• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Interdit d’interdire : Le clivage droite/gauche est-il encore opérationnel (...)

Interdit d’interdire : Le clivage droite/gauche est-il encore opérationnel ?

Frédéric Taddeï reçoit :

- Pierre Jacquemain, rédacteur en chef de Regards 
- Lenny Benbara, fondateur du média Le Vent Se Lève 
- Alain de Benoist, philosophe 
- Stéphane Rozès, président de Cap et enseignant à Sciences Po et HEC

Tags : Politique Elections Frédéric Taddeï Débat




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • vote
    gaijin gaijin 14 mai 18:34

    la gauche et la droite c’est pareil ....

    c’est les deux faces de la même pièce :

    matérialisme , positivisme , internationalisme .....

    la gauche : https://www.youtube.com/watch?v=3zCTn6DIsU8

    la droite : https://www.youtube.com/watch?v=oS7wMm-Swe0


    • vote
      Belenos Belenos 14 mai 18:58

      @gaijin

      Mais que,... quoi... ? Sur vos vidéos, on constate que la gauche est glabre tandis que la droite est barbue !!  smiley

      Tout est chamboulé, on ne reconnaît plus rien, il ne faut pas s’étonner que la jeunesse soit déboussolée !  smiley


    • 1 vote
      gaijin gaijin 14 mai 19:43

      @Belenos
      c’est pas ça ....
      la gauche ils font : droite gauche droite gauche
      la droite ils font gauche droite gauche droite ...
      z’ avez pas remarquer c’est très différent ....
      ( mais ceci dit en effet la capillarité a aussi sont importance ....comme les cigares a gauche on fume des cubains et a droite aussi )



    • vote
      gaijin gaijin 15 mai 19:27

      @mat-hac
      y a plein de gens qui racontent pleins trucs sur des trucs qu’existent pas : ça ne les rends pas réels .....


    • 2 votes
      Norman Bates Norman Bates 14 mai 19:56

      On peut être "en même temps" assez adroit dans sa façon d’être de gauche et paraître un peu gauche dans sa manière d’être de droite...

      L’essentiel est que la fente reste au milieu de l’urne...


      • vote
        Julot_Fr 15 mai 10:25

        Le vrai clivage en politique est le clivage de classe. D’un cote les ultra riches sans pays (les parasites).. de l’autre le peuple (les productifs).. Contrairement a ce que disait Marx, les boss de PME ne font pas parti des "riches" mais du peuple car ils sont productif et souffrent comme tout le monde actuellement.. Gauche et droite sont donc une fausse fracture, une fraude organisee par les ultra-riches pour brouiller les pistes


        • vote
          PumTchak PumTchak 15 mai 14:01

          A partir de 13 :30, à peu près : Pierre Jacquemain.

          Moi, je vois que quand on décide d’abandonner le clivage droit gauche on se retrouve avec des groupes qui seraient le peuple, donc le peuple contre l’élite. C’est ça qu’on appelle le populisme. Il y aurait un groupe qu’il faudrait défendre. C’est ne pas percevoir qu’il y a dans le groupe des intérêts qui sont complètements divergents. Et aujourd’hui, quand on a la théorie qu’il y aurait les puissants et les dominants et nous le peuple, on entend des discours qui pourraient être celui de Marine Le Pen ou d’un Jean Luc Mélenchon, qui sont des discours qui n’ont pourtant rien à voir mais qui englobent le peuple d’un même bloc. Ce qui n’a aucun sens.

          Donc, être « de gauche », c’est défendre la classe dominante… Je ne vais pas démonter cette enfilade de syllogismes en marabout de ficelle, mais si la droite n’a plus rien à proposer (à part tout vendre et réduire les dépenses), ce qui maintient encore la gauche n’est qu’un ensemble d’impostures. Le RN étant devenu une simple boutique familiale sans ambition, qui laisse prendre poussière la question de la souveraineté qu’il a encapsulé par abandon des autres partis.

          De Benoist et Rozès, même s’ils n’ont pas les mêmes visions politiques, ont bien compris que la droite et la gauche ne servent à rien, hormis entretenir un système politique, avec ses prébendes, qui ne répond plus aux enjeux du pays.

          Mais l’effondrement de ce clivage tombe mal, pour l’instant, parce qu’il profite à Macron et son extrême centre, ou le pire, qui récupère de la droite la dictature économique, ou le TINA, ou neolibéralisme, et de la gauche le moralisme totalitaire d’un monde ou tout se vaut en pourchassant ceux veulent encore construire une société. 


          • vote
            Belenos Belenos 15 mai 14:27

            Le vrai clivage n’est pas entre ceux qui se disent à gauche et ceux qui se disent à droite mais entre ceux qui croient encore à ce clivage et ceux qui le considèrent comme obsolète et inadéquat. 

            Propos typique de celui qui croit encore à ce clivage gauche-droite : "C’est important de garder le clivage gauche-droite, sinon, regardez ce qui se passe, quelle horreur, on a l’impression que le clivage gauche-droite n’existe plus et on trouve même des points communs entre des partis de droite et des partis de gauche !"

            Ouais, c’est important de garder aussi son vieux magnétoscope à cassettes VHS au milieu du salon, sinon on pourrait avoir un peu l’impression que les magnétoscopes VHS sont techniquement dépassés.  smiley


            • vote
              Zatara Zatara 15 mai 18:28

              @Belenos
              casser le clivage gauche droite, c’est casser toute la religion des bisounours et des antifas... un peu comme les russes du temps de l’URSS : il n’y avait plus que l’imaginaire anti américain pour faire tenir le paquebot.... Sans l’imaginaire facho-nazi, beaucoup de ces petits êtres seraient dans les limbes de la perdition, celle ou il faut réfléchir, être curieux et se questionner smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès