• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Défendre l’IVG, combattre la GPA et la PMA

Défendre l’IVG, combattre la GPA et la PMA

La récente déclaration du pape François contre l’IVG, par sa violence, a troublé ceux qui, jusque-là, accordaient crédit à ce souverain pontif de montrer une indéniable fibre sociale. La loi Veil, en France, demeure, depuis janvier 1975, une avancée considérable pour les droits humains, pour les libertés individuelles, et contre la discrimination de femmes, en particulier.

 

Ce qui ne sera pas le cas de la GPA et, dans une moindre mesure, de la PMA, deux mesures qui ouvriraient la voie à la marchandisation des corps. Pour les jeunes femmes pauvres, c'est en réalité une restriction à cette liberté de disposer de son corps, chère à Simone Veil. Une régression aujourd’hui imposée par les riches homosexuels de la planète, qui abusent de leur situation de précarité.

 

Tags : Société Enfance Homosexualité GPA




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • 2 votes
    zak5 16 octobre 20:03

    bof si les occidentaux ont besoin de ça pour faire des gamins, eux qui sont en voie d’extinction, pourquoi pas 



    • vote
      La mouche du coche La mouche du coche 17 octobre 16:35

      @Jean-Pierre Llabrés
      Oui les blancs sont trainés à leur fin par les marchands de mort athées. Le renouveau des peuples passe ainsi nécessairement par le retour de la dévotion au Christ comme M. Trump montre clairement l’exemple avec succès aux USA.


    • 2 votes
      cassini 16 octobre 22:26

      Défendre ce qui après plusieurs révisions reste de la loi Veil, oui, parce que l’expérience universelle montre qu’interdire l’avortement entraîne des effets pires. 


      Repousser la PMA et la GPA, oui, parce qu’elles servent à engendrer délibérément des enfants sans père (le plus souvent). 



      • vote
        ezechiel 16 octobre 22:52
        "La récente déclaration du pape François contre l’IVG, par sa violence, a troublé ceux qui, jusque-là, accordaient crédit à ce souverain pontif de montrer une indéniable fibre sociale"

        Le pape a raison.
        Porter atteinte à la vie d’autrui n’est pas un droit, le foetus humain n’a pas le même ADN que sa mère, il est donc un corps étranger, un être unique, une identité à part entière, une vie en puissance.
        Y mettre fin volontairement est un crime, commis de manière la plus horrible, révélé dans le célèbre documentaire du docteur en gynécologie Bernard Nathanson "le cri du silence" (âmes sensibles s’abstenir), où une échographie filmée en temps réel pendant un avortement, montre en détail la destruction du foetus qui résiste et essaie d’échapper à la mort.

        En France, plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année, un véritable génocide à l’échelle industrielle.


        Quand une civilisation tue ses enfants en masse en refusant le « miracle qui sauve le monde » par lequel Hannah Arendt désignait la naissance, elle finit soit par s’éteindre, soit par être submergée.
        L’extinction de la population française est programmée à grande échelle par l’ONU et l’UE pour être remplacée par une population extra-européenne (berbères, arabes, asiatiques, africains sub-sahariens), une "migration de remplacement", l’avènement d’une Europe noire.

        L’individualisme, l’égoïsme rend aveugle ceux qui ont délaissé la communauté et abandonné Dieu et le bien commun au nom de de l’individualisme, du refus du don de soi, du sacrifice, ce qui amènera en quelques décennies l’extinction de la communauté tout entière, laissant place à une tiers-mondisation du pays.

        « C’est une pauvreté de décider qu’un enfant doit mourir pour que vous puissiez vivre comme vous le souhaitez ».
        Mère Teresa

        « L’avortement tue deux fois. Il tue le corps du bébé et il tue la conscience de la mère. L’avortement est profondément anti-femmes. Les trois quarts de ses victimes sont des femmes : la moitié des bébés et toutes les mères »
        Mère Teresa

        "Le plus grand destructeur d’amour et de paix est l’avortement qui est la guerre contre l’enfant. La mère n’apprend pas à aimer, mais tue pour résoudre ses propres problèmes. Tout pays qui accepte l’avortement n’enseigne pas à son peuple à aimer, mais à utiliser toute violence pour obtenir ce qu’ils veulent ».
        Mère Teresa

        L’institut de sondage Opinion Way dans une étude de 2013 révélait que 85 % des femmes déclarent avoir ressenti une souffrance au moment de l’IVG médicamenteuse, y compris une souffrance morale pour 82 % d’entre elles.


        • 4 votes
          imago imago 16 octobre 22:58

          @ezechiel
          alors, qu’est ce qu’on fait ? retour aux bonnes vieilles aiguilles à tricoter ?


        • 1 vote
          ezechiel 16 octobre 23:37

          @imago

          non, on éduque.


        • 1 vote
          imago imago 16 octobre 23:57

          @ezechiel
          on (?) éduque en maintenant ce droit des femmes ?


        • vote
          Zolko Zolko 17 octobre 12:42

          @ezechiel : "on éduque"

           

          c’est marrant cette tarte-à-la-crème qu’on voit souvent : qui, comment, quoi, ça n’a pas d’importance puisque Môssieu a sorti le joker


        • vote
          louis 17 octobre 14:58

          @ezechiel
          on éduque , je suis d’accord avec vous mais avec tous les moyens possibles et imaginables pour l’avant , qui remontent a plusieurs décennies , on en est toujours là , donc éduquer éduquer d’accord , mais les méthodes utilisées jusque maintenant ont quelques lacunes vous ne trouvez pas .

          si on ne veut pas procréer on doit prendre ses précautions , même si on est dans l’urgence !  smiley


        • vote
          joelim joelim 17 octobre 22:13

          On donne le bébé aux couples hétéros qui ne peuvent pas en avoir. C’est tellement simple que personne n’y a pensé.

          Ou alors on continue à détruire ces êtres qui parait-il ne sont pas vivants car ils sont immergés dans un liquide (on m’a rétorqué "propagande" quand j’ai avancé que les foetus étaient vivants car ils bougaient de leur propre chef dans le ventre de leur éventuelle maman).

          Par contre les mêmes applaudissent quand la loi demande de rejeter à la mer les bébés poissons. Eux sont vivants et pourtant immergés dans un liquide, allez comprendre... Moi je comprend que les bébés poissons ont plus de droits que les bébés humains. Quelle fin de civilisation...


        • vote
          joelim joelim 17 octobre 23:21

          @imago
          "alors, qu’est ce qu’on fait ? retour aux bonnes vieilles aiguilles à tricoter ?"

          Raisonnement un peu risqué, dans ce cas autant autoriser les meurtres par injection létale car ça empêcherait quelques meurtres par arme blanche avec du sang visible. Spécieux voire vicieux même, quoique je comprenne l’idée, mais si on creuse un peu ça ne tient pas. La liberté d’autrui s’arrête où commence la liberté du foetus, d’autant plus que plein de couples ne peuvent pas avoir d’enfant. Ce n’est pas comme si celles qui refusent leur bébé devaient forcément l’assumer. Non, je pense que le problème et qu’elles ne veulent pas qu’il vive chez d’autres parents afin de ne pas risquer d’avoir de gros regrets. Je pense que c’est ça la réalité même si presque personne ne veut la voir en face.


        • vote
          joelim joelim 17 octobre 23:25

          Ah oui et puis c’est galère la grossesse, ça fait grossir et on ressemble à rien. On peut plus boire et fumer.

          Je ne serai pas choqué qu’on leur paye cet inconvénient (genre tarif de la sécu) si elles refilent leur bébé à des parents adoptifs (hétéros bien sûr, sinon pourquoi pas des amicales pédérastes).


        • 4 votes
          Le Celte Le Celte 17 octobre 13:12

          On change de format de société en donnant la possibilité aux gens de s’occuper de leurs gosses.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Verdi

Verdi
Voir ses articles







Palmarès