• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’île mystérieuse de Nan Madol

L’île mystérieuse de Nan Madol

Le riche folklore des nations insulaires du Pacifique est rempli de légendes de civilisations mystérieuses qui ont précédé l'arrivée de leurs habitants modernes. Certaines d'entre elles sont tellement incroyables qu'elles peuvent facilement être attribuées à des mythes.

Cependant, il y a un problème : des structures gigantesques et des artefacts curieux construits par leurs prédécesseurs peuvent encore être vus à ce jour. Les plus célèbres d'entre eux sont probablement les Moaī les immenses statues de l'île de Pâques. Mais en plus des géants de pierre de Rapa Nui, il en est d'autres non moins étonnants, qui ont survécu jusqu'à nos jours et dont on sait encore moins... Au large de la côte-est de l'île micronésienne de Pohnpei se trouvent les mystérieuses ruines antiques de Nan Madol. Elles sont peu connus et méritent une grande attention. Pohnpei est une île minuscule de l'océan Pacifique, située au nord-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, dont la taille est approximativement celle d'un carré de 18 kilomètres de côté. À côté, un lagon artificiel a été construit avec des blocs de pierre de basalte sur une base de récifs coralliens sur une zone d'environ 1,5 km x 0,5 km. Cette lagune est entourée d'un mur et il y a 93 îlots artificiels contenant les vestiges abandonnés de bâtiments résidentiels, de fortifications, de la résidence du souverain, de greniers et de tombes. Entre les îlots artificiels se trouvent des canaux, c'est pourquoi certains appellent Nan Madol la Venise du Pacifique. Ces îlots sont également reliés par des tunnels sous-marins. L'ampleur de l'effort humain nécessaire pour construire le complexe sans grues modernes ni autres machines est illustrée par un calcul indiquant que 250 millions de tonnes de basalte ont été utilisées pour la construction. Les hauts murs sont construits à partir de "rondins" de basalte empilés, chacun pesant plusieurs tonnes. Une étude scientifique réalisée en 2012 a permis de déterminer où, sur l'île, les constructeurs auraient pu se procurer la matière première, alors que tous les sites identifiés se trouvaient à plusieurs kilomètres du chantier de construction. Les blocs engloutis le long de la côte suggèrent que le transport se faisait par voie d'eau, alors qu'il est physiquement impossible que des blocs aussi lourds aient été transportés à l'aide des pirogues de l'époque. D'ailleurs, qui construirait de si grands canaux de marée pour des bateaux en roseau. Une construction aussi gigantesque nécessiterait des dizaines de milliers de personnes travaillant pendant de nombreuses années, d'énormes installations, de la nourriture, des choses difficiles à fournir sur une si petite parcelle de terre isolée. Les légendes locales font état de deux puissants sorciers qui, par magie, ont fait voler les blocs en place. Cela rappelle les légendes de l'île de Pâques, également dans la région du Pacifique, qui décrivent une manière similaire de transporter les figures de pierre moaī. Il y a plus de similitudes.

 

Si certaines ruines de Nan Madol sont encore visibles, la majorité du site est perdue, enfouie sous la mangrove. Grâce à la technologie LIDAR, Albert Lin lève le voile (en partie ?) sur les mystères qui entourent l'ancienne cité.

Se pourrait-il que Nan Mandol soit une toute petite partie d'une plus vaste zone et pourquoi pas d'un continent antédiluvien ?

Ci dessous analyse d'une trentaine de minutes sur la possibilité de civilisations antédiluviennes (général).

Tags : Archéologie




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Étirév 22 novembre 11:50

    L’île, cette espèce de continent défendu par des remparts d’eau était le grand objet des vœux de l’homme ; c’est de là que ces demeures isolées ont été la scène de tant de grands événements de l’antiquité. C’est dans une île que nous trouvons le palais de Circé ; c’est dans une île que Pluton exerce son empire. Le chef-lieu des Atlantes était une île. La République des Champs Elysées s’étendait sur plusieurs îles. Bailly en demande la raison à Voltaire.
    « N’êtes-vous pas étonné de voir que tout ce qu’il y a de plus intéressant dans l’antiquité se passe dans les îles ? »
    Les îles étaient tellement en vénération qu’on les appelle : Terres sacrées, pays de salut. Leur nom Eiland, ou, avec un H, ; Heiland est formé du mot Heil qui signifie salut et saint. Lieu de sûreté divine, as-île (asile contre la terreur). Et on appelle ex-il le bannissement des hommes injustes ou impies.
    À ce propos, il importe de se rappeler que, dans toutes les traditions, les lieux symbolisent, toujours, essentiellement, des états d’esprit particuliers.
    BLOG


    • 2 votes
      ETTORE 22 novembre 21:50

      Ce que je trouve de mystérieux dans ces complexes en matière minérale, n’est pas seulement le poids incommensurable des pierres déplacées, mais la similitude à vouloir en protéger, ériger, des lieux sacrés, ou des villes , par ces monolithes hallucinants en poids, en taille. comme si c’était de simples légo en plas-toc !

      Quand on as une telle puissance, pour déplacer les montagnes....De quoi, de plus fort, peut on craindre la vindicte ?

      Construits pour durer ?

      Construits pour se protéger ?

      L’un ou l’autre, n’as pas empêché l’oubli, de leur fonction !

      Alors que s’est il passé, pour que l’on laisse sombrer dans les méandres de l’histoire, de telles méga structures ?

      Qu’est ce qui n’as pas eu lieu, contrairement à ce qui était à craindre ? Et qui était craint, au point qu’il faille ériger de pareilles fortifications ?

      Est ce que la puissance des possibles destructeurs, était en équivalence, avec le gigantisme de ces infrastructures ?

      Et pas qu’à Pohn pei ! On retrouve le même schéma de structures mégalithiques, partout dans le monde, avec cette même idée....Jouer avec des pierres de quelques tonnes, comme si, elles étaient de simples briques ajustables avec précision !

      l’Age de pierre, n’est peut être pas celui que nous croyons !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Boris

Boris

Nettoyeur


Voir ses articles


Publicité





Palmarès