• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des Casseurs au service du pouvoir

Des Casseurs au service du pouvoir

Policiers en civil confondus :

Déjà en 2016 :

Besancenot en 2014 :

Les blacks blocs par Soral, 2018 :

 

Tags : Politique Police




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 2 votes
    ahtupic 25 mars 11:14

    Exact


    • 2 votes
      Vraidrapo 25 mars 11:24

      Quoi d’étonnant à ce que des policiers déguisés en casseurs cassent des vitrines quand on sait les dessous des affaires Bérégovoy, Boulin, Fontanet, De Grossouvre, René Lucet

      Le nouveau gouvernement décide, en juin 1981, sur demande de la C.G.T., de procéder à une enquête et à une inspection faite par l’Inspection Générale des Affaires Sociales sur sa gestion et ses méthodes de gouvernance. Cette enquête est faite à charge à compter de septembre et son rapport final est communiqué à l’intéressé le 10 décembre 1981. A sa suite, René Lucet produit un rapport de 28 pages contrant systématiquement toutes les affirmations du rapport produit par cette inspection. Le 14 décembre 1981, le conseil d’administration de la caisse renouvelle, après avoir l’ entendu pendant 5 heures, renouvelle sa confiance à son directeur (votes contre : C.G.T.et C.F.D.T.) .

      Par le ministre de tutelle (Nicole Questiaux) , il fait l’objet de mesure de suspension de sa fonction de directeur de C.P.A.M. de Marseille le 19 février 1982 .

      A la suite des enquêtes policières menées après le décès de René Lucet, est découvert une imbrication de deux réseaux. Le premier était basé à Marseille, fondé par Dominique (Nick) Venturi, un ancien truand rescapé de la guerre des gangs qui avait suivi l’arraisonnement du yacht Combinatie dans les années 1950 et avait fait près de vingt-cinq de morts en moins de vingt ans . Il fabriquait de fausses factures destinées à alimenter des caisses noires électorales pour des politiciens provençaux.

      Le second, niçois, était dirigé par un inspecteur des impôts de cette ville, Julien Zemour, cousin des truands du même nom, et qui bénéficiait nécessairement de la complicité des directeurs des hôpitaux , " victimes " de cette fraude.

      Le scandale révèlera la corruption de nombreux fonctionnaires dans diverses mairies de toute la France et de toutes couleurs politiques (Paris, Nice, Marseille, Clermont-Ferrand, Le Havre, Perpignan...).

      René Lucet est retrouvé mort le 4 mars 1982 ; officiellement, il s’est suicidé en se tirant deux balles dans la tête.

      Une violente polémique s’ensuit. La droite accuse le gouvernement de l’avoir acculé au suicide. La gauche s’étonne de cette mort et se demande s’il ne s’agit pas d’un meurtre. René Lucet aurait été tué parce qu’il en savait trop sur certains financements politiques.

      Plus d’un fait est troublant. Tout d’abord, René Lucet s’est suicidé de 2 balles dans la tête. Selon les rapports d’autopsie, les deux balles étaient mortelles et successives et ont été tirées dans le même orifice.

      Ensuite, l’un des policiers lave la main de René Lucet après avoir relevé les empreintes, ce qui empêche de faire un test à la cire pour savoir si le mort a réellement tiré (test connu par toutes les polices du monde depuis bien longtemps).


      • 6 votes
        Hijack ... Hijack ... 25 mars 16:37

        Le Gilet Jaune qui se fait traîner par des flics au début de la vidéo, vers 0:40 ...

        Cette vidéo est une des premières à dévoiler les cafouillages autour de ce mouvement.
        On voit bien un Gilet J. ... dire je suis avec vous ... et un responsable donner l’ordre de le lâcher ... et ce G.J, s’en va et monte dans un véhicule de gendarmerie/police (on ne voit pas la dernière scène sur cette vidéo).
        .
        Réfléchissons ... qu’est-ce que c’était  ??? :  smiley

        .
        - soit un G.J à mi-temps et l’autre mi-temps en flic, qu’il était le sagouin limite en fin de service de son premier mi-temps en G.J ...

        .
        - soit G.J qui, fièrement se rend et demande d’intégrer soit la police ou la gendarmerie, ce qui lui fut immédiatement accordé. 
        .
        Voilà pourquoi, il avait été lâché et être monté dans le car de police pour se changer ... 

         smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Tournesol

Tournesol
Voir ses articles







Palmarès