• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elise Lucet au supermarché - Cash investigation ...

Elise Lucet au supermarché - Cash investigation ...

"Les ouvriers du XXIe siècle" ...

La journaliste Sophie Le Gall a enquêté sur les conditions de travail alarmantes des salariés de Free et Lidl. "Travail, ton univers impitoyable", c'est ce soir, sur France 2. La réforme du travail fait nécessairement s’interroger – loin des textes et des codes - sur la réalité du travail au quotidien. Sur la santé, la sécurité et les droits des travailleurs. Si le gouvernement argue du manque de travail pour faire valoir la pertinence de ses ordonnances, Cash Investigation a enquêté là où du travail, il y en a. Embauches à tour de bras et en CDI. Deux fleurons de la croissance : Lidl et Free. Mais à quel prix ? Anciens salariés brisés, journalistes infiltrés avec caméra cachée, racontent des machines à broyer. Et des employés qui n’ont qu’une chose à faire, c’est se taire… Ces boites sont promises à un bel avenir, elles fonctionnent pourtant comme au XIXème siècle. 

Le reportage de Sophie Le Gall est diffusé ce soir à 20h55 sur France 2. Et il fait partie de ces documents dont beaucoup de gens parleront demain matin en arrivant au boulot …

Voir aussi : http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-26-septembre-2017_2380043.html

 

Tags : Société Entreprises Consommation Travail



Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Djam Djam 26 septembre 21:10

    Courageuse Lucet... étonnant qu’elle n’est pas encore été "polonisée"...

    Il n’y a pas que chez Lidl et Free, ce management de pervers, qui nous vient des USA comme tant de saloperies, se retrouve dans quasiment toutes les grandes entreprises et multinationales installées sur notre territoire.

    Le principe même d’entreprise n’existe plus, il s’agit partout de "business unit", en clair : des Unités de Profit où l’on exploite des esclaves modernes tenus par la peur, l’angoisse parce qu’endettés pour la plupart.

    Les idéologues de la modernité et du progrès appellent ça une civilisation et exigent que le monde entier adopte ce délire.

    Je pense à ce pauvre Michel Serres à qui l’on a sans doute commandé la rédaction de son tout dernier petit livre dans lequel il ne cesse du début à la fin de célébrer l’époque actuelle. les arguments utilisés sont tellement énormes qu’on se demande même s’il n’a pas été un peu "obligé" d’écrire ça tellement c’est caricatural et mensonger compte tenu du parti pris idéologique. L’objectif bien évidemment de ce petit livre est d’essayer d’enrayer le discret mais notoire retournement de croyances des gens... on entend de plus en plus de gens dirent qu’avant, c’était tout de même plus humain, du moins en France.


    • vote
      ged252 27 septembre 09:56

      @La mouche du coche

      Exactement je me souviens d’une émission il y a une dizaine d’années dans laquelle, Elise Lucet accusait la France d’être responsable du génocide Rwandais, à l’aide de reportages complètement bidonné, depuis ce temps-là, elle est out  : une fausse opposante et une vraie gauchiste, qui doit ses promotions au seul fait qu’elle dénigre ouvertement, elle calomnie le FN.

      Et elle n’est pas la seule journaliste a devoir ses promotions à ce comportement, il y en a d’autres, il y a aussi des humoristes, qui, s’ils insultent le FN, comme Madénian, ou la pseudo comique de France Inter, qui se fait passer pour une arabe, qui sont promus même s’ils sont nuls et n’amusent personne.

      .

      Autre exemple comique pas comique du tout, mais crache sur asselineau, à la fin de la vidéo :


    • vote
      pegase pegase 27 septembre 10:19

      @La mouche du coche
      @ged252

      Ah bon ? Je n’ai jamais fait attention ..... smiley

      C’est possible, en effet, je l’ai dans mes contacts fb , on va surveiller ça de plus près, mais je l’ai quand même vu s’attaquer à de grands consortiums pharmaceutique en Suisse où elle s’est fait jetée comme une malpropre ...

      Pour le moment elle n’a pas pipée mot concernant le scandale d’Alstom !


    • vote
      pegase pegase 27 septembre 10:27

      @ged252

      Exactement je me souviens d’une émission il y a une dizaine d’années dans laquelle, Elise Lucet accusait la France d’être responsable du génocide Rwandais, à l’aide de reportages complètement bidonné, depuis ce temps-là, elle est out ..


      C’est en rapport à la BNP ? soit disant qu’ils auraient financé la fourniture d’armements en prêtant de l’argent (à qui, je ne sais pas, je n’ai pas encore étudié cette affaire) ...

      La BNP est la plus grande banque française, finançant de nombreuses entreprises en France, depuis un moment on voit de nombreuses attaques médiatiques contre cette banque, sans parler des amendes infligées par les états unis ...


    • 2 votes
      Simple citoyenne Simple citoyenne 27 septembre 11:00
      Enregistrement entre un directeur régional et un chef de magasin LIDL ! 
      Source Cash investigation

      Extrait article ! source On a notamment pu entendre dans l’émission de mardi soir l’enregistrement d’une conversation entre un manager et un chef de magasin. Les propos du manager sont éloquents : « Si je viens et que le magasin est mal tenu, je te promets que toi et moi on se verra toutes les semaines. Ça va être à feu et à sang. (...) Tu vas perdre une à deux semaines de salaire par mois parce que je te mettrai six jours de mise à pied à longueur de temps et tu vas mourir. Et après, t’iras aux prud’hommes, et les prud’hommes, ça va durer cinq ans. (...) J’ai plus d’avocats que toi et tu vas mourir, tu veux jouer à ça ? (...) C’est la guerre. »


      • 1 vote
        yoananda yoananda 27 septembre 11:13

        "sur la réalité du travail au quotidien."
        ce n’est pas LA réalité, mais UNE réalité. Padamalgam, ce n’est pas parce qu’un petit chef à un endroit se la joue "guerre" contre un subalterne qui fait mal son boulot qu’il faut généraliser à tous les emplois dans tous les domaines dans toutes les entreprises.
         
        Il faut protéger les conditions de travail, certes, mais ne pas en faire une nième psychose ou encore et encore on fait intervenir le pire intervenant pour régler les problèmes : l’état !


        • 3 votes
          Qiroreur Qiroreur 27 septembre 12:30

          @yoananda
          J’ai vu le reportage (enfin sur Lidl, pas sur Free...) et ce que l’on voit est assez édifiant : 

          Sur une plateforme logistique ils ont calculé le poids moyen soulevé chaque jour par un préparateur de commande. On arrive à 8,17 t (le DRH interrogé parle au début de 3t puis concède qu’ils sont aux alentours de 6t). Un tel poids fait que les employés dév tous des maladies pro dans des proportions alarmantes (3x plus que la moyenne du secteur) : toute la panoplie des maladies des articulations y passe (tendinites, hernies, lombalgies, etc... finissant systématiquement en incapacité du travail qui se solde par un licenciement par exploitation des failles du code du travail : on te propose un poste de remplacement, conformément à la loi, mais à des centaines de km de chez toi... tu refuses et c’est la porte). Sans parler du stress et du sentiment de deshumanisation complète : ils sont guidés par un syst de commande vocale qui fait qu’il n’y a plus aucune relation possible avec les collègues (le mot "bonjour" n’est pas intégré dans le syst et le fait bugguer).

          Bien sûr le DRH et les responsables expliquent qu’il n’y a pas d’objectif fixé mais en réalité ils doivent faire 250 colis à l’heure (1 toutes les 15 s). C’est humainement intenable, même pour des jeunes en pleine santé. Et pour les cadres c’est le même tarif. L’un des responsables logistique s’est pendu sur son lieu de travail parce qu’à bout, ayant signalé depuis des mois qu’il se tapait le boulot de 3 personnes... Lidl a été reconnue coupable de plusieurs délits (harcèlement moral notamment) mais bien sûr un mort et des milliers de licenciés ne changeront rien au modèle éco choisi. 

          Sinon à part l’Etat qui peut intervenir ? Les salariés ? Ce sont des pauvres gens qui essaient de survivre, et qui savent que s’ils organisent un mouvement de grève ils seront châtiés pour l’exemple. Donc à un moment donné, qui d’autre peut mettre à frein aux dérives de ces transnat ?

          P.S. : Je ne comprends pas les critiques plus haut. Elise Lucet ne dénoncerait pas les entreprises américaines (bizarre, bon peut-être, à vérifier...). Elle reste quand même l’une des rares journalistes à faire le boulot. Dans son enquête Lidl prend cher 


        • 2 votes
          yoananda yoananda 27 septembre 12:58

          @Qiroreur
          ils seront bientôt remplacés par des robots.

          C’est un débat trop compliqué et miné en France.

          Je vais me contenter de dire que tant qu’on n’aborde pas la question de la création des richesses ... on peut toujours brailler sur les conditions de travail.

          Je pourrais répondre sur "qui en dehors de l’état peut intervenir", mais ça nous entraînerait trop loin.

          Je ne faisais que critiquer les amalgames smiley

          Oui y a des jobs de merde, ça j’en convient !


        • 1 vote
          yoananda yoananda 27 septembre 13:15

          @Qiroreur
          si je comprends bien le débat, les gens s’inquiètent de ce que la loi travail permettent encore plus d’abus de ceux qui sont illustrés dans le reportage.

          C’est ça ?

          le problème, c’est que sans la loi travail, la productivité va baisser, le chômage va continuer d’augmenter, la compétitivité baisser, la dette augmenter.

          Il n’y PAS (pas forcément, et dans le contexte actuel, il n’y a PAS) de solution ou l’on soit gagnant sur tous les tableaux. Il faut choisir de 2 mots le moindre, un équilibre.

          Si on continue de tuer les entreprises avec trop charges (pour payer tous les systèmes comme le chômage, la sécu, les retraites, les congés payés), ben on ne pourra plus se payer tous nos systèmes sociaux justement (et c’est précisément ce qui arrive).

          Tous ces systèmes on peut se les payer grâces aux gains de productivité. Gains de productivité qui sont synonymes de ces conditions de travail pourries.

          Donc en gros, si les travailleurs sont pas content, il faut qu’ils aillent voir leur parents et qu’ils leur disent que leur retraites coûte trop cher, que les maintenir en vie quand ils sont trop malades se fait au prix de leur propre santé. Il faut qu’ils aillent voir les chinois pour leur dire de cesser de casser des prix pour prendre des part de marché et pouvoir se payer avec les surplus des écoles pour leurs gamins et l’épargne de leur retraite.

          Ou alors il faut que les travailleurs en question inventent des systèmes plus productifs mais plus respectueux pour l’humain, moins aliénant, ou alors, des pilules pour que les humains se plaignent moins (on a déjà les jeux vidéos, les émisions de TV, la drogue, les anxiolytiques, la musique pour supporter ce monde, mais bon qui sait il y a peut-être des nouvelles pistes avec la science cognitive).

          Rien ni personne ne les empêche de créer leur propre emplois, leur propre boite, et de faire des entreprises plus éthiques.

          Mais s’ils veulent des jobs facile, des retraites dorées, des hopitaux high-tech (les gens ne réalisent pas le coût du matos qu’il y a la dedans), des vacances a couchevelles, des chinois prospères, ... ben non !


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 27 septembre 13:21

          @yoananda
          Bien entendu qu’ils seront remplacés à terme (le meilleur exemple étant le terminal d’Amazon à Rotterdam), cela ne nous empêche pas de considérer la réalité du présent.


        • 2 votes
          makhno makhno 27 septembre 19:51

          @yoananda

          Ton commentaire est si beau...tellement en prise avec le réel que... ATTALI (Jacques) en serait charmé et te proposerait certainement un "job" dans sa Banque (éthique) qui prête au pauvres de quoi monter leur boite (200 euros de C.A / an) en prenant un petit billet au passage (on est Usurier ou pas...faut pas déconner quand même....) .

          Car c’est "son projeeeet"... ! Tous patrons... ! 

          Ton approche est affligeante de naïveté  :

           - tu oublies que les GROSSES SOCIETES dont il est question dans le "doc" payent 3 fois moins d’impôts que les PME et les TPE ...

           - tu oublies de préciser que les "Zactionnaires" de ces boites touchent un beau pactole chaque année ... ; et qu’une grande partie d’entre-eux échappent à l’impôt d’une façon ou d’une autre....

           - tu oublies le fameux C.I.C.E (de l’argent public versé aux Entreprises pour améliorer leur "compétitivité"... !! ) , dont une partie est transformée en DIVIDENDES... !

           - tu oublies que ces Entreprises financent la campagne Présidentielle de leur Champion ( pas de suspens , ils savent avant.... ) , et que , dés lors , l’Elysée ne peut que renvoyer l’ascenseur (en cassant ce pauvre Droit du Travail par ex..... !

           - bref , tu oublies que le FRIC est mal réparti , qu’il va dans la poche des "1%" , que ces abus coûtent très cher aux contribuables qui cependant devraient avoir droit à plus d’Hopitaux "high-tech" , à des retraites convenables et à des "emplois" moins pénibles... !

          Une grande partie des "travailleurs" vivent moins bien que leurs grands-parents... !

          Le PROGRES....sans doute... !?


        • 1 vote
          pegase pegase 27 septembre 20:08

          @yoananda


          La solution c’était de sortir de l’UE ...

          Pour rappel, les suisses ont des salaires bien plus élevés et il n’ont que 3% de chômage ....

          Salaire médian dans les 4000 € à 5000 € , autant dire que quand ils passent leur vacances chez nous, ils ont l’impression de voir un pays sous développé ...


        • vote
          yoananda yoananda 27 septembre 20:29

          @makhno
          et toi tu oublies les ordres de grandeurs de ce dont tu parles, et tu oublies les autres mécanismes de concentration des richesses, et tu oublies les mécanismes de concentration du pouvoir.

          Bref, tu es français, c’est à dire, inculte en économie, sauf pour être champion de la pleurniche égalitariste.


        • 1 vote
          guepe guepe 28 septembre 00:42

          @yoananda

          En france, on a droit de faire des amalgames quand il s’agit des riches, des bobos, des parisiens ,des blancs , ou des patrons ( encore vu une de ses affiches stupides de la FO appelant à une nouvelle "Révolution russe" contre le patronat ). C’est interdit juste quand il s’agit du sexe, des religions, des minorité ethnique ou des pauvres et banlieusards.

          Non à la haine mais oui à la jalousie ! Les riches ont à manger mais nous avant un appétit de loup. smiley


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 10:18

          @guepe
          tout à fait. Les français sont borgne en économie, ils sont expert de la redistribution des richesses mais font comme si elles tombaient du ciel. La création des richesses est complètement, totalement, définitivement, désespérément absente du débat ...

          Ce qui est une chose assez incroyable parce que normalement, j’ose croire que c’est le cas dans à peu près tous les pays du monde, les gens ont des notions (vagues ou pas) sur les 2 sujets.

          La création des richesses ne va pas de soi. Et surtout, la création des richesse à "besoin" d’inégalités (pour récompenser le mérite d’une part, pour permettre des gros projets d’autre part) ...

          Les gens s’offusquent que 8 gugus possèdent "autant" que le reste de l’humanité. Mais ces riches dont on parle, pour la plupart sont riches des actions de leurs entreprises (actions sur-évalués à cause de "l’effet richesse" créé par les banques centrales, mais c’est un autre sujet). Ils ne sont pas riches de milliards en argent liquide sur leur compte à vue.

          Par exemple, si je prends les poissons aujourd’hui, on a passé le pic halieutique. Les poissons (je vais faire, pour l’exemple, comme si les poissons d’élevage n’existaient pas et comme si les gens ne mangeaient que du poisson) sont de plus en plus rare parce qu’on les pèche trop. Imaginons qu’on prenne la richesse de ces 8 et qu’on la distribue aux gens qui ont faim. Donc déjà première chose, il vont vendre massivement leurs actions facebook et google en masse, et donc DETRUIRE de la richesse (puisque en économie on considère que google et facebook sont des richesses, et que vendre leurs actions les feraient faire faillite).

          Avec cet argent donc ils vont acheter du poisson pour se nourrir (dans notre exemple simplifié). Mais le poisson, il ne va pas apparaître en mer parce que tout d’un coup les gens en veulent plus et qu’ils ont de l’argent pour se l’acheter. Donc en fait, tout ce qu’il va se produire, c’est que le prix du poisson va augmenter jusqu’à ce que ... autant de monde qu’avant la grande redistribution puisse s’en acheter, c’est à dire, qu’on aura autant de crève la dalle qu’au départ, autant de pauvres qu’au départ, et même plus, puisqu’on aura détruit de la richesse !!!

          Donc ce petit exemple montre que la CREATION de richesse est le point essentiel de l’économie, avant la redistribution et que ce n’est pas magique.

          Tout ce dont parle les libéraux (avec qui j’ai de gros désaccords), c’est de la manière, optimale (celle qui demande le moins d’effort humain) de créer cette richesse.

          Les conditions de travail c’est une chose, et je suis pour leur améliorations. Mais après la rhétorique victimaire du gentil employé dévoué à son entreprise contre le méchant patron exploiteur, j’avoue qu’elle me saoule, surtout qu’elle est quasi-systématique ...

          La faute aux enseignants et milieu universitaire qui ne font pas leur boulot d’éducation !


        • vote
          mbdx33 28 septembre 17:14

          @yoananda

          Oui les entrepôts robotisés cela existe et la commande vocale de Lidl vue dans le reportage sera bientôt qu’un lointain souvenir avec les préparateurs au chômage mais en bonne santé. On est sur une période transitoire

          Le management par la terreur c’est une réalité surtout dans les boulots sans ou à faible qualification.

          De toute façon, il n’y a jamais de mystère derrière les prix discount de Lidl, il y a une organisation où la caissière fait la mise en rayon, et dans laquelle on demande à chaque personne d’être la plus performante possible.

          Comme la casse est importante et que l’entreprise n’a pas les moyens de reclasser les salariés, il font tout pour ne pas le faire. En même temps tous les préparateurs usés et inaptes ne peuvent pas devenir des chefs d’équipe ou évoluer vers d’autres fonctions administratives dans l’entreprise.

          Donc la loi est quelque part mal faite quand elle demande le reclassement de plus de 2000 personnes sur des postes qui n’existent pas dans l’entreprise. La question que devrait se poser le législateur est comment faire une norme sociale au travail qui ne permettent pas aux entreprises de créer des postes pour lesquels on sait à l’avance que les personnes devront rapidement être reclassée.

          Le dilemme est là ! Comment faire pour éviter de robotiser les gens dans ces entreprises ? Sachant que les remplacer directement par des robots c’est aussi laisser au chômage bon nombre de personnes sans ou à faible qualification. Lors des dernières élections il y a eu une piste avec le revenu universel, mais il y en a d’autres la formation initiale, la formation continue, la fiscalité des entreprises, le modèle économique des entreprises, etc.


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 19:46

          @mbdx33
          oui, le revenu universel on y viendra probablement, ce qui augmentera la pompe aspirante des "envahissants" tiers-mondistes, mais c’est un autre sujet.

          Auchan sort le premier magasin entièrement automatisé ouvert H24 :

          http://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/supermarches-est-ce-la-fin-des-caissieres_2390854.html


        • vote
          guepe guepe 28 septembre 20:29

          @yoananda

          Très bon commentaire.

          Après, un des problèmes pour moi en France reste l’enseignement de l’économie en France ne se qu’à partir de la seconde et disparait ensuite dans la plupart des filières. Et encore, le fordisme et le keynésianisme ont une place importante dans ce "programme". Et qui pend le relais après ? Les médias et les politichiens, youpi smiley

          Le reportage est de toute façon très partial, cette dinde n’est pas aller voir un entrepreneur qui fait faillite après un licenciement qui lui a fallu les prud’hommes, je parie.

          Les journalistes sont des putes, voilà, c’est le seul amalgame qui se vérifie avec la précision d’une équation mathématique.


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 23:11

          @guepe
          mais Ford, Keynes, Smith, Bastiat et les autres on s’en tape. Ce qu’il faut pour comprendre, c’est enseigner de la micro-économie ... En seconde mis à part peut-être 1 ou 2 fils de prof personne ne retient rien de ces grandes abstractions, alors qu’une bonne robinsonnade tu peux la garder toute ta vie comme une petite lanterne pour t’éclairer dans le noir.

          Vois tu, je serais curieux de voir combien de profs d’économie, même en université, savent expliquer ce qu’est la monnaie. Question simple : à une époque la monnaie c’était des coquillages (c’est documenté). Donc : pourquoi est-ce que les gens travaillaient plutôt que simplement d’aller à la plage prendre une poignée de coquillages pour s’acheter à bouffer avec ?

          Je pense que très peu sauraient répondre à cette question ! Et c’est pourtant la base de toute compréhension.

          Des petits cas comme ça, pratique, fondés sur le quotidien, ça serait une bonne base. Après plus tard, une fois l’esprit plus mûr, en université on pourrait aborder les grands penseurs et ce qu’ils ont apportés.

          Mais bon, c’est la France. On aime les abstractions, les grandes idées, et les concepts ronflants. On aime surtout fabriquer des imbéciles intelligents, des singes savants, bien dans le moule. Putain, dans ce pays, soit les gens sont incultes mais veulent jamais l’admettre, soit, ce sont des encyclopédies mais d’un conformisme à faire pleurer Dolly la chèvre clonée ...

          barf.


        • vote
          guepe guepe 29 septembre 00:29

          @yoananda

          Oui, c’est vrai mais alors la tu rêves. On est dans le pays où tous les travaux manuels sont dénigrés : plomberie, maçons, ménages, aide soignant,....., j’ai meme entendu une fois une journaliste se plaindre qu’on propose des formation BTS électricien, je savais pas que ça avait atteint le statut de travail déshonorant. Et de l’autre coté, on a 80% des élèves des facs de psycho qui n’arrivent pas à trouver de travail 6 mois après leur sortie de la fac.

          En france, on a cessé de dénigrer les Bac pro, les cap, les apprentissages en faisant des branches pour abrutis. Il y a vraiment un véritable dégout des métiers manuels ou d’usine. Résultat, les entreprises du BTP galèrent à trouver des jeunes apprentis.

          Ce que je dis fait un peu HS mais pourtant, ça reflète bien la mentalité de notre "élite" française en économie , totalement déconnectée de la réalité économique. On parle par exemple de réindustrialiser le pays , mais comment on va faire quand on donne une image mauvaise du travail d’usine, celui d’un cancre à l’école, auprès des gosses ? Y a qui comme jeune qui reve d’aller assembler des voitures dans des usines Renault ? Quand on dit que le travail d’usine ,la plomberie ou le ménage, sont des travaux dégradants et que la priorité, c’est que le max d’étudiants ai un bac S ? Comme si on pouvait faire tourner le pays qu’avec des universitaires.....

          Ca se repercute forcément sur l’enseignement de l’économie. La base des bases , ça devrait déjà essayer de définir des termes que l’on retrouve fréquemment mais cela n’est pas fait et dérive toujours sur des questions sociales ou de " redistribution des richesses "

          Résultat,on sort de ce cours en ne sachant toujours pas ce que veut dire "inflation", en ne connaissant toujours pas quels roles précis joue une banque , ni ce qu’est et à quoi sert la monnaie comme du le dis mais on aura réfléchi si la consommation est un marqueur social. smiley

          Moi, j’en mettrais dès le collège des cours d’économie et pas pour parler du Capital de Marx, en alternant avec la musique ou les arts plastiques. Mais bon ,en France, on préfère que les gosses sortent incultes en éco du lycée mais qu’il est pu jouer de la flute et réciter de la poésie.

          Et quel plaisir de voir tous les gauchos criaient à la marchandisation de l’école, à la captation du capital par les marchés, et Gna gna gna

          Bon ,je fatigue, moi, j’arrete et en plus , c’est tout confus. Je crois que je fais du pegase là. BN.


        • vote
          guepe guepe 29 septembre 00:34

          @yoananda

          Après, tu peux toujours essayer de te faire passer pour un lycéen , jeune mais curieux et prometteur , et contacter des profs d’université ( ou meme d’école, mais t’auras plus de mal ) pour leur poser tes questions sur la monnaie en jouant le naif  smiley


        • vote
          thierry3468 27 septembre 16:06

          Nous voyons la différence entre la communication d’une entreprise et la vie des salariés.Et nous pouvons transposer à notre supposé"Jupiter"qui en réalité apparait comme un Rantanplan président.
          Le reportage est très instructif et donne une image pas très nette de ces 2 "success "entreprises.Chacun sera libre de faire ses courses et ses achats en connaissance de cause.Je n’arrive pas à comprendre comment certains responsables ne voient pas Elise Lucet arriver avec ses gros sabots.Elle ne vient jamais pour féliciter les gens mais plus surement pour leur chercher des poux.


          • 2 votes
            #WorldPeaceNow* #WorldPeaceNow* 27 septembre 17:18

            Il ne manque plus que la puce RFID pour le contrôle et la soumission totale et des implants dans le cerveau pour acroître la concentration et la productivité.


            • 2 votes
              pegase pegase 27 septembre 20:04

              @#WorldPeaceNow*

              ...et un chef robot qui te flanque un coup d’arc électrique dans le cul smiley 


            • 1 vote
              Simple citoyenne Simple citoyenne 27 septembre 20:53

               Bonjour Pégase et à tous ! je n’ai pas eu l’occasion de voir le reportage, donc, désolée si je semble déposer des liens qui tombent sous le sens pour ceux qui l’ont vu, mais comme vous faites référence aux robots, ( même avec humour) je me permets de déposer un extrait d’article du Figaro. qui fait froid dans le dos, pour ceux qui comme moi, n’ont pas eu l’occasion de voir ce reportage.


              "Comme des robots

              Parmi les pratiques dénoncées par l’émission d’Élise Lucet, la commande vocale qui règne en maître dans les entrepôts. Une machine dicte aux préparateurs de commandes l’allée où il doit se rendre pour prendre la marchandise, puis le nombre de colis qu’il a à porter. Ce dernier répond « ok » lorsqu’il a fini de charger. Les salariés naviguent ainsi sept heures par jour dans l’entrepôt et ne peuvent prononcer que 47 mots, ceux compris par la machine. A la pause, des employés racontent être obsédés par cette voix métallique et disent avoir l’impression de devenir des robots."


            • 1 vote
              pegase pegase 28 septembre 16:36

              @Simple citoyenne

              Mon avis sur ces choses, ils ne sont pas non plus obligés de bosser dans ce genre d’entreprise, il faut savoir garder un minimum de dignité et ne pas tout accepter ; c’est pourquoi je conseille dès le plus jeune âge qu’il faut à tout prix tenter de gagner son indépendance en réunissant tout les éléments nécessaires pour gagner sa vie en créant sa propre entreprise, et ne pas trop compter sur les autres boites pour s’épanouir, ni même sur l’éducation nationale ou le fonctionnariat ....


            • 1 vote
              mbdx33 28 septembre 17:19

              @pegase

              On est jamais obligé à rien !

              Mais tout le monde n’a pas les moyens de créer une entreprise ou d’accéder à un job moins pénible.

              Ceci étant on peut raisonnablement se poser la question de savoir pourquoi autant de gens passent tant de temps sur les bancs des écoles pour finir aussi peu qualifiés et donc à la merci de ce genre d’entreprises.


            • 1 vote
              Simple citoyenne Simple citoyenne 29 septembre 08:57

              @pegase ! oui je suis d’accord avec vous, donc il aussi faut force de caractère pour accepter et de comprendre enfin que l’on peut vivre sans subir la vie. Certes, entreprendre, oui ! mais sans avoir de dettes, là, comment faire ?

              Sinon, en dehors du monde du travail, il y a des gens que je côtoie et qui ne semblent pas prendre conscience qu’ils sont bien plus qu’ils ne sont dans cette société, et bien plus, que ce que décrivent ces affreuses fiches administratives ; et finalement, ils donnent l’impression, (je dis, ils donnent l’impression, car peut-être que je me trompe) de subir ce que la société attend des individus, tout ça, à la grande joie des "employeurs" qui exploitent les gens comme des chevaux de trait.

              Oui je suis d’accord avec vous. Il faut que cette exploitation cesse à tout prix et que les individus prennent conscience, même adulte, qu’ils sont bien plus ce qu’on leur fait croire depuis trop d’années, auquel cas ils feront les beaux jours des exploiteurs, des partis politiques ; des laboratoires pharmaceutiques ; des vendeurs d’armes ; des vendeurs de mort comme Monsanto & Bayer ; des sectes et des vendeurs de doctrines qui leur imposent quoi faire et ne pas faire.

              Finalement l’ignorance arrange bien des exploiteurs et il faut que l’Homme cesse de se faire voler sa vie.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès