• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Ukraine, comment l’UE et le FMI voulaient la saigner

L’Ukraine, comment l’UE et le FMI voulaient la saigner

L'Ukraine, comment l'UE et le FMI voulaient la saigner, quelques extraits d'une conférence très intéressante du Cercle Artistote avec le conférencier Romain Bessonnet qui est un spécialiste de la question ukrainienne, où à un moment il explique quelles étaient les conditions draconiennes imposées à l'Ukraine pour rentrer dans l'union européenne.

 

L'EXCELLENTE conférence sur l'Ukraine

 

Tags : FMI Ukraine Union européenne




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 8 votes
    jack Mandon jack Mandon 11 mars 20:02

    Dans la stratégie du capital, il est logique que « l’Europe américaine » confirme son attitude d’exclusion de Poutine et de la Russie de la grande Europe culturelle et politique.

    Il est indispensable que les états unis renforcent leur implantation sur le sol européen, par la même occasion les armes fournies à l’Ukraine entretiennent le commerce et du même coup ajoutent des casseroles au vieux continent en l’éloignant d’avantage de la Russie.

    Depuis la 1re et 2e guerre mondiale, tout le monde devrait comprendre comment ça marche. Il n’en est rien.

    Il existe encore des crétins qui pensent que les états unis sont les sauveurs de la planète et que partager de concert avec eux est honorable. L’électorat macronien est encore bien vivace dans cette optique. D’ailleurs cela sert l’usurpateur macreux qui entretient par nature et culture l’esprit de trahison.

     

    Dehors ce voyou cynique et toute son équipe de médiocre !


    • vote
      Paroissien de dame P 11 mars 20:44

      @jack Mandon
      Sans l’appui des USA , les Européens peuvent donner les clefs de la baraque à Poutine , çà sera donc la Russie de Brest à Vladivostok . Les Anglais l’ont bien compris . La France au niveau mondial ne représente plus rien , mis à part des effets de manche de mauvais avocats . Sans compter l’Allemagne , l’Italie , les pays bas, la Norvège et le Danemark qui sont accrochés à l’Otan comme une vieille moule à son rocher , sans parler des pays de l’Est qui ne veulent plus de l’hégémonie Russe. Parler pour ne rien dire n’est pas très constructif. Et avec les clowns en lice pour les présidentielles , c’est pas demain la veille qu’on va redresser le pays , de mauvais bateleurs de foires vendant leurs marchandises daubées pour le crétin moyen.


    • vote
      hase hase 11 mars 21:04

      @jack Mandon
      Eh bien ça alors !! cela faisait un bail que je ne vous avais pas vu ! Ça fait nostalgie dans ce monde bouleversé que l’on traverse depuis deux ans !
      Moi j’aimerais avoir l’Histoire d’avant la révolution pour faire la part des choses entre Russe et communiste !
      Que l’on ai mal vécu une dictature, ça se comprend, qu’on ait du mal à s’en sortir aussi... mais avec un peu d’intelligence vingt ans après la fin du communisme, on peut remettre nos pendules à l’heure.
      Alors, racisme ? jalousie d’une culture raffinée ? atavisme ? on trouve la même chose entre les Croates et les Serbes !! je ne sais, et ça m’interroge.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès