• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Guerre au Yémen : selon Amnesty International, des soldats saoudiens (...)

Guerre au Yémen : selon Amnesty International, des soldats saoudiens s’entraînent en France

Selon le groupe de défense des droits de l'homme Amnesty International, un camp d'entraînement militaire privé installé en France forme des soldats saoudiens aux armes utilisées dans la guerre au Yémen. Amnesty affirme que la société belge qui gère le camp d'entraînement a bénéficié des faveurs du gouvernement.

Source : RFI, le 7 juillet 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Le camp d'entraînement militaire se trouve à Commercy, dans l'est de la France, et est dirigé par l'armurier belge John Cockerill. Il a été inauguré en 2019 par Geneviève Darrieussecq, la sous-secrétaire d'État au ministère de l'Armée.

« J'ai découvert un centre de formation spécialement mis en place pour les soldats saoudiens afin de les entraîner sur les armes utilisées au Yémen », a expliqué Audrey Lebel à RFI.

Audrey Lebel a mené l'enquête pour le mensuel d'Amnesty International, La Chronique. Elle affirme que l'ancien ministre de la Défense, Gérard Longuet, a grandement facilité la présence de Cockerill à Commercy durant son mandat sous la présidence de Sarkozy et du gouvernement de l'ancien Premier ministre François Fillon. Il est aujourd'hui sénateur de la Meuse et membre du conseil d'administration de John Cockerill depuis 2013.

C'est Gérard Longuet qui a facilité les contacts entre le PDG de John Cockerill, Bernard Serin, et le chef d'état-major de l'armée, le général Ract-Madoux en 2011. Serin a reçu l'ordre de mérite de la Légion d'Honneur en janvier 2020.

Voir Nasrallah : l’Arabie Saoudite et les Émirats seront annihilés par le Yémen

Gérard Longuet a déclaré à Amnesty que l'accord entre l'armée française et John Cockerill stipulait que l'entreprise de fabrication d'armes achèterait et rénoverait les installations existantes en échange de l'utilisation des terres et des bâtiments du site.

« Je ne savais pas qu'il était possible pour la France de former, sur son territoire, des militaires impliqués dans un conflit en cours », a expliqué Audrey Lebel.

« Nous avons tendance à penser que le Yémen est loin et que, en tant que citoyens français, cela ne nous concerne pas, mais cela se passe ici avec l'argent des contribuables. »

Image

La France, l'Arabie saoudite et la guerre au Yémen

La controverse autour des ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite est soulevée parce que diverses organisations de défense des droits de l'homme ainsi que des politiciens affirment que les armes sont utilisées dans le cadre de la guerre au Yémen. Ce conflit a fait plus de 230 000 morts, dont des femmes et des enfants, depuis qu'il a commencé en mars 2015. L'Arabie saoudite dirige une coalition combattant les rebelles Houthis soutenus par l'Iran.

Les Nations Unies ont décrit la guerre en cours comme la pire crise humanitaire au monde.

Documentaire sur la catastrophe humanitaire au Yémen

Une enquête publiée en avril 2019 par le journal Disclose a prouvé que des armes françaises sont utilisées dans le conflit au Yémen, en violation du traité des Nations Unies sur le commerce des armes imposant l'arrêt des exportations d’armes s’il existe un risque qu’elles contribuent à la violation des droits de l’homme.

Selon Disclose, des documents secrets sur l'utilisation des armes françaises dans le conflit yéménite ont été remis au Président Emmanuel Macron et à la ministre des Armées, Florence Parly. La France a toujours nié que ses armes aient été utilisées au Yémen.

Voir La France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis paieront-ils un jour pour leurs crimes de guerre au Yémen ?

Incitations françaises

A Commercy, l'arrivée de l'entreprise belge d'armements a fait naître l'espoir de redévelopper l'économie locale. Lebel a écrit qu'un certain nombre d'installations ont été données à John Cockerill. L'ancien maire de la ville, Bernard Muller, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de lancer un appel d'offres pour « relancer les activités existantes ». Le site était autrefois utilisé par l'armée française.

Cockerill a bénéficié d'une série d'incitations financières sur trois à cinq ans. Amnesty affirme que la société d'armes a touché plus de deux millions d'euros de fonds publics grâce à divers programmes gouvernementaux.

L'argument avancé pour expliquer le tapis rouge déployé à Cockerill était l'emploi. Cependant, à Commercy, les acteurs locaux affirment que l'impact économique n'est pas aussi important qu'il avait été promis.

Pour le sénateur Longuet, la vente d'armes est justifiée car elle fournit du travail aux Belges et aux Français.

« Je n'ai pas le pouvoir d'arrêter les guerres. Quand la France envoie des [avions de chasse] Rafale en Inde, ce n'est pas pour le défilé militaire du 14 juillet, c'est pour transformer des gens en cendres », a-t-il déclaré.

Voir De la Palestine au Yémen : honneur et déchéance du monde arabe

Lebel a souligné le secret entourant le camp d'entraînement militaire de Commercy. Elle a souligné qu'on lui avait dit, officieusement, que les stagiaires saoudiens y étaient confinés pendant le verrouillage de Covid-19. Mais officiellement, les conseillers locaux affirment qu'ils ne savent pas si la formation militaire a réellement commencé.

***

Un navire saoudien transportant des armes a quitté la France après la protestation d'une ONG

Source : RFI, 7 février 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

This picture shows the Bahri Yanbu cargoship driving in the harbour of Cherbourg, northwestern France on February 6th, 2020. The ship flying the flag of Saudi Arabia accused of transporting weapons for the conflict in Yemen.

Le cargo « Bahri Yanbu » dans le port de Cherbourg, dans le nord-ouest de la France, le 6 février 2020. Le navire battant pavillon saoudien est accusé de transporter des armes pour la guerre au Yémen.

Un navire immatriculé en Arabie saoudite, le Bahri Yanbu, a quitté le port français de Cherbourg, poursuivant un voyage qui, selon des militants des droits de l'homme, apportera des armes en Arabie saoudite. Dix-sept ONG ont écrit une lettre au Premier ministre français Edouard Philippe exigeant des garanties que le navire ne transporterait pas d’armes qui pourraient être utilisées dans la guerre de Riyad contre le Yémen.

Le 6 février, une centaine de militants ont manifesté au port de Cherbourg contre le transport des armes présumées.

« Nous ne pouvons pas dire avec certitude si quelque chose a été embarqué cette fois », explique Tony Fontin de l'Observatoire français des armements, organisme surveillant le trafic d'armes, l'un des 17 signataires de la lettre, contacté par RFI

Mais au début de l'année dernière, un navire jumeau du Bahri Yanbu, le Bahri Jazan, également dirigé par la compagnie de transport nationale d'Arabie saoudite Bahri, avait transporté en Arabie saoudite de l'artillerie Caesar française, un système automoteur de calibre 155 mm / 52 monté sur un camion et construit par le fabricant d'armes français Nexter.

Véhicules et matériels : le CAESAR de Nexter -

Camion & système d'artillerie CAESAR

En avril 2019, le média d'investigation Disclose, en coopération avec la chaîne de télévision franco-allemande Arte et la radio française France Info, a révélé que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite avaient déployé des armes françaises contre les rebelles Houthis au Yémen.

Yemen Papers

Disclose a basé ses déclarations sur des documents gouvernementaux qu'il a divulgués, et qui montrent que la France s'était engagée à vendre 129 unités Caesar entre 2018 et 2023. Le média d'investigation a documenté la livraison d'une telle expédition de la ville portuaire française du Havre au port saoudien de Djeddah, 19 jours plus tard.

Les révélations, connues sous le nom de « Yemen Papers », ont conduit à la convocation pour interrogatoire de trois membres du personnel de Disclose par le gouvernement français, mais aussi à une prise de conscience générale des exportations d'armes de la France.

Les autorités françaises ont insisté sur le fait qu'il n'y a pas de preuves que des civils soient pris pour cible par Riyad, l'un des plus gros acheteurs de matériel militaire français au Moyen-Orient.

Reportage sur la famine au Yémen

Les exportations d'armes françaises ont bondi de 31,4% pour atteindre 9,12 milliards d'euros en 2018, soit une augmentation significative par rapport aux 6,94 milliards d'euros de 2017, selon Jane's, le magazine officiel de l'industrie de l'armement, qui a déclaré que le Moyen-Orient représentait environ 50% des parts de marché des commandes françaises de défense.

Selon la base de données mondiale sur les transferts d'armes de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), la France a vendu pour 733 millions de dollars d'armes à l'Arabie saoudite entre 2014 et 2018, le Royaume-Uni 2,7 milliards de dollars, tandis que les États-Unis étaient en tête de liste avec 11,5 milliards.

En mai dernier, le Président Emmanuel Macron a défendu les ventes à l'Arabie saoudite, qu'il a qualifiée d'allié clé dans la lutte contre le terrorisme.

Plus de transparence

Même s'il n'est pas prouvé que le Bahri Yanbu transporte des armes cette fois, « nous devons pousser la question du contrôle parlementaire des exportations d'armes », explique Fontin. Contrairement au Royaume-Uni ou à l'Allemagne, il n'y a pas de contrôle parlementaire des exportations d'armes en France.

« Nous voulons ce contrôle en France, pour avoir plus de transparence, et mettre en place une commission parlementaire pour surveiller les exportations d'armes », défend-il.

Les ONG n’ont pas obtenu de réaction à leur lettre au Premier ministre.

Voir Yémen : après 5 ans de guerre totale, l’Arabie Saoudite est au bord du gouffre

Bilbao

Le Bahri Yanbu est arrivé à Cherbourg après son escale à Bremerhaven en Allemagne, et à Sheerness au Royaume-Uni, après son arrivée du Canada et des États-Unis.

Les sites de suivi des navires indiquent que le navire est en route vers la ville portuaire espagnole de Bilbao, où il devrait arriver le dimanche 9 février vers 17h00.

Selon le site du propriétaire du navire, Bahri.sa, le navire continuera ensuite vers Gênes en Italie, traversera la Méditerranée pour faire escale à Alexandrie en Égypte et atteindre le port saoudien de Djeddah via Port-Saïd.

Voir notre dossier sur le Yémen

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Tags : Guerre Yémen




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 9 votes
    Clocel Clocel 20 juillet 18:39

    Va falloir aussi leur apprendre à faire disparaître les journalistes plus proprement, les tenants de la civilisation tolèrent mal l’improvisation.

    Faut savoir feutrer ses pets lorsqu’on aspire à vivre en bonne société.


    • 7 votes
      Vraidrapo 20 juillet 19:19

      Le pétrole n’a pas d’odeur....

      Chaque année une centaine de têtes tranchées au nom de la loi et, la France attribue la Légion d’Honneur, à l’éminence Saoudienne !

      Cherchez la cohérence.


      • 2 votes
        yoananda2 20 juillet 19:29

        @Vraidrapo

        Cherchez la cohérence.

        C’est le fric la cohérence. Le discours n’est qu’une façade locale pour conserver / justifier le pouvoir.

        C’est pour ça que je ne suis pas républicain. Trop de moquage de visage chez ces langues de vipère.


      • 3 votes
        MAZIG 20 juillet 19:26

        Et cerise sur le gâteau , notre cher pays , patrie des droits de l’homme (à condition qu’il ne soit arabe ni musulman) , vient de parrainer la création d’une chaine télé francophone , qui va diffuser 24h/24h les programmes louant les mérites et les qualités humanistes et démocratiques du roi sanguinaire d’Arabie Saoudite.Aucun massacre , génocide ou extermination de population ne peut passer avant les intérêts financiers et économiques de la France. Il y a de quoi être très fier.


        • 4 votes
          SERA SERA 21 juillet 17:42

          Bonjour,

          Eté 2019 : "On entraîne des pilotes qataris sur les rafales autour du bassin (d’Arcachon)". Eh oui, SAV oblige.


          • vote
            baleti baleti 24 juillet 09:59

            @SERA Les Qataris c’est un autre repas gastronomique.

            Quoi qu’il en sois, cela est devenu une vulgaire ratatouille, avec tout les ingrédients existant


          • 3 votes
            QAmonBra QAmonBra 21 juillet 20:57

            Excellent choix pour la photo illustrant l’article, Macron s’inclinant obséquieusement devant les trilliards de MBS, tout à fait comme un petit employé de banque accueillant un richissime client !

            Si pour l’empereur Vespasien l’argent n’avait pas d’odeur, ce "pas d’odeur" monte au cerveau de certains bien plus fort que la cocaïne et les "maîtres" ont, plus que jamais, une âme de valet. . . 


            • 5 votes
              Vraidrapo 21 juillet 23:11

              @QAmonBra
              IL me semble qu’on a vu la même attitude déférente de Talonnettes ou de Flanby devant Djidji Ping ?...
              C’est devenu un classique de nos chefs d’État...


            • vote
              baleti baleti 24 juillet 09:54

              Si l’Arabie saoudite est un allié clé contre le terrorisme, cela veut dire que les yéménites sont aussi des terroristes ?

              Le terrorisme est devenu la bonne excuse pour tout les plans machiavélique. Pourquoi le terrorisme disparaît ?

              Alimenter la guerre au Yémen, fait augmenter la production pétrolière de l’Arabie saoudite et du coup ,le cours du pétrole baisse.

              Bientôt ces camps serviront à former des milices étrangères pour déstabiliser certains pays. Je vois bien la France s’ingérer dans le Venezuela.

              Je suis persuadé que la France reste un salarié de la connivence sioniste et de la finance internationale. De décrire une situation sans vraiment expliquer les vrais enjeux, n’aide pas à comprendre la situation, mais à embrayer le lecteur dans des interprétations sans fin.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès