• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Israël. Omicron : moment charnière de la pandémie ?

Israël. Omicron : moment charnière de la pandémie ?

Interventions du Pr. Zvika Granot, prof. d’immunologie - faculté de médecine de l’Université hébraïque de Jérusalem, et du Pr. Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie de l’Université Bar-Ilan de Tel-Aviv.

Copie

J.G.

----------------

LIRE AUSSI...

- Israël : les interrogations sur la validité et la sûreté de la vaccination Pfizer pour les 5 - 11 ans

---------------

https://www.lecanardrépublicain.net

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | YouTube | Dailymotion

Tags : Santé Israël Covid-19




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 3 votes
    sls0 sls0 20 janvier 11:54

    Israël a eu des réactions extrêmes telles que la vaccination des plus jeunes qui n’ont pas protégé. Un retour au réel, il y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. On est dirigé par des imbéciles.


    • 9 votes
      herve_hum 20 janvier 12:09

      @sls0

      J’écris la même chose que ce prof depuis le début de la pandémie et je n’ai aucune expertise en la matière. En fait, il m’a fallut deux jours de réflexion et quelques recherches sur internet pour comprendre.

      Cela veut dire que toute cette histoire de pandémie est une fantastique escroquerie où la santé publique a servi des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

      Par contre, l’adage comme quoi il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis est quelque peu imbécile en elle même, car non, les imbéciles peuvent changer d’avis et les intelligents rester dogmatique.

      La différence, c’est ce qu’on appelle l’honnêteté intellectuelle, autrement dit, ce sont les honnêtes gens qui changent d’avis, qu’ils soient ou non "imbécile". Les malhonnêtes ne changent pas d’avis, mais de vestes en fonction de leur intérêts personnel et non de l’intérêt général qui lui doit s’appuyer sur la réalité et non sur l’imaginaire, car ce dernier défend d’abord l’intérêt particulier.

      Du bon sens qui découle directement de la logique des relations de causalité...


    • 5 votes
      juanyves juanyves 20 janvier 15:15

      @sls0
      SLS0 a eu des réactions extrêmes telles que la vaccination de masse qui n’a pas protégé, le soutien à la censure de google sous le prétexte de la protection d’autrui (pour la pornographie ils s’en fout) qui élimine toute pensée divergente. Un retour au réel, il y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. On est dirigé et entouré par des imbéciles.


    • 3 votes
      Le Glaude Le Glaude 20 janvier 18:41

      @sls0
      .
      .
      " Un retour au réel , il y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis "
      .
      .
      .
      C’est pour ça que tu t’es fait injecter un produit expérimental toujours en phase 3 ...... comme te l’a demandé ton pote Véran !
      .
      .
      .
      Tartufe ! ........ LOL !
      .
      .


    • 3 votes
      Eric_F 21 janvier 19:24

      @herve_hum
      Je suis d’accord avec vous que beaucoup de personnes extérieures à la profession médicale et à la politique ont exprimé le point de vue "de bon sens" que la vaccination généralisée pour attendre une immunité collective était une chimère.

      Prenons cependant en compte l’évolution importante des caractéristiques de l’épidémie au fil des variants. Les vaccins (quelle que soit leur technologie) avaient une certaine efficacités contre la contagion par la souche initiale et les variants peu modifiés, mais le delta avait déjà écorné cette efficacité, et l’omicron l’annule quasiment. Donc le pass sanitaire (et plus encore vaccinal) ont été déployés alors même que leur éventuelle justification sanitaire disparaissait.

      Ceux qui avaient compté sur le vaccin pour éradiquer l’épidémie (au lieu de les focaliser sur les personnes à risque pour leur éviter la surinfection), on "forcé la dose" à mesure que l’efficacité diminuait, c’est de l’acharnement compulsif (à quoi s’ajoutent des considérations affairistes et collusions d’intérêts).

      Idem pour les tests, il en aurait fallu lors de la première vague pour circonscrire les clusters, mais on n’en n’avait pas. Désormais ils ne servent à rien (avec 25% de positivité, c’est toute la France qui est "cas contact", l’économie va s’arrêter !), or vue la relative innocuité de ce variant, seuls les cas symptomatiques sont à prendre en considération. En Israël, ils ont renoncé au traçage des cas.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès