• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > HyperNormalisation (Adam Curtis)

HyperNormalisation (Adam Curtis)

Adam Curtis, né le 26 mai 1955, est documentariste britannique de la télévision qui a travaillé comme scénariste, narrateur, producteur et réalisateur.

Il est l'auteur du documentaire « Le siècle du moi » (The Century of the Self, à voir absolument), réalisé pour la BBC en 2002, retraçant, en 4 épisodes d’une heure, l’influence de la psychanalyse au fil du 20ème siècle, de la propagande d’Etat, avec notamment les origines et l’invention des « relations publiques » qui constituent aujourd’hui encore le mode de communication des institutions dominantes, jusqu’à la recherche personnelle du bonheur et l’exacerbation de l’individualisme à visée commerciale et d’asservissement consenti des masses (l’invention du « consommateur).

Dans ce dernier opus, il décrit comment, depuis les années 1970, les gouvernements, la finance et les utopistes technologiques ont abandonné la complexité du « monde réel » et ont construit un simple "monde factice" qui est géré par les entreprises et maintenu stable par les politiciens.

les sous titres sont accessibles depuis la vidéo (en bas à droite)...

 

Tags : Politique Société International Science et techno Manipulation Finance




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • vote
    JL 6 février 08:42

    Hélas, cette vidéo n’est plus accessible

     


    • vote
      JL 6 février 08:47

      @JL

      au temps pour moi : il est redirigé sur YouTube. Durée : près de trois heures.


    • 1 vote
      PumTchak PumTchak 6 février 09:30

      Cette hypernormalité était finalement peut-être générale. Le documentaire la décrit aussi en Russie. Le peintre Chinois Minjun Yue, né en 1962, qui s’est donc exprimé pendant l’ère Deng Xiaoping, a montré à quoi elle pouvait ressembler dans son pays.

      En France, Alain Soral a co-écrit "Les mouvements de mode racontés aux parents", un livre riche d’informations.

      Il est lisible ici :

      http://www.histoireebook.com/index.php?post/Soral-Alain-Obalk-Hector-Pasche-Alexandre-Les-Mouvements-de-Mode

      Les auteurs ont décrit les années New Wave, commencées fin 1970, début 80 (de la page 238 à 288 dans le livre). Fiin 1970, on se précipitait vers la tévé quand il y avait les pubs : c’était incroyable et marrant tellement c’était con. Le monde du faux avait déjà commencé. Le visionnaire Kubrick, d’ailleurs avait déjà rassemblé le magnifique et l’horreur dans le final du docuteur Folamour.

      Il y avait la tendance robot dans les années 1980 : on voyait par exemple dans les boites de nuit des gens danser tout seul et mécaniquement, avec la veste noire à épaule large en cuir qu’ils gardaient sur eux, pantalons à pinces et chaussettes Burlington. La boule à facette, c’était ringard, c’était la honte, mais tout le monde achetait : Nooon ! c’est vrai ?

      Le livre explique "l’ironie du double-exact" : qui consiste à adopter ce dont on se moque, ou qu’on critique, sans plus trop savoir ce que l’on fait.

      Au New Wave hard, a succédé le New Wave cool, qui a digéré les caricatures et grimacerie de l’ironie. C’est notamment le BCBG, le "salut tu vas bien" des Inconnus pastichant les Auteuil Neuilly Passy.

      Finalement, c’était la société de consommation, contestée en 1960/70, car on savait bien qu’elle était aliénante, puis l’hypernormalité a été une posture trouvée pour dire : oui, je participe, mais attention, je ne suis pas dupe, je comprends bien ce que c’est.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès