• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chypre : la colonisation oubliée

Chypre : la colonisation oubliée

C'est une histoire contemporaine dont on entend très peu parler. Une histoire pourtant en marche dans un des pays membres de l'U.E., Chypre. Quelques repères historiques pour comprendre :

* 1571 : Après la conquête ottomane de l'île, près de 30 000 colons Turcs s'y installèrent. Une partie des insulaires autochtones se convertirent alors à l'islam et l'installation de colons musulmans à Chypre continua jusqu'à la fin de la période ottomane.

 

* 1960 : Chypre obtient son indépendance. La population est alors composée d'une très large majorité de Chypriotes grecs (82%) et d'une minorité Turque (18%). Malgré cette disproportion, la constitution chypriote garantit 30 % des postes dans la fonction publique et 40 % dans la police en plus d'un droit de véto à la minorité turque.

 

* 1962 : Adhésion au Conseil de l'Europe

 

* 1963 : Les violences inter-ethniques commencées en 1955 explosent en décembre 1963 et signe la fin des espoirs de cohabitation pacifique.

 

* Début 1964 : Chypre est à feu et à sang. Des opérations d'épurations ethniques (destructions de villages et de mosquées, assassinats, viols) sont commises par la partie grecque, ce qui provoque des représailles du côté turc. Les Chypriotes grecs profitent de la politique de la chaise vide, décidée en janvier 1964, par les représentants chypriotes turcs, dans toutes les instances représentatives, pour faire passer des lois rééquilibrant les pouvoirs conformément au prorata démographique. Les Chypriotes turcs très liés au pouvoir d'Ankara s'enfoncent quant à eux dans la logique de la séparation également promue par la Turquie, provoquant de ce fait les conditions de leur mise à l'écart. Le TMT, milice chypriote turque, provoque de manière concertée des incidents, auxquels les Chypriotes grecs répondent de manière toujours plus disproportionnée. Les dirigeants chypriotes turcs poursuivent, durant tout l'hiver 1964, cette politique du pire dans le but de démontrer que leur sécurité est en jeu et que la partition est la seule solution préservant leur existence même. Cette politique se concrétise, dans les premiers jours de juin, par l'appel de la communauté chypriote turque à la Turquie, pour qu'elle intervienne militairement afin d'assurer sa protection. S'en suit une médiation secrète qui va échouer des E.U.A. entre la Grèce et la Turquie (par ailleurs alliées au sein de l'OTAN) sur la question chypriote afin d'éviter une guerre entre ces deux pays susceptible de déstabiliser le flanc sud-est de l'OTAN. Envoi d'un important contingent de Casques bleus (UNFICYP) sur l'île en mars 1964, à l’issue de l’adoption de la résolution 186. 

 

* 1974 : Coup d'État de la Garde nationale chypriote soutenue par les colonels grecs contre le Président Makarios III en vue de rattacher l'île à la Grèce. Intervention de la Turquie au prétexte de la protection de la minorité turque. Cette intervention militaire, justifiée par l'existence d'un traité de garantie de la Constitution de 1960, devait rétablir l'ordre constitutionnel dans l'île. Malgré l'echec du coup d'Etat, l'invasion turque fut maintenue coupant l'île en deux. La république de Chypre se retrouva donc amputée de plus de 30 % de son territoire occupé militairement par l'armée turque. D'importants transferts de populations ont eu lieu : des Chypriotes grecs vont devoir abandonner le nord de l'île et inversement les Chypriotes turcs du sud.

 

* 1983 : la partie occupée de Chypre se déclara République turque de Chypre Nord (RTCN), mais, étant issue d'une violation flagrante des règles de droit international, elle n'est pas reconnue par le reste de la communauté internationale (elle ne dispose pas de siège à l'ONU), à l'exception de la Turquie. Au cours des opérations, environ mille six cents Chypriotes grecs ont disparu, sur le sort desquels la Turquie a toujours refusé de donner la moindre indication. Des renseignements fournis par des services secrets, publiés par la Tribune de Genève, indiquent néanmoins qu'un grand nombre fut exécuté rapidement alors que d'autres restèrent détenus plus de vingt ans.

 

Et depuis... c'est le statu quo. Enfin... pas tout à fait. Après l'opération Attila de 1974, la colonisation turc reprît de plus belle avec l'installation de colons originaire des régions de la mer Noire et méditerranéenne pour occuper les terres des Chypriotes grecs qui avaient fui l'invasion, qui ont été tués ou qui ont été chassés. Ces "nouveaux arrivants", appelé « Türkiyeli göçmenler » (signifiant immigrés turcs) constituent plus de la moitié de la population actuelle de la république de Chypre du Nord.

Les Chypriotes grecs sont donc partiellement colonisés par la Turquie depuis 1974, pays qui affiche de plus en plus ouvertement ses ambitions expansionnistes et de domination en Méditerranée et an Afrique du Nord (Libye), nostalgique de son Empire qui a vu les minorités (arméniennes, chrétiennes, yézidis, grecs pontiques, etc) littéralement épurées ethniquement à la fin du 19ième et surtout lors du génocide de 1914-1916, génocide dont la Turquie n'admet toujours pas l'existence en dépit des faits accablants en attestant.

L'État Turc occupe militairement illégalement un des pays d'Europe dans un silence généralisé. En 2017, l'ONU a organisé la Conférence de paix pour Chypre à Crans-Montana (Suisse). Celle-ci s’est terminée, le 6 juillet, par un constat d’échec, la partie chypriote ayant rejeté « l’accord ». Cette conférence inédite réunissait la République de Chypre, la République turque de Chypre du Nord (un pays dont l'existence est uniquement reconnue par la Turquie), l'ONU, le FMI, l'UE, la Grèce, le Royaume-Uni et la Turquie. L’objectif était de réunifier l’île après l’invasion et occupation illégale du Nord en 1974. La République de Chypre a fait valoir le droit international et posé comme préalable le retrait des troupes d’occupation turques, tandis que la République turque de Chypre du Nord affirmait l’intangibilité des troupes turques. Cette réunion était d'avance vouée à l'échec. L’ONU, le FMI, l’UE, le Royaume-Uni et la Turquie n’ont cessé d’exercer un chantage sur le président chypriote, Níkos Anastasiádis, pour qu’il accepte l’accord fixé par les grandes puissances en lieu et place de ses concitoyens. L'ONU présente sur place depuis 4 décennies assure la sécurité de la zone tampon entre les deux parties de l'île.

 

Dans ce reportage hollandais sous-titré en Français d'une excellente facture, on comprend qu'il n'y aura probablement jamais de réconciliation. Trop de sang versé, trop de rancœurs, de méfiance réciproque et le poids des puissances étrangères, notamment une Turquie frériste de plus en plus résolue à retrouver son Empire, sont autant de paramètres qui cristallisent la situation. Ce reportage qui date un peu (et les 3 autres consacrés aux frontières turques) illustre également parfaitement le problème de cohabitation entre peuples différents. Il y a beaucoup d'enseignements à tirer de l'histoire chypriote...

 

 

Source : l'excellente chaîne YT de VPRO à laquelle il est recommandé de s'abonner et qui propose des centaines de vidéos originales. Voir aussi dans la description du reportage toutes leurs chaînes YT thématiques : https://youtube.com/watch?v=bRg4JX_4FVE

Tags : Grèce Turquie Chypre




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • vote
    Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 2 mars 14:10

    La Turquie est la clé du réveil de l’Europe (et principalement de la France), je crois et le tombeau de l’EU, de l’Europe passive, pacifique et bureaucratique, de l’Europe mondialiste. La Turquie en est l’antithèse agressive. Le seul pays indépendant et capable par rapport à cette question est pour le moment la Russie. Mais la Russie ne pourra sauver l’Europe si elle ne veut pas se sauver.

    De ce point de vue, Chypre n’est qu’une question marginale, qui n’a rien à faire dans une organisation européenne, du reste, tout comme la Turquie.


    • 9 votes
      Mahler 2 mars 15:47

      @Jean Robin contre Fantômette
      Je n’ai pas trop compris en quoi la Turquie sera le réveil de l’Europe, quand elle nous aura inondé de migrants ?


    • 2 votes
      yoananda2 2 mars 16:04

      @Mahler
      https://fr.sputniknews.com/international/202003021043162440-la-turquie-ne-fermera-pas-ses-frontieres-avec-lunion-europeenne-aux-refugies-syriens-annonce/

      « Bientôt, des millions » de migrants afflueront vers l’Europe, estime Erdogan

      Il annonce la couleur. Et vu les dirigeants qu’on a ...

    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 2 mars 17:05

      @yoananda2 Des millions peut-être pas mais les Grecs redoutent clairement l’arrivée des beaux jours où il deviendra moins risquer de traverser par la voie maritime vers Kos, Lesbos et les 3 autres îles en première ligne sans compter la voie terrestre. Les Bulgares ont également du soucis à se faire (il y a déjà des migrants qui s’en approchent). Le pire c’est que les Turcs ont carrément affrété des bus. Ça risque de chauffer d’ici qq semaines et cet été et ce sera peut-être d’une autre ampleur que les 13 000 repoussés en 24h de samedi à dimanche... Un 2015-3016 bis ? Nous verrons mais la Turquie ne peut pas non plus absorber le million de véritables réfugiés dans la zone d’Idleb (les Afghans, Pakis, Africains n’en sont pas). Cet enf... manie intelligemment le chantage, il faut bien l’admettre...


    • 2 votes
      Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 2 mars 18:52

      @Malher

      On a répondu à ma place. Erdogan est un véritable maître-chanteur de cette Europe flasque, sans vertèbres, prête à toutes les compromissions pour sauver son idéal humaniste anti-national. La Grèce n’a aucun ressort, la France est plutôt dans la main de l’Allemagne qui voit la Turquie comme un allié... donc Erdogan est bien le maître du jeu. 

      Le couple Merkel-Macron est le verrou de cette Europe anti-nationale, sentimentale et veule face à l’appétit de puissance turc. 


    • 5 votes
      Mahler 2 mars 19:47

      @yoananda2
      Ouais j’ai vu, ça promet en enrichissement sévère, l’europe va enfin devenir un contre poids à la Chine. Asselineau peut rentrer chez lui, Erdogan était l’homme qui nous fallait. 

      Blague à part j’ai vu que les grecs résistent bien, je doute que en France on ferait ce qu’ils font, les rares qui le feraient donneraient lieux à de gros titres des journaux : "le nazisme au porte du pouvoir ? La france au bord de créer de nouveaux camps de concentration".


    • vote
      Mahler 2 mars 19:49

      @Jean Robin contre Fantômette
      Du coup vous pensez à un réveil à cause de l’afflux de migrants ? Vous êtes plus optimistes que moi, je ne vois pas les français se réveiller ; les allemands si jamais leur économie s’écroule suite à une crise et pleins de migrants fraîchement débarqués.


    • 1 vote
      Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 3 mars 08:20

      @Mahler

      La tension va continuer à augmenter dans cette UE en déliquescence qui ne contrôle plus rien et dont l’horizon se borne à intégrer le puzzle yougoslave, alors même que le Royaume-Uni vient de partir. Aucun horizon, aucun idéal sinon matériel, aucun cap politique précis, tel semble être l’avenir proche de l’UE. Macron aura du mal à mobiliser dans ce contexte morose. Erdogan devenant le véritable arbitre de cette Europe mollassonne, Macron à la remorque de l’inusable Merkel, les mouvements sociaux répétés en France... aucune solution politique n’est évidente. La France est en ébullition, l’Allemagne, non.


    • 5 votes
      Vraidrapo 2 mars 17:31

      lecteur averti des turqueries depuis le début des invasions turco-mongoles à partir du Xè siècle... je peux vous dire que cette nation de nomades n’a fait que mettre à profit les divisions des Occidentaux de façon continue.

      Dans ce contexte, il n’y a rien à reprocher au Sultan.

      Quand on vit dans un pays qui acclame Talonnettes coupable de

      bordel en Libye, en Syrie,

      de violer le Referendum des Français,

      d’élargissement de l’UE à la Roumanie et à La Bulgarie (afflux de 20,000 roms sous les pylônes des échangeurs en béton...)

      sans parler du reste ( 4 mises en examen qd mm)

      on ferait mieux de balayer devant notre porte.


      • vote
        Vraidrapo 2 mars 17:35

        @Vraidrapo
        A l’auteur de l’Article :
        je m’aperçois a posteriori de ton identité. Tu peux écraser mon post "no problem".


      • 1 vote
        Conférençovore Conférençovore 2 mars 19:16

        @Vraidrapo Je ne sais pas ce que tu entends par "écraser". Si cela signifie censurer, je ne l’ai jamais fait. Si cela signifie répondre, je ne vois pas trop le problème (tout le monde peut répondre à tout le monde ici) d’autant que tu m’y invites, non ?

        Le sujet présent est une colonisation en cours assez méconnue en général, terme avec lequel certains qui ne seraient pas d’accord. Je trouvais intéressant le coup de projecteur sur celui-ci alors que les tensions montent précisément en ce moment (en avril 2019 c’était également chaud, c’est cyclique) entre Turquie et Grèce.

        Maintenant oui, nous n’avons pas le cul propre en Syrie, Libye, Sahel, Afghanistan, etc., loin s’en faut, mais je ne vous pas bien le rapport avec le sujet.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès