• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cinéma Italien 1977 : Les Nouveaux Monstres, douze sketchs politiquement (...)

Cinéma Italien 1977 : Les Nouveaux Monstres, douze sketchs politiquement incorrects

Douze sketchs italiens source W "réalisés par Mario Monicelli, Dino Risi et Ettore Scola, sorti en 1977." politiquement incorrects et qui n'avaient pas peur d'aborder les sujets qui fâchent au temps où l'on savait rire aussi ! 

Les Nouveaux Monstres (I nuovi mostri) est un film italien composé de douze sketchs (quatorze dans la version originale) réalisés par Mario Monicelli, Dino Risi et Ettore Scola, sorti en 1977. C'est une suite des Monstres, réalisé en 1963 par Dino Risi.

L'extrait de l'éloge funèbre :

Les membres d'une troupe de comédiens ambulants accompagnent leur leader qui vient de décéder au cimetière. Après un éloge funèbre plutôt classique, l'ambiance devient débridée et tout le monde se met à chanter et à danser autour de la tombe du disparu, y compris les visiteurs du cimetière et les ouvriers d'un chantier. (Ettore Scola)

Comme une reine  : Franchino accompagne sa mère, âgée mais toujours lucide dans une maison de retraite où il est connu que les personnes âgées sont abandonnées par les parents et maltraitées par le personnel. (Ettore Scola)

Tantum ergo

Coincé dans un village en raison d'une panne de véhicule, un cardinal va découvrir qu'un abbé, sans soutane, a transformé l'église en lieu de débat politique. L'abbé tente, sans être entendu, de rassembler autour d'un combat politique non violent, une assemblée de paroissiens furieuse que l'administration veuille raser leur logement. Le vote démocratique qu'il leur propose n'a pour effet que de les maintenir dans la division, la colère, la désillusion et l'indiscipline. Invité à donner son avis, le cardinal prend le contre-pied de l'abbé, ramène au calme et plonge dans un état de piété et de joie ces paroissiens, non en leur proposant des solutions matérielles terrestres, mais, en leur rappelant que le Chrétien a le devoir d'obéir à l'autorité, de se montrer doux et que leur situation matérielle injuste et douloureuse est la promesse d'un bonheur dans le ciel. L'abbé sort de l'église, furieux contre le cardinal, car il voit dans le comportement de ce dernier une machination de l’Église pour asservir les pauvres. Il lance au cardinal « vous nous avez encore possédés ! ».

Tags : Cinéma Italie




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Super Cochon 12 juin 18:43

    J’ai le droit de posté ?


    • 1 vote
      Simple citoyenne Simple citoyenne 12 juin 20:44

      Excellent cinéma italien.


      • 1 vote
        QAmonBra QAmonBra 12 juin 22:40

        Merci @ l’auteur pour le partage. . .

        De ces merveilleux et jubilatoires extraits de la formidable tragi-comédie italienne, de ce que je considère, en pesant chacun de mes mots, comme le plus populaire, le plus divertissant et le plus enrichissant cinéma européen de tous les temps. . .



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Derniers commentaires