• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > DNDR#06 – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll (Ghost, Nestor, Tierra Santa, (...)

DNDR#06 – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll (Ghost, Nestor, Tierra Santa, Sortilège)

Ghost

On ne présente plus les suédois de GHOST en train de devenir une formation planétaire mainstream.
Même si leur look ferait plutôt penser à un gang de death, il s’agit bel et bien aujourd’hui d’un combo qui officie dans le Hard Rock avec une forte connotation théâtrale dans leur spectacle live.
Le nouvel album « Impera » cinquième galette du groupe sorti en début d’année est sans aucun doute leur meilleure production à ce jour. En effet, difficile de trouver un mauvais morceau parmi la douzaine que contient le disque.
Le premier titre « Imperum » est taillé sur mesure pour servir d’introduction aux concerts de la tournée 2022 suivi aussitôt par le musclé « Kaisarion » un hit qui sera sans doute encore joué dans une vingtaine d’années en 2042 lors de leur tournée d’adieu !
Ensuite, les hits s’enchainent avec « Spillway » bien dans leur style avec son intro au piano très années 80 suivi par le très mélodique « Call Me Little Sunshine » puis le tubesque « Hunter’s Moon ». On passe au métal avec « Watcher In The Sky » le morceau que j’aime le moins mais qui serait selon certains le meilleur titre de l’album, les gouts et les couleurs ne se discutant pas.
Les 4 morceaux suivants sont séparés par des intermèdes contribuant à constituer un tout cohérent pour l’ensemble de cet album.
Si vous n’êtes pas encore accros à Ghost, alors foncez sans hésitations sur cette extraordinaire production qui révèle tout le talent de Tobias Forge la tête pensante du groupe !

En prime, voici quelques photos de leur concert de Bercy du 21 avril dernier :

 

Nestor

Chers auditeurs, aujourd’hui est votre jour de chance car vous êtes en train de lire une chronique qui va changer votre vie. En effet vous allez découvrir en avant-première française pas moins que le prochain groupe mainstream qui suit les traces de Ghost, j’ai nommé Nestor !
Mais qui sont ces gars complètement exceptionnels avec un nom aussi bizarre ?
Ce jeune groupe suédois fan de Tintin et du majordome du capitaine Haddock s’est donc formé en 1989…
Heu… le lecteur marque un temps d’arrêt ! Le chroniqueur serait-il en train de se moquer du monde ?
Non vous ne rêvez pas, le groupe date bien de 1989 mais ils n’avaient jamais enregistré et après une période active à l’époque, les musiciens étaient partis vers d’autres horizons jusqu’à la crise Covid qui a confinée la moitié de la planète. Le groupe eut alors l’idée de se reformer et plus encore de composer un album grâce à l’acquisition -durant tout ce temps- d’une maitrise technique qui leur faisait défaut à leurs début. Initiative particulièrement pertinente soyez en sûrs car nous n’avons rien entendu d’une telle qualité depuis fort longtemps.
Ce premier album intitulé « Kids in a ghost town » est donc un coup de maître et contient des titres déjà légendaires avec « On the run » le premier clip diffusé sur les réseaux mais également une ballade exceptionnelle « Tomorrow » avec en invitée Samanta Fox icône des années 80, puis le fabuleux « Perfect 10 » dédié à l’actrice Demi Moore. Vient ensuite « Firesigns » le morceau le plus metal de l’album dont le riff ne vous lâchera plus durant le reste de votre existence !
L’épreuve du second album sera difficile après cela, mais c’est une autre histoire.
J’arrête là dans le dithyrambe, ce groupe Suédois est en tournée dans son pays où il est en train de casser la baraque, hey les gars on vous attend avec impatience et de pied ferme pour votre première date en France !
Dernière minute : il se murmure que le groupe pourrait être en guest d’Uriah Heep le 16 octobre 2022 à l’Olympia, affaire à suivre de très près !

 

Tierra Santa

Après avoir présenté cet exceptionnel groupe espagnol dans l’épisode 5, me voilà obligé de remettre le couvert car Tierra Santa vient d’éditer son 12ième album « Destino » tout juste sorti des presses.
Après trois premiers albums de bonne qualité mais éventuellement un peu linéaires, le groupe a passé la vitesse supérieure en 2003 avec son quatrième opus intitulé « Indomable ».
Depuis lors à chaque nouvel album -et je pèse mes mots- la qualité n’a jamais baissé. En effet l’équilibre entre morceaux power metal, mid-tempo ou ballades musclées assorti de hits potentiels ne s’est jamais démenti faisant de chaque nouvelle livraison un album que l’on réécoute à de multiples reprises sans se lasser.
Le cru 2022 ne fait heureusement pas exception à cette règle avec 11 morceaux d’une facture exceptionnelle, le groupe privilégiant contrairement à d’autres la qualité à la quantité.
L’album démarre donc sur les chapeaux de roue avec « Por el Valle de las Sombras », un voyage dans la vallée des ombres sur une rythmique que ne renierait pas Accept mais avec le chant beaucoup plus agréable de Ángel San Juan. « Mi Libertad » suit le même chemin sur un rythme à la Iron Maiden mais ici également transcendé par le chant et la qualité de la composition, on ne redescend pas avec « El Dorado » l’un des meilleurs titres de l’album mid-tempo cette fois.
Je vous laisse découvrir la suite qui ne faiblit à aucun moment pour terminer sur une ballade musclée intitulée « Mi Madre« , un morceau poignant dédié à la mère disparue du chanteur qui lui dit ne pas avoir su lui parler de son vivant.
En résumé, un nouveau sans fautes pour Tierra Santa avec un accessit particulier pour la guitare de Dan Diez omniprésente sur tout l’album, une production lumineuse et un équilibre parfait entre les vocaux et tous les instruments.
Un album à acheter d’urgence et l’espoir fou de voir ce groupe en concert de part chez nous !

 

Sortilège

Sortilège fut l’un des meilleurs groupes de metal français des années 1980 avec des paroles dans la langue de Molière. C’était une époque où selon la jurisprudence Trust de nombreux groupes chantaient en Français, citons Warning, Speed Queen, Blaspheme, H-Bomb, Satan Joker, Titan, Dragster, etc

Formé autour de l’excellent chanteur Christian « Zouille » Augustin et de Stéphane Dumont à la guitare, le groupe sort en 1983 un premier EP éponyme sur un label néerlandais. Grâce à des compositions très accrocheuses il se fait connaitre en France mais aussi en Allemagne où le groupe rencontre un certain succès. Le premier album « Metamorphose » avec sa pochette signée Philippe Druillet confirme les espoirs placés dans le combo malgré une production n’étant pas à la hauteur de leur talent de compositeurs, la maison de disque Madrigal n’ayant hélas pas les moyens d’une major. L’album suivant « Larmes de héros » moins pêchu mais plus mélodique confirma le talent de Sortilège, cependant après avoir écumé avec succès les festivals européens, les ventes sont insuffisantes pour assurer la survie du groupe qui décide de se séparer en 1986.
Sortilège se reforme alors en 2019 mais moins d’un an après se joue un psychodrame à la française. En effet, le groupe se scinde en deux avec chacune des deux parties revendiquant le nom d’origine.
Hey les gars, je ne voudrais pas faire de mauvais esprit mais même si le nom du groupe reste dans la mémoire des fans 40 ans après, vous n’avez tout de même pas non plus vendu 10 millions d’albums à l’international.
Ceci étant précisé, nous allons évoquer la version du groupe avec le chanteur Zouille accompagné du bassiste d’origine Daniel Lapp et de deux nouveaux guitaristes (Bruno Ramos ex-Manigance et Olivier Spitzer ex-Satan Jokers).
Sortilège version Zouille a sorti en 2021 un album intitulé « Phoenix« .
Ce dernier contient un melting pot des meilleurs morceaux des albums de l’époque mais entièrement réinterprétés avec un son démentiel, paramètre qui manquait cruellement aux albums d’origine.
Le son de ce nouvel opus est non seulement excellent mais on a l’impression que le groupe joue ensemble depuis toujours tant les nouveaux musiciens se sont appropriés les anciens morceaux. On trouve également deux excellents inédits composés récemment « Phoenix » et « Toujours plus haut » qui s’intègrent parfaitement avec le reste de l’album. Il semble évident que si le groupe avait pu profiter d’une telle production à l’époque, les choses auraient sans doute tourné autrement.

Réussite totale donc pour ce disque avec en prime une magnifique pochette :

Et maintenant, nous attendons avec impatience le nouvel album annoncé pour 2022 « Apocalypso » avec 100% de titres originaux.

C’est tout pour aujourd’hui,
amies rockeuses, amis rockeurs, portez-vous bien et la suite au prochain numéro !

Article source ici.

Épisode précédent :
DNDR#05 – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll (Eclipse, Megawatt, Tierra Santa, Rata Blanca)

Tags : Musique Culture




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Conférençovore Conférençovore 29 juillet 12:17

    Une collègue me bassine avec Ghost depuis des mois. Je trouve ça assez chiant et pas très innovant mais disons que ça passe et que ce n’est tout simplement pas ma came. Par contre, il est vrai qu’ils ont un sens de l’esthétique mais bon... est-ce suffisant ? Pour moi non.

    Nestor, c’est du hard FM à la Europe. Franchement j’ai du mal à identifier le génie que l’auteur s’évertue à démontrer. C’est du vu, revu et re-revu x fois.

    Le groupe espagnol fait du heavy traditionnel. Pareil. Où est la nouveauté ? C’est du Judas Priest et cie avec 35 ans de retard. Le chant en espagnol passe mal (c’est mon point de vue), comme souvent avec les groupes de metal ou de punk. Cette langue ne se prête pas trop à ces styles.

    Sortilège : "Hey les gars, je ne voudrais pas faire de mauvais esprit mais même si le nom du groupe reste dans la mémoire des fans 40 ans après, vous n’avez tout de même pas non plus vendu 10 millions d’albums à l’international."

    Ha ha ha, Excellent.Je suis passé à côté à l’époque et pourtant, la scène metal, je l’ai assiduement fréquentée. Les concerts à l’Elysée-Montmartre, la Loco, l’Arapaho (une salle près de la place d’Italie : seuls les vrais connaissent ! smiley ), le club Dunois, le squat du 13, la Miroit’ (plus tard... je ne sais pas si ça existe toujours : les mecs devaient se faire expulser durant des années mais Delanoë leur avait permis de rester), le Gibus, le squat de l’alternation et tant d’autres... Que de bons souvenirs. Bon, Sortilège n’est pas resté dans ma mémoire... C’est du heavy à la Trust/Maiden avec une voix une peu glam qui rappelle un peu celle de Campan dans les Negraboug’bit.

    Merci quand même pour les (re)découvertes mais si c’est ça la réalité du metal, je suis bien content de ne plus en écouter depuis des années après quelques classiques (Rust in Peace de Megadeth, Carcass, Sadist, Death, Atheist, Benediction, Deicide, etc).

    Si on veut écouter des trucs un peu originaux, il y a Polyphia avec le jeu assez exceptionnel de Tim Henson. Entre prog, maths rock, funk, il y a un sens de la mélodie réel, une recherche permanente et c’est techniquement irréprochable :

    https://www.youtube.com/watch?v=Z5NoQg8LdDk


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 29 juillet 12:19

      * après quelques classiques  : à part qq classiques...


    • vote
      zevengeur 29 juillet 17:45

      @Conférençovore

      Hello Conf.

      Merci pour le commentaire !

      Tu auras compris que je suis fan du métal canal historique des 70th et 80th qui s’appelait (et s’appelle encore) le Hard Rock. Après dans le domaine générique que l’on nomme métal donc, on trouve de nos jours des dizaines de styles connexes avec le folk_M, le death_M, le prog_M, le punk_M, le symphonic_M etc etc.
      Il et clair que je fais le prosélytisme de ce que j’aime, sachant que les gouts et les couleurs ne se discutent évidemment en aucun cas rationnellement.

      Et donc dans le style que je traite, on trouve non seulement les anciens groupes qui rockent "till death" mais aussi de nombreux groupes plus récents voire même très récents.
      Ghost est l’un des rares groupes en train de devenir tous publics sans le support d’une major, ces dernières ayant délaissé le métal depuis bien longtemps après que le téléchargement ait quasiment tué le marché du disque.
      A noter quand même qu’ils répondent à la signature du type "grand groupe" en ce sens où ils ont un son très personnel, cad qu’on les reconnait immédiatement à l’écoute d’un de leur morceau.

      Pour Nestor, il est exact que leur style n’est pas original, mais en revanche ils ont une qualité de composition digne des meilleurs groupes des années 80 (Bon Jovi, Poison, Cinderella, etc).

      Et Tierra Santa, contrairement à toi je trouve que le chant en Espagnol donne un super cachet à leur musique qui nous change du chant stéréotypé en anglais, je dirais la même chose du groupe argentin Rata Blanca.

      Pour étendre la couverture sur les autres styles si tu veux t’y remettre un peu, tu peux consulter les excellents sites suivants :
      https://hardrock80fr.wordpress.com/
      http://rockmeeting.com/


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 29 juillet 20:45

      @zevengeur
      "on trouve de nos jours des dizaines de styles connexes avec le folk_M, le death_M, le prog_M, le punk_M, le symphonic_M etc etc."

      Je suis clairement à la ramasse sur ce qui se fait actuellement et en gros depuis 20 ans, donc ce sont juste des impressions immédiates et en comparaison avec ce que j’ai connu et en plus sur la base d’un seul morceau. C’est donc léger mais la comparaison est inévitable. Je trouve que ce style heavy a très peu évolué mais pense que c’est parce que le meilleur a déjà été fait. Quand on passe derrière Maiden, Black Sabbath et cie, c’est forcément compliqué. C’est aussi une époque... Il me semblerait tout aussi étrange que des groupes reproduisent en 2022 ce qu’a pu faire des groupes de funk, de kraut ou d’autres styles des années 70. Pour moi, la signature du son d’un groupe compte mais est secondaire par rapport au concept général du groupe, ses mélodies, son rythme, ses ambiances, etc.

      Et sinon j’ai bien conscience de la difficulté de percer à notre époque où de moins en moins de gens achètent du son physique et où en plus aucune radio ne joue ces styles. Cela étant, c’était déjà le cas dans les années 80-90. A part les balades de GN’R, Scorpion,Mettaloch (Nothing else matters), Aérosmith ou celle d’Extreme, aucune radio ne jouait du metal. Je me souviens d’Hard Rock Express (j’ai un doute sur le nom) animée par Laurent Petitguillaume sur M6 mais ça passait à 2h du mat. Je programmais mon magnéto pour l’enregistrer mais une simple micro-coupure me niquait la prog et une fois sur deux, je l’avais dans le c... Cette chaîne se voulant "musicale" ne diffusait que de la merde H24. Même l’émission Jazz6 animée par un présentateur obèse suréaliste passait à des heures impossibles. Pour écouter de la belle musique, il fallait se lever à 5 plombes du mat et écouter ce que passait Antenne 2 : cest grâce à ça que j’ai (re)découvert Litsz, Chopin, Handel et tous mes compositeurs préférés jusqu’à encore aujourd’hui.
      Enfin bref, j’me suis égaré, comme souvent... Merci pour les liens.


    • vote
      zevengeur 30 juillet 13:38

      @Conférençovore

      J’en profite pour signaler une excellente analyse de la situation du metal en France (vidéo de 16 mn) :
      POURQUOI LA FRANCE DÉTESTE LE ROCK/METAL ?

      On on apprend par exemple avec étonnement que la densité de groupes par millions d’habitants est très voisine de celle de l’Angleterre mais en dessous de l’Allemagne qui reste un des plus grands marchés mondiaux pour ce style de musique. La Scandinavie -sans surprise explose les scores.


    • vote
      zevengeur 30 juillet 13:42

      @Conférençovore

      Je rebondis sur ton commentaire pour préciser que de mon coté je n’ai jamais arrêté d’écouter ce style de musique.
      Même si la décennie 1990 fut un quasi néant pour l’apparition de nouveaux groupes, le rebond a démarré dans les années 2000 et maintenant cela semble reparti très fort même si l’on reste en attente de plus de méga-groupes mainstream.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 30 juillet 14:18

      @zevengeur
      Il y a deux solutions. Soit tu as moins de 30 ans et je comprends, soit tu as plus de 45-50 et là je ne bite plus rien.

      Car les années 90 (93-96 pour être précis) sont un âge d’or de la création musicale. C’est l’époque où le death explose mais à mon avis bien au-delà. J’écoutais bcp de rap à l’époque et c’est l’époque où les Ministère Amer, NTM, Assassin et cie accédaient à la notoriité. C’est aussi l’époque des groupes de hard-core (Madball, 25 ta life, etc), de pleins de styles en fait.
      Ces années 90 étaient une sorte de renouveau des années 70. Gun’s faisait un concert mythique (avec Faith no more, Soundgarden et la présence de Styven Tyler et Lenny Krawitz) sur la pelouse de Vincennes e étaient joués sur M6. Metallica, Slayer, Megadeth vendaient des disques et le metal survivait sans aucune pub, comme auto-portés par le public (blanc... c’est l’angle mort de tout cela et le non-dit stupide : c’est une musique dérivée du classique... une musique d’Européens donc). Rust in peace est l’un des plus grand album de musique tout court jamais écrit.

      Bon, du très très lourd pour comprendre ce que je dis : https://www.youtube.com/watch?v=m-Q2Jt1HE5U


    • vote
      zevengeur 30 juillet 16:39

      @Conférençovore

      Manifestement, on n’écoute pas le même style de metal.
      Les années d’or pour le Rock au sens large sont les 70th et les 80th. Pour les 90th il y avait principalement le mouvement Grunge (que je n’aime pas car c’est tout sauf festif, voir le suicide emblématique de Kurt Cobain) et le mouvement fusion metal/rap que je n’aime pas non plus car je déteste le rap !
      Idem pour le death ou le black qui ne sont pas mon truc, le groupe limite que j’écoute est Amon Amarth.
      Grosso modo, je continue à écouter du Hard mélodique (terme générique) similaire à ce qui se faisait durant ce fameux age d’or, et bien entendu c’est sur ce style que j’écris des trucs sur Avox.
      (Pour infos, je suis en effet largement dans la seconde catégorie d’age selon ton découpage ! J’ai eu la chance de vivre ces années magiques qui ont créé toutes les bases)


    • vote
      Scalpa Scalpa 30 juillet 12:11

      https://www.youtube.com/watch?v=NwQARjy_ByM

      A ne pas mettre aux oubliettes.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès