• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Conférence de Pierre Tallet / Doc. relatifs à la découverte (entre autres) des (...)

Conférence de Pierre Tallet / Doc. relatifs à la découverte (entre autres) des papyrus de la mer Rouge

Je m'excuse par avance auprès des non-anglophones s'il n'y pas de traduction (pas le temps de la faire) mais je tenais à mettre à disposition cette conférence de Pierre Tallet concernant ses recherches. Deux vidéos sont également disponibles (en français) pour ceux que ça intéresse. 

 

Voici la description du ou plutôt des sites (1) : 

"Le ouadi el-Jarf se trouve au sud du débouché du ouadi Araba, à 24 km au sud de Zafarana, sur les contreforts du massif du Galâlâ Sud, à proximité du ouadi Deir qui mène au monastère Saint-Paul. Avant son exploration archéologique, ce site fut visité en 1823 par l’explorateur britannique Sir John Gardner Wilkinson, puis étudié dans les années 1950 par François Bisset et René Chabot-Morisseau, pilotes du canal de Suez, et amateurs d’archéologie. Le site est constitué de quatre implantations qui s’étirent sur un peu plus de 6 km d’est en ouest, du dernier ressaut montagneux du désert oriental au littoral. Le plan topographique complet de l’ensemble des installations reconnues a pu être levé au cours des deux premières campagnes sur le terrain (2011-2012). Ses différents éléments sont maintenant régulièrement remis à jour en fonction de l’avancée des travaux sur l’une ou l’autre des composantes du site."

"(...)La seule présence de ce lot d’archives sur le site du ouadi el-Jarf confirme en outre le lien étroit existant entre cet aménagement portuaire et le chantier de construction de la grande pyramide de Chéops à Giza – le port ayant peut-être été aménagé à seule fin de se procurer, au terme de la traversée du golfe de Suez à cette latitude, le cuivre nécessaire à l’outillage des constructeurs du monument.

 

La nature des découvertes effectuées sur plusieurs lieux de ce site est absolument exceptionnelle (extraits) : 

"Il s’agit à ce jour des plus anciens papyrus inscrits jamais exhumés en Égypte. Certains d’entre eux, les plus fragmentaires, étaient dispersés presque à la surface, sur le sommet des blocs formant la descenderie de G2. Mais le lot le plus important se trouvait dans le remblai d’un espace étroit entre deux blocs de fermeture de G1, où ils avaient manifestement été placés au moment de la fermeture des galeries. Il est vraisemblable que ce lot d’archives, par ailleurs très cohérent, avait véritablement été rangé à cet endroit, les papyrus y ayant manifestement été déposés sous forme de rouleaux. Ce n’est que dans un deuxième temps, mais sans doute à une époque également très ancienne, que ce dépôt fut perturbé, et en partie dispersé. Des fragments des mêmes papyrus ont en effet parfois été découverts à la fois au bas de la fosse et presque à la surface du sol, sur l’esplanade qui se trouve devant les galeries G1 et G2, probablement en position de rejet. Plusieurs fragments des mêmes documents ont de la même façon été recueillis à des niveaux différents du comblement final de la fosse. Au terme des campagnes de fouille de 2013 à 2016 ce sont près de 800 fragments de taille variable qui ont été mis à plat sous 70 plaques de verres, remises au ministère des Antiquités de l’Égypte. Une dizaine de ces documents sont très bien préservés – la feuille la plus longue, découverte en deux fragments qui ont pu être raccordés, mesurant 85 cm. 

Ces archives sont en elles-mêmes très cohérentes : elle correspondent vraisemblablement à l’activité d’une équipe d’ouvriers du nom de Ma-Oureret, dont on retrouve la trace un peu partout sur le site. La date de l’année du 13erecensement de Chéops apparaît sur l’un des documents préservés [fig. 7], ce qui permet sans doute de placer la rédaction de l’ensemble du lot dans l’extrême fin du règne de ce roi, cette date, l’an 26 ou l’an 27, étant la plus tardive actuellement connue pour ce souverain. Le contenu même de cette documentation semble bien correspondre à cette date, notamment en raison de la mention probable au sein de ces archives du vizir Ankhaef, demi-frère de Chéops, dont la période d’activité est maintenant généralement située à la fin du règne de ce roi."

      => Lire l'article complet ici :  http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article911

 

 

La conférence très peu vue (malgré son grand intérêt, publiée pour cette raison) (2) :

 

 

Un document en français (datant de juillet 2016) pour les non-anglophones (3) : 

On le trouve sur le site "sup-numerique.gouv.fr" en cliquant sur ce lien où on a une présentation par Pierre Tallet de la zone de recherche et des découvertes.

 

 

Interview de Pierre Tallet (en français) sur la page FB de L'IFAO (4) :

https://www.facebook.com/ifaocaire/videos/vb.285173664843195/1773619045998642/?type=2&theater

 

 

La campagne de mars-avril 2017 :

"La campagne de 2017, en mars-avril, a pour premier objectif de terminer l’étude des installations littorales et du port de l’Ancien Empire, dans la perspective de sa publication rapide. La grande jetée en forme de L doit faire l’objet d’un relevé plus précis, aussi bien pour sa partie terrestre que pour sa partie immergée. Une équipe de plongeurs du Ministère des Antiquités, placée sous la direction de Mohamed Abd el-Meguid, devrait poursuivre parallèlement l’exploration sous marine de la zone.

- La fouille de la zone des galeries 1 à 17 devrait également se poursuivre, avec le dégagement des galeries 17 à 11 et de l’esplanade et du système de fermeture qui se trouve devant elles. 

- Enfin, la fouille du bâtiment intermédiaire (zone 3), lancée en 2016, devrait se poursuivre cette année, notamment pour préciser mieux les différentes phases de l’occupation du site grâce, entre autres, à l’étude de l’importante quantité de céramique provenant de la vallée du Nil qui est présente à cet endroit du site."

 

Publications :

- P. Tallet, Les papyrus de la mer Rouge . Le journal de Merer (papyrus Jarf A et B), MIFAO 136, 2017.

- P. Tallet, « Des serpents et des lions : la flotte stupéfiante de Chéops en mer Rouge », in Du Sinaï au Soudan, itinéraire d’une égyptologues, Mélanges offerts à Dominique Valbelle, De Boccard, 2017, p. 243-253.

- P. Tallet, « Des nains, des étoffes et des bijoux : le papyrus de Nefer-irou au ouadi el-Jarf, Mélanges ***, sous presse, Ifao.

- P. Tallet, G. Marouard, « The Harbor facilities of King Khufu on the Red sea shore : The Wadi el-Jarf / El-Markha system », JARCE 52, 2016.

- E. Frayssignes, « Nouvelle perspective sur les techniques de tissage à l’Ancien Empire : une attestation textile de l’utilisation de métiers à chaîne tubulaire (ouadi el-Jarf, mer Rouge), Nehet 4, 2016.

- P. Tallet & G. Marouard, « The harbor of Khufu on the Red Sea coast at Wadi al-Jarf, Egypt », Near Eastern Studies77/1, 2014, p. 4-14.

- P. Tallet, « Les papyrus de la mer Rouge (ouadi el-Jarf - golfe de Suez) », CRAIBL 2013/II, p. 76-84.

- P. Tallet, « The Wadi el-Jarf Site : A Harbor of Khufu on the Red Sea », Journal of Ancient Egyptian Interconnections 5/1, 2013, p. 76-84.

 

 

Sources : 

(1) http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article911, où l'on trouve des explications détaillées, illustrations et cartes sur cette campagne de recherches

(2) Chaîne YT de "The Nelson Atkins Museum of Art"

(3) Site http://www.sup-numerique.gouv.fr/

(4) Page FB de l'IFAO (Institut Français de l'Archéologie Orientale)

Tags : Histoire Culture Egypte Archéologie




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • vote
    Ozi Ozi 6 septembre 20:32

    J’ai essayé de regarder cette conférence en paramétrant la vidéo avec des sous-titres aléatoirs en Français mais le résultat est mauvais, du coup j’abandonne.. Peut être pour une prochaine fois, en Français..


    • vote
      Qiroreur Qiroreur 6 septembre 21:09

      @Ozi
      C’est dommage qu’elle soit en anglais (si j’ai le temps je traduirai tout ça, les ss-titres auto sont rarement très bons...) mais en même temps c’est le cas de beaucoup de contenu scientifique (au mieux, si les chercheurs sont Français, on a les deux versions, mais sinon c’est anglais+langue originale systématiquement) ; j’ai mis deux autres liens où les interviews (bcp moins complets il est vrai) sont en français et l’article d’où est issu ce texte est en français parce qu’on est sur un site francophone. Ceci français ou pas, sans surprise, ça n’intéresse personne, cf. ce que je te disais précédemment.


    • vote
      Qiroreur Qiroreur 6 septembre 21:10

      "Ceci dit français ou pas (...)"


    • vote
      childéric childéric 6 septembre 22:20

      Ces papyrus sont probablement des faux


      • 2 votes
        Qiroreur Qiroreur 6 septembre 23:13

        @childéric
        Voilà un argument de poids. Merci de le partager ici avec une argumentation aussi solide.


      • vote
        pegase pegase 7 septembre 13:40

        @childéric

        Ces papyrus sont probablement des faux


        On peut les dater assez facilement au carbone 14 , donc il faut voir s’ils ont fait la démarche ... après il peut s’agir de "faux" contemporains, c’est à étudier ...

        Dans le cadre d’étude d’une cavité (un gouffre en fait), On avait fait dater un crâne dUrsus speleus (ours des cavernes) par un centre spécialisé à Genève, ça fonctionne très bien ...


      • vote
        childéric childéric 9 septembre 00:11

        @Qiroreur

        J’ai dit probablement lol


      • vote
        childéric childéric 9 septembre 00:12

        @pegase

        Le carbone 14 donne des résultats contradictoires



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès