certain maintenant que la meilleure façon de mener un troupeau là où il ne voulait pas c'est  :

 

1/ d'utiliser plusieurs fois le principe du « choc » pour créer un état de sidération générale afin d’instaurer des lois scélérates liberticides à souhait. Le principe du saucissonnage (petite étape par petite étape) permettant de faire avaler un boa à des estomacs par trop récalcitrants.

2/ d’infantiliser les masses en instaurant une idéologie du « soin » et en faisant en sorte que le pays devienne une grande région hospitalière (à tous les sens du terme) où l’on « soigne » les esprits fragiles à coup de programmes de « bien-être », de cellules psychologiques pour le moindre bobos, d’espaces ludiques pour occuper les esprits vidés de toute transcendance et tremblant au moindre virus circulant.

Conclusion provisoire 

Avec le délire covidien, notre pays a fait un pas de plus vers l’intégration forcée à la gouvernance mondiale chère aux mondialistes qui nous vendent le dossier depuis plusieurs décennies par événements de choc.

Le citoyen d’antan est devenu un môme pleurnichard, pétri de peurs dont celle de sa propre finitude. Le néo féminisme aura fait le boulot de destruction achevée de la fonction symbolique du Père (loi des limites) en imposant partout les « valeurs féminines » (sans limite) et qui, par conséquent, aboutissent toujours à la barbarie.

Notre société n’est plus qu’un ensemble indéfini d’adulescents peureux prêts à accepter l’inacceptable au nom d'un minuscule confort d’aliéné consentant. Au-dessus des têtes inquiètes pour tout et n'importe quoi, un œil qui « surveille, contrôle et puni » combiné à une idéologie du « care » maternant. Coiffé par un œil numérique omniprésent et emmailloté dans des bras virtuels, le bébé singe nu du 21ème siècle est en couveuse d’achévement de sa propre régression consentie.

Le BIG BROMA est en phase d’installation… reste à voir si les esprits parvenus à maintenir leur pleine maturité réussiront à s’unir efficacement pour remettre nos pays en position verticale et à redresser l’homme avec ?

°°°°

En remerciant à l’avance les commentateurs pour leur apport, leur correctifs, leurs propositions, leurs visions. Ceux qui insultent, méprisent ou trollent n’auront aucune réponse de ma part.

 

Djam de N’kembo

 




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • vote
    JL 29 mai 10:30

    Bel article ;

     

    Big Broma, bel acronyme : la politique n’est plus un métier de gouvernants mais un métier de gouvernates.
     
    Ceci dit :

    « L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’en juillet. Il permet au gouvernement de limiter les déplacements autorisés et d’imposer des mesures d’isolement et de quarantaine. Ce nouvel état d’urgence rappelle celui de 2015, contre le terrorisme. Ces dispositions d’exception risquent de devenir permanentes, alerte Sarah Massoud, du Syndicat de la magistrature. »

     

     A lire là :

    État d’urgence sanitaire : « La figure du danger était celle du terroriste, demain, ce sera le malade »

    .

     

     nb. L’état d’urgence a quasiment été levé devant la grogne des métiers de restauration et d e tourisme principalement, une branche importante de l’électorat LREM.


    • vote
      JL 30 mai 07:28

      @JL
       
       

      L’état d’urgence sanitaire sera-t-il bientôt levé ?.

       

      « Il permet au gouvernement de limiter les déplacements autorisés et d’imposer des mesures d’isolement et de quarantaine. Ce nouvel état d’urgence rappelle celui de 2015, contre le terrorisme. Ces dispositions d’exception risquent de devenir permanentes, alerte Sarah Massoud, du Syndicat de la magistrature. »

       

       A lire là :

      État d’urgence sanitaire : « La figure du danger était celle du terroriste, demain, ce sera le malade »
       
       Le bon lien :
       
       https://www.bastamag.net/Etat-d-urgence-quarantaine-mise-en-isolement-attestation-amendes-libertes-syndicat-magistrature


    • vote
      beo111 beo111 29 mai 11:35

      Ah ben c’est sûr que du côté de la France on se rapproche de la fin de l’Histoire. La mort est symétrique de la naissance. Il y a le ventre maternel et ça se passe à l’Hôpital.

      Mais vous connaissez peut-être mon avis. La France a besoin d’une rémission, et je pense que Dieu lui accordera car ce grand peuple politique a encore quelque chose à dire.


      • vote
        tobor tobor 30 mai 01:55

        Merci, bon article !
        Je pense que l’infantilisation des masses est depuis bien longtemps travaillée au cinéma, principalement à Hollywood mais assez clairement aussi en Europe où des (euh, vite fait) Gondry, Besson ou en Belgique un Van Dormael, font école après avoir étés formatés à suivre au pas les consignes de lobbys idéologiques mondialistes. 

        Un phénomène assez comparable mais beaucoup moins subtil a eu lieu dans les années 70s avec les stars de la chanson française qui s’exilaient chez tonton Sam pour revenir après un à deux ans en mode brushing et paillettes, disco-queens & kings et faisaient un carton, ce qui signifiaient à tous et toutes que les usa sont le modèle à suivre... Et ça a plutôt bien marché, hollywood avait liquidé son très puritain "code Hays" (1930 ,à 1966) et pouvait user de ses charmes de façade pour induire ses poncifs et sa propagande au monde entier. Les faces obscures des travaux de Freud que sont la manipulation des masses et des individus y sont mise à profit par des psychologues, induisant qu’on peut marquer le publique avec des valeurs à l’opposé de celle qu’il croit recevoir, provoquant des réflexes conditionnés bien plus puissants que ce qu’on pourrait imaginer !

        Et tout cela pousse vers un projet orwello-huxleyien, l’acceptation de l’inacceptable, pas de retour en arrière, le sacrifice des vieux, le puçage, la virtualisation de la liberté, la surveillance totale, le transhumanisme.
        Huxley savait que le pré-requis qu’il offrait avec "A brave new world" serait perçu comme une mise-en-garde sachant pertinemment qu’en réalité, il poussait plutôt à l’acceptation, phénomène qu’il décrit dans son interview de 1962...


        • vote
          Djam Djam 30 mai 20:22

          @tobor
          Merci pour l’ajout tout à pertinent ! smiley


        • vote
          Alexandre Berger 30 mai 11:54

          Ah cet éternel art du double discours, vicieux sophismes, manipulation des foules et inversions totales, la science délicate et implacable du pipeau magique ! Perso j’ai un peu la même, éternellement stupéfait par l’efficacité surréaliste de la chose.

          "Si nous comprenons les mécanismes et les mobiles propres au fonctionnement de l’esprit de groupe, il devient possible de contrôler et d’embrigader les masses selon notre volonté et sans qu’elles en prennent conscience."

          "Si vous pouvez influencer les leaders, avec ou sans leur coopération consciente, vous influencez automatiquement le groupe sur lesquels ils ont une emprise. Mais les gens n’ont même pas besoin de se regrouper ensemble dans une réunion publique ou dans une manifestation de rue pour être l’objet des influences de la psychologie de masse. Car l’homme est par nature grégaire et ressent le besoin d’être membre d’une communauté, même lorsqu’il est tout seul dans une pièce."

          Edward Berneys, Propaganda, 1928.


          • vote
            Djam Djam 30 mai 20:25

            @Alexandre Berger
            Excellent rappel de l’inénarrable Berney’s dont j’ai lu "Propaganda".... un tire pareil, il fallait oser, ils l’ont fait !
            Avec le délire covid, on a constaté que l’effet  choc / groupe / sidération / avalez-donc-le-paquet-de-couleuvres-qu’on-vous-sert fonctionne encore très bien...


          • vote
            Patrick Samba 2 juillet 18:36

            Bonjour,

            "le concept de Big Brother (contrôle et surveillance généralisés) et de
            Big Mama (infantilisation étouffante généralisée) = BIG BROMA. Ce terme un peu barbare évoque aussi le bromure de potassium
            ".

            Puisque vous avez parlé du "care", ne peut-on pas sans modifier l’appellation, y introduire Big Pharma et ses vaccins de plus en plus envahissants pour nous protéger du Mal ?


            • vote
              hase hase 2 juillet 19:17

              Il y a dans le " care" un consonance de spiritualité en toc, avec cette aversion pour le conflit et la violence portée au comble d’un absurde niant la vie ! mais qui surtout inhibe toute contestation ou fait haïr et craindre toute contestation : la répression qui sévit ressort-elle du Bro, ou du Ma ? Si vous n’êtes pas soumis aux contrôles ni adeptes du care, vous serez matés.

              L’absurdité de ce que l’on vient de vivre, la violence qui sévissait juste avant, auront-elles raison de la pleutrerie programmée ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès