• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’irai atterrir chez vous ... 750 km de Saint Hilaire du Touvet (Grenoble) à (...)

J’irai atterrir chez vous ... 750 km de Saint Hilaire du Touvet (Grenoble) à la mer Adriatique en vol bivouac ...

Le concept est simple : volez sur toute la longueur des Alpes, en solo, et allez nager dans la mer Adriatique. Sur les traces de Didier Favre, Antoine Boisselier se lance dans une immense aventure alpine vol-bivouac dans le but de partager son expérience avec autant de montagnards que possible. L’expérience vol-biv d’Antoine, c’est un parcours venteux alternant randonnées en montagne et longs vols XC, mais surtout une aventure humaine faite de rencontres. Son objectif est de compter sur les locaux pour se nourrir et se loger - mais se faire aider par des inconnus n'est pas toujours facile, et un chemin de 750 km de St Hilaire du Touvet en France à la mer Adriatique offre de nombreuses opportunités de défi.

Notre ami Antoine Boisselier est cinéaste et pilote d'aventure avec une impressionnante collection de courts métrages de vol libre. Il a offert gratuitement à tous les pilotes l'un de ses projets récents, « J'atterrirai dans votre jardin ».




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • 1 vote
    sls0 sls0 25 août 15:14

    Merci ça fait 10 ans que je n’avais plus entendu le bruit d’un vario.

    Avant les sacs pour la voile en volume c’était plus l’armoire que le sac de randonnée.


    • 1 vote
      pegase pegase 25 août 18:49

      @sls0
      -
      Les surfaces se sont réduites avec l’augmentation des performances, aujourd’hui je vole sur 25 m2 avec pas loin de 120 kg de PTV ... je pourrais même descendre à 22 m2, mais je préfère me lester et gratter en taux de chute mini en petites conditions ...

      Avant il me fallait 28 m2 minimum .. voir 30 m2 ...

      Le tissu a aussi perdu beaucoup en volume, aujourd’hui le grammage le plus utilisé c’est 32 grammes, contre 42 voir 45 grammes il y a 35 ans ...


    • vote
      sls0 sls0 25 août 21:21

      @pegase
      Aile de K c’est la préhistoire. Ma voile servait pour le paramoteur et parapente, je devait aussi me lester.
      J’avais un spot de soaring à 3km de chez moi. Sinon c’était la vallée de la Meuse avec le cousin. Le paramoteur c’était pour le plat pays ou photo aérienne.

      Le bouquin de l’époque c’était les visiteurs du ciel. Le top au niveau météo, j’ai étonné plus d’un pilote avec les connaissances acquises avec ce bouquin.

      Après j’ai aidé à la construction d’un Zenair et un hélico, c’est toujours la troisième dimension mais ça ne me laissait plus trop de temps libre.

      4 protos de paramoteur avant d’en avoir un qui me plaise au niveau poussée. Il n’y avait que le moteur solo à l’époque. Un rendement d’hélice de merde sur un paramoteur, 15% max. Le bombardier russe Tu 95 c’est 98% et cette brouette de B52 54%.

      A l’époque, la moitié de la trainée c’était les suspenses, 1/4 la voile et 1/4 le pilote. Ca dû changer.


    • vote
      pegase pegase 26 août 00:57

      @sls0
      -
      Ce que j’aimerais c’est développer un modèle pour le vol musculaire, voir ce proto couché dos développé avec un pote, hélice carbone repliable de 3,80 mtr de diamètre, rendement de 90 % ...

      https://zupimages.net/up/20/35/c3qu.jpg

      D’après cette formule de calcul de la puissance requise pour le vol pallier, ça devrait être possible, à condition d’utiliser des surface de 60 à 80 m2 , évidemment tout en matériaux light, suspentes fines ..etc ..

      P = mgv/Gr P => puissance effective en watt pour le vol en palier, ne tient pas compte des rendements de toute la chaine cinématique, renvois, hélice (0.9 serait un résultat possible pour une hélice parfaitement optimisée)

      m=masse en kg
      G= 9.81 gravité
      v= vitesse a passer en m/s (coef 3.6)
      Gr= finesse

      Il faut atteindre un taux de chute le plus près possible de 0.3 mtr / seconde ... 0,4 serait un bon début, la vitesse serait très réduite, env 18 à 20 kmh ... 

      Le poids serait de toutes façon bien inférieur au Daedalus de la NASA, ça joue en la faveur du parapente ... au moins 10 à 12 kg de moins ...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Daedalus_(avion)

      Voici la machine (en cours de réalisation), il s’agit d’une aile de compétition 2 rangées de suspt très performante, homothétiée à 60 m2, elle devrait taper facile 13 à 14 points de finesse .....
      https://zupimages.net/up/20/35/n7uq.jpg


    • vote
      pegase pegase 26 août 01:07

      @sls0
      -
      On voit que la masse a son importance dans la formule, donc il faut être léger ...

      Le châssis sur la photo est en alu, il manque de rigidité, il se vrille et fait dérailler la chaine .... Je pense le mieux serait de le réaliser en titane TA6V (aviation), après il faut un TIG pour souder et beaucoup d’argon, je ne suis pas sûr d’y arriver, le soudage du titane est pas facile ...

      Le carbone c’est encore mieux, mais il faut les pièces de raccord à manchonner et coller... pas évidant non plus ...


    • vote
      sls0 sls0 26 août 13:50

      @pegase
      Sur les rassemblements ULM et paramoteur il y avait avant un stand Inter-action, ils sont pointus là dessus.
      Si on veut des discussions intéressantes c’est avec eux.
      Les rois du Cx.
      C’est la chasse aux frottements et au poids.

      En force humaine 200-300W c’est beaucoup.
      En parapente la trainée ce sont les ficelles.

      Un moment j’avais aussi Catia en full, si on ne pratique pas tout les jours c’est galère. J’employais plus souvent RDM6.


    • vote
      pegase pegase 26 août 18:20

      @sls0

      Sur les rassemblements ULM et paramoteur il y avait avant un stand Inter-action, ils sont pointus là dessus.

      Oui je connais, mais ils ne m’apportaient pas grand chose, le vol musculaire sur parapente c’est vraiment complètement nouveau ....

      J’ai déjà bien défriché, la voilure c’est dans la poche (les voiles de haute performance c’est ma spécialité), reste le châssis qui est déjà bien défriché lui aussi ...

      Ce qui manque c’est surtout les pépettes, une telle voilure en 60 m2 c’est facile 4000 à 5000 € rien qu’en matériaux (avec au moins autant en main d’œuvre), le châssis complet il y en a pour au moins 5000 à 6000 balles, soit environ 15 000 à 18 000 € de budget... moi je peux assurer le financement de la voilure, mais pas les deux (châssis + voilure), c’est trop lourd pour ma petite structure, et pendant ce temps (pendant tout le R&D) tu gagnes pas un rond ....

      Il faudrait que je lance une souscription sur ullule ou autre site de crowfunding ...


    • vote
      sls0 sls0 26 août 22:59

      @pegase
      Je viens de regarder sur le site d’inter-action.
      Il y a une étude paramoteur avec des pistes peut être intéressantes au niveau nacelle et suspenses.
      Pour le calcul de puissance nécessaire pour un paramoteur normal c’est au dessus de 1000W, on oublie la force humaine ou le parapente traditionnel.

      Il y a le concept woopy qui supprime pas mal de trainée.

      Il y a toujours la puissance humaine 400W c’est possible mais pas des heures. 200 à 400W c’est votre cahier des charges.

      Bonne chance, à l’époque j’avais testé l’hélice mono pale pour l’encombrement dû au grand diamètre. J’avais un oncle qui travaillait dans une fonderie de poulies qui m’a fait un carter pour des hélices contre-rotatives que je n’ai jamais essayé trop fainéant pour faire une hélice introuvable. Un peu fou avec son rendement le sls0 à l’époque. Deux hélices je n’ai pas essayé, une piste. J’y avais pensé inclinables à l’horizontale pour une histoire de trainée et d’encombrement.

      Résultat des courses le moteur solo faisait tourner une hélice de 1m30 et ça poussait. Et tant pis pour le rendement.


    • vote
      pegase pegase 27 août 12:10

      @sls0
      Pour le calcul de puissance nécessaire pour un paramoteur normal c’est au dessus de 1000W, on oublie la force humaine ou le parapente traditionnel.

      Il y a une formule de calcul plus haut, j’ai tout calculé, sous pesé, évalué .....

      Pour moi c’est possible de tenir la palier sur au moins 10 à 20 km ... mais plus de distance ça devient incertain (le but serait évidemment de traverser la Manche dans une premier temps)...
      Du reste des essais ont été réalisés en grandeur, ils sont très concluants bien que réalisés avec une aile solo de seulement 22 m2 (il faut au moins 60m2, je l’ai dit plus haut) ...

      Voyez plutôt ... et ça c’est un vieux modèle, l’autre que j’ai mis en lien plus haut permet 20 kg de poussée sans forcer, évidemment insuffisant avec 22 m2 ...
      https://www.youtube.com/watch?v=fpxQYDyYW-I


    • vote
      pegase pegase 27 août 12:11

      @sls0
      -
      C’était un essais juste pour valider le concept ......


    • vote
      sls0 sls0 27 août 15:46

      @pegase
      Pour ce donner une idée, en vélo sur du plat sans vent à 30km/h on tourne à environ 200W.
      Pour se faire une idée des puissances :
      http://bernard.mischler.free.fr/equacycle/tableau_de_puissance_pour_un_cyc. htm


    • vote
      pegase pegase 27 août 16:27

      @sls0
      -
      15 de finesse ça fait 6,666 % ... Ce tableau est pas mal, merci pour le lien smiley

      Il faudrait donc développer pour 18 kmh environ 350 à 400 Watts ...

      après on peut descendre à 16 kmh 300 à 350 watts ....

      C’est clair que c’est très limite smiley 

      ,après c’est du sport, le but est de créer une nouvelle activité, des compétitions genre parcours de balises ou de pylônes, des records de distance sans vent et sans l’aide de thermiques ... tôt le matin ou le soir .. 

      La puissance nécessaire équivaut à monter des marches d’escalier, de 40 à 50 cm par seconde .... ça donne une bonne idée de l’effort constant à fournir ...

      mais une seconde c’est relativement long, on peut imaginer monter deux marches de 33 cm par seconde, soit 66 cm ....

      moi je pense que c’est parfaitement réalisable ... il faudrait tenir au moins 10 km, soit un peu plus de 30 minutes de pédalage ....


    • vote
      sls0 sls0 27 août 18:33

      @pegase
      Oui c’est assez limite.
      Pour s’étalonner, un dénivelé, un distance et un temps.
      En sachant que le coef de frottement d’un vélo c’est 0,01, le Cx 0,2 environ. On peut calculer la puissance que l’on peut fournir. Chapeau à celui qui dépasse les 250W.
      Simple et pas cher le vélo pour faire des tests de puissance dans le cas qui te préocupe.
      Le tableau mis en lien peut servir aussi.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès