• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La femme n’est pas l’avenir de l’homme, ni le mariage

La femme n’est pas l’avenir de l’homme, ni le mariage

De nos jours, la femme "émancipée" ne se comporte pas mieux que l'homme, dont elle n'est pas l'avenir, comme l'écrivait Aragon.

Tags : Femmes Mariage




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • 4 votes
    Tuco Tuco 31 juillet 13:23
    Où donc peut bien aller une discussion fructueuse, si l’on ne trouve rien à contredire ce qui est proposé dans cette vidéo ? C’est, hélas, dans la situation dans laquelle je me trouve.

    Je ne saurais exprimer à quel point les femmes peuvent m’avoir déçu. Tout le temps en train de pleurnicher et de diaboliser la condition masculine ; dans l’incapacité, volontairement assumée, de surcroît, de reconnaître la moindre faute, sauf, bien entendu à en retourner les causes sur la gent masculine, etc., etc., etc... ad nauseam.

    Et pourtant ?... Que ferais-je sans elles ? Je ne peux absolument pas me passer d’en rêver tellement je suis seul. Chaque jour je les admire, je les regarde, et je les respecte. Chaque jour, depuis toujours. Mais je suis dans une situation d’ambivalence de représentations cognitives par rapport à elles : comment ne pas détester, sinon même mépriser au dernier degré cette faculté récurrente, carbonisée, à ne jamais reconnaître leurs torts, à être si indifférentes parfois, si inconséquentes, condescendantes et égoïstes ? Et puis : comment ne pas adorer leur présence, leur finesse d’esprit, leur courage, et tant d’autres qualités morales et intellectuelles, et bien sûr leur beauté, qui peut parfois nous bouleverser à un point tel, et nous rendre si heureux, comme si tout à coup, nous devenions vivants ?!

    Et puis le mensonge. Je suis parvenu à cette conclusion (...) que je crois fondée : si les femmes mentent tellement, c’est historiquement de notre faute, à nous, les hommes. Elles ont tant été recluses, et enfermées ; on les a tant obligées à se cantonner dans la sphère de l’intime et des intrigues de boudoir, tout en les humiliant de constamment les mettre à l’écart des affaires publiques en les croyant idiotes, qu’elles ont cultivé de telles compétences dans le mensonge, la dissimulation et la duplicité, qu’aucun homme n’est pas prêt de rejoindre avant longtemps.

    Bref, les femmes mentent, pour se protéger, d’une part, par Nature, laquelle ne les prédispose pas à prendre des coups, et d’autre part, selon des causes historico-sociales, je dirais. En somme, le mensonge est quelque chose de naturel, et de normal chez la femme, alors que chez l’homme, je le tiens, moi qui en suis un, pour quelque chose de pervers.

    Mais, qu’ont-elles fait, les femmes, de leur émancipation ? Sont-elles devenues plus fiables ? Hélas, je crains que non, mais ce n’est que mon jugement.

    Je m’arrête ici : non, la femme n’est pas l’avenir de l’homme, et l’homme non plus, sauf pour la procréation. Et ils sont donc égaux, aussi indispensables l’un à l’autre. Et la femme, comme créature supérieure moralement à l’homme, voilà une chose en laquelle je ne crois plus, et voilà encore une chose, qui au fond, n’a jamais existé. Ce ne fut encore qu’une de ces maudites "construction sociale", issue de l’idéologie constructionniste toujours à la mode..



    • 3 votes
      Verdi Verdi 31 juillet 13:36

      @Tuco

      Nous sommes nombreux à partager votre ressenti (enfin, je le crois) ! J’apprécie vraiment votre intervention, je me sens soudain moins seul ! Et pourtant, comme vous, j’aime les femmes, je ne peux vivre sans !


    • vote
      Hijack ... Hijack ... 31 juillet 19:18

      @Tuco

      Oui ... mais il faut juste constater ce qui est. Les femmes sont ainsi faites, du moins, les vraies ... les autres sont hors sujet.

      J’ai beau me poser des questions ... elles ne savent pas ce qu’elles veulent, mentent etc ... c’est ainsi de puis la nuit des temps, ce qui veut dire que c’est leur nature d’être ainsi. Il y en a qui s’en contentent et d’autres qui se posent des questions ... cherchent la perfection.

      J’ai écouté quelques vidéos de Delavier sur ce sujet ... il me semble être le plus proche de la vérité, de la réalité.

      Perso, j’ai réglé un problème : constater que l’amour n’existe pas ... il n’est que l’attirance extrême. Depuis, je prends tout moins au sérieux ... et, quoi qu’elles fassent, ça ne me touche pas au fond ... comme un chat très échaudé ... qui ne craint même pas l’eau glacé.


    • 2 votes
      Shanti-Zen* Shanti-Zen* 31 juillet 20:45

      @Verdi

      C’est le cas en France, mais ailleurs dans d’autres pays comme en Asie, les femmes ne sont pas encore toutes comme cela. Mais faut vous dépêcher car elles commencent aussi à changer très vite, l’idéologie féministe commence à en séduire de plus en plus !

      La raison pour laquelle les femmes sont devenues ainsi ? Je pense que c’est uniquement parce que l’homme est devenu faible, moralement parlant.

      C’est une punition qui ne fait que commencer.


    • 1 vote
      Shanti-Zen* Shanti-Zen* 31 juillet 20:48

      @Hijack ...
      C’est une vérite de la palisse, tout le monde sait que les femmes ont été obligé de ruser tout au long de l’histoire pour s’en sortir face à la brutalité masculine.

      La sophistication de leur ruse est proportionnelle à la brutalité et autorité masculine, question de survie.

      Un homme fort doit être capable de transcender tout cela, cela démontre que les hommes sont devenus très faibles.


    • vote
      Hijack ... Hijack ... 31 juillet 23:34

      @Shanti-Zen*

      Heu ... ton La Palisse, n’est pas net ... si l’homme n’avait pas été un tantinet brutal, aucune femme n’aurait survécu et lui-même par la même occasion ... et là, c’est une vraie vérité de La Palisse.

      Si je suis ton raisonnement ... c’est comme si les hommes et les animaux mâles s’étaient concertés pour mettre ces femelles au pas ...

      De plus, leur soi disant ruse ne fonctionne qu’avec les moins équipés en expérience de vie.

      Oui, l’homme est devenu faible ... car il tombe dans le piège de ceux qui manipulent tout ça depuis des décennies et, les femmes -ou soi-disant-, ne sont que leurs belles armes en tenue sexy ... ou pas et, ce qui va sans dire, à l’insu de leur plein gré. 

      .

      La femme et l’homme ne sont pas en compétition mais en complément l’un de l’autre ...


    • 3 votes
      medialter medialter 1er août 17:27

      @Verdi
      "comme vous, j’aime les femmes, je ne peux vivre sans"

      *

      Mais de quelles femmes parlez-vous ? Dans votre vidéo, vous semblez résoudre la femme à une catégorie biologique pavlovienne en quête de stimulus existentiels, ce qu’elle est sans conteste, tout en étant bien autre chose en même temps. La femme est un règne animal à elle seule, pourvu d’innombrables espèces. On y trouve les jouisseuses, les vénales, les carriéristes, les rentières, les papillons, les violonistes (cette catégorie n’existe qu’avant le mariage et se métamorphose ensuite en alligator veillant au garde-manger), les herbivores (proies faciles qui deviennent méfiantes le temps passant), les insectes bouffophiles, les lionnes (capables de réduire leur proie en pièces après avoir joué avec), les roturières, les teufeuses, les compulsives, les dépressives, les dépendantes ... et souvent des hybrides constituées d’un mélange subtil de toutes ces catégories. Rien ne vous empêche donc d’être à la fois un femellophobe incurable et un femellophile en manque, une fois le ménage fait dans votre tête. Votre vidéo n’a donc aucun intérêt, désolé smiley 6/20, peut mieux faire


    • 1 vote
      Verdi Verdi 2 août 12:02

      @medialter

      Commentaire sans intérêt, prétentieux et superfétatoire !

        smiley Vous n’avez, visiblement, -à la lecture de votre commentaire totalement hors sujet et sans aucun relief critique saillant-, pas écouté et surtout rien compris à mon propos, ce qui devrait vous interroger sur votre entendement. 

      Allez, dans ma grande mansuétude, je vous note à mon tour, tout aussi généreusement : 2/20, pour l’effort produit ! 

      Non, je vous en prie, ne me remercier pas ! Ce fut un réel (dé)plaisir que de perdre mon précieux temps à converser avec vous ! 

      Au plaisir !   smiley  


    • vote
      Verdi Verdi 2 août 12:20

      @Verdi

      Ne me remerciez pas ! 


    • 2 votes
      jjwaDal 31 juillet 13:38

      Quoi dire ?... Notre époque, avec la course imbécile "au mickey", la compétition, la survivance du plus apte, toussa toussa, favorise à outrance le principe masculin. Pas étonnant que les femmes qui "réussissent" sont des hommes par leur tournure d’esprit et comportement. Vous citez Thatcher, mais voyez Merkel sans enfant, voyez Condoleza Rice, Madeleine Albraight, Clinton. Des femmes ? Génétiquement seulement. Il n’y a aucun paradoxe à constater qu’au moment où la sexualité est débridée (la contraception a aidé un peu quand même), le célibat explose et le mariage pique du nez. Faire l’amour à son meilleur ami, bah quand on n’est pas homosexuel, ça ne dure qu’un temps... La complémentarité entre le féminin et le masculin, joue de moins en moins et j’ai croisé plus d’une femme disant haut et fort qu’elle faisait tout aussi bien qu’un homme et qu’elle pouvait s’en passer.

      La femme est en train de trouver sa vraie place et c’est avec les copines. Brassens avait déjà évoqué un "soucis" mais là ça semble un peu plus sérieux. Comme toutes les évolutions sociales cela se fait au ralenti et on peut ne pas le voir. Mais c’est là.


      • 2 votes
        Verdi Verdi 31 juillet 13:57

        @jjwaDal

        "La complémentarité entre le féminin et le masculin, joue de moins en moins"

        D’accord avec ce constat. Je trouve çà assez triste, et peut-être contre-nature !

        "La femme est en train de trouver sa vraie place et c’est avec les copines."
        C’est en effet l’apparence qu’elle donne, je ne suis pas sûr, en revanche, que l’entourage de copines soit la panacée pour l’épanouissement de la femme. L’homme, le mâle, existe à ses côtés, ce n’est pas pour rien. Dénier à l’homme sa place naturelle auprès de la femme me paraît un jeu risqué pour l’équilibre affectif, psychique et émotionnel de celle-ci. 

      • 2 votes
        maQiavel maQiavel 31 juillet 16:46

        La complémentarité entre le féminin et le masculin, joue de moins en moins et j’ai croisé plus d’une femme disant haut et fort qu’elle faisait tout aussi bien qu’un homme et qu’elle pouvait s’en passer.

        ------> La diminution de la division sexuelle du travail et du partage sexuel des taches liée aux évolutions technologiques de l’appareil productif dans les sociétés tertiairisées et mondialisées y est pour beaucoup. Ce n’est pas difficile à comprendre quand on sait que les conditions de vie influencent les mentalités (la praxis).

        Aux époques qui précédaient les révolutions industrielles et dans lesquels les femmes devaient aller au marché tous les jours pour trouver des produits frais ( pas de frigidaire) , laver le linge de la famille ( pas de machine à laver à domicile ) , raccommoder les habits troués ( pas d’importation en masse de vêtements fabriqués par des sous prolétaires d’Asie du sud est ) , préparer la nourriture ( faire le feu , l’entretenir puisque pas de plaques chauffantes ) , faire le ménage , éventuellement allaiter et éduquer les enfants alors que les travaux de force et la charge de gagner de l’argent revenait au mari , il était évident pour tout le monde de concevoir la complémentarité H /F puisqu’elle s’exprimait déjà au quotidien par le partage des taches.

        Aujourd’hui, dans nos sociétés, c’est devenu plus difficile à concevoir, à un tel point que des féministes en arrivent à inventer un système social oppressif masculin qui cantonnait historiquement les femmes à certaines taches alors que c’était le plus souvent les conditions de vie qui imposaient ce partage. 


      • 2 votes
        Zatara Zatara 31 juillet 16:56

        @maQiavel
        Aujourd’hui, dans nos sociétés, c’est devenu plus difficile à concevoir, à un tel point que des féministes en arrivent à inventer un système social oppressif masculin qui cantonnait historiquement les femmes à certaines taches alors que c’était le plus souvent les conditions de vie qui imposaient ce partage.

        Une fois ce constat posé, autant passé directement à l’analyse de l’intérêt politique et idéologique de la chose... Quel est l’intérêt de produire et médiatiser cette pensée ?


      • vote
        Belenos Belenos 1er août 04:38

        @Zatara

        "Quel est l’intérêt de produire et médiatiser cette pensée ?"


        Toutes les maladies sociales ne sont pas nécessairement calculées de manière systémique en vue de satisfaire un intérêt. L’antivirilisme contemporain cause du désordre et de la frustration pour tout le monde : femmes, hommes, enfants. Même les hyper-riches peuvent en chier (de même qu’ils souffrent et meurent aussi des maladies modernes). 


      • vote
        Zatara Zatara 1er août 10:55

        @Belenos
        Toutes les maladies sociales ne sont pas nécessairement calculées de manière systémique en vue de satisfaire un intérêt.

        Évidemment, mais dans ce cas, ce n’est pas cela qu’il faut saisir... Ce n’est pas son origine qui importe (puisque le féminisme politique à quasi 2 siècles...) mais sa forme actuelle dégénéré et par dessus tout sa surexploitation médiatique et politique...

        Même les hyper-riches peuvent en chier (de même qu’ils souffrent et meurent aussi des maladies modernes).

         smiley smiley C’est celaaaa ouiiiii



      • vote
        Zatara Zatara 1er août 11:22

        @Belenos

        L’antiracisme et le féminisme actuels, abâtardis dans une forme d’archétype dégénéré (et en réalité "militarisés") n’ont comme seul utilité de cadenasser des pans entiers de politique en agissant comme des oeillères. Jusqu’à les concevoir comme les seuls et uniques problème de ce monde, jusqu’à tout interpréter sous ces seuls angles.


      • vote
        Zatara Zatara 1er août 11:31

        @Belenos
        Mais par dessus tout, c’est en réalité l’importation du puritanisme hypocrite anglo saxon qui définit les nouvelles normes du politiquement correct (et son pendant du droit à ne pas être "choqué" justement...), la culture du spectacle lui donnant exactement la même caisse de résonance que les médias ricains. Bref :

        https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/07/10/concretement-le-politiquement-correct-repose-aujourdhui-sur-une-culture-de-la-surveillance-generalisee-tout-est-monte-en-scandale-par-des-groupuscules/

        Le carcan idéologique et psychologique n’a pas fini d’engluer en Occident, c’est bien d’un nouveau standard qu’il s’agit.


      • vote
        Belenos Belenos 1er août 12:09

        @Zatara
        "C’est celaaaa ouiiiii"

        Vous pensez que les riches demeurent éternellement jeunes et en bonne santé ? 


      • vote
        Belenos Belenos 1er août 12:12

        @Zatara
        "L’antiracisme et le féminisme actuels, abâtardis dans une forme d’archétype dégénéré (et en réalité "militarisés") n’ont comme seul utilité (...)"

        Ou bien aucune utilité. L’antiracisme et le féminisme actuels ne sont pas nécessairement des outils. Ce sont peut-être simplement des phénomènes sociaux et non des moyens de contrôle social. 


      • vote
        Belenos Belenos 1er août 12:15

        @Zatara
        "Mais par dessus tout, c’est en réalité l’importation du puritanisme hypocrite anglo saxon qui définit les nouvelles normes du politiquement correct (et son pendant du droit à ne pas être "choqué" justement...)"

        Oui, cela me semble évident (bon lien). 


      • vote
        Zatara Zatara 1er août 12:30

        @Belenos
        Vous pensez que les riches demeurent éternellement jeunes et en bonne santé ?

        riches et pauvres ne veulent rien dire chez moi en tant que tels... si vous parlez des 1%, alors il n’y a aucun lien entre des phénomènes sociaux et la réalité de leurs vies...

        Ou bien aucune utilité. L’antiracisme et le féminisme actuels ne sont pas nécessairement des outils. Ce sont peut-être simplement des phénomènes sociaux et non des moyens de contrôle social.

        Ils n’ont aucune utilité parce que leur but n’est pas d’être utile. Ce ne sont même pas des phénomènes sociaux puisqu’ils existent pour et par le cirque médiatico politique, tout en cherchant à se réapproprier des réalités historiques (c’est d’ailleurs la dessus qu’ils capitalisent leur légitimité, à défaut qu’elle puisse transparaitre dans leurs "combats" fantasmés actuels. Et au delà de la parodie, en tant que phénomènes sociaux issus d’une pseudo réalité social, ils peuvent servir de levier politique dans le cadre de réseaux. Il y a quelques mois, il me semble que l’état à, par l’intermédiaire d’une loi, "privatisé" tout ce qui ressortait de la notion de racisme et de féminisme en passant par les associations (je ne me rappel plus de la loi ...si ça vous dit quelque chose). C’est de ces associations qu’on applique un carcan puritain anglo saxons, qui n’est que le stade supérieur du politiquement correct, qui n’est en lui même, à ce niveau là, qu’un outil de contrôle morale


      • vote
        Belenos Belenos 1er août 14:03

        @Zatara
        Je parlais des ultra-riches quand je disais qu’ils souffraient aussi de maladies, du vieillissement et qu’ils étaient mortels (avec seulement quelques aménagements plus confortables matériellement). J’ai pensé que vous contestiez cela en écrivant "C’est celaaaa ouiiiii". Mais en fait non, c’est seulement votre clavier qui coince sur le a et sur le i. 


      • vote
        Zatara Zatara 1er août 17:13

        @Belenos
        J’ai pensé que vous contestiez cela en écrivant "C’est celaaaa ouiiiii". Mais en fait non, c’est seulement votre clavier qui coince sur le a et sur le i.

        Niet, niet.... le nombre de a et de i sert la contestation. Il s’agissait de signifier par là que le paradigme psycho social de la poupoulasse (et donc ses combats idéologiques) n’ont strictement aucune espèce d’importance pour les 1%....


      • vote
        Zatara Zatara 1er août 17:16

        @Belenos
        ... et pas de contester ce qui ressort du vieillissement ou de la maladie (ça ne me viendrait même pas à l’idée)


      • 2 votes
        Verdi Verdi 31 juillet 13:55

        "La complémentarité entre le féminin et le masculin, joue de moins en moins"

        D’accord avec ce constat. Je trouve çà assez triste, et peut-être contre-nature !

        "La femme est en train de trouver sa vraie place et c’est avec les copines."
        C’est en effet l’apparence qu’elle donne, je ne suis pas sûr, en revanche, que l’entourage de copines soit la panacée pour l’épanouissement de la femme. L’homme, le mâle, existe à ses côtés, ce n’est pas pour rien. Dénier à l’homme sa place naturelle auprès de la femme me paraît un jeu risqué pour l’équilibre affectif, psychique et émotionnel de celle-ci. 

        • 3 votes
          cassini 31 juillet 14:33

          C’est une étrange escroquerie intellectuelle et sociale que faire passer la femme pour un être moralement supérieur, et il est plus étrange encore que cette vision hyperraciste et on ne peut plus discriminatoire soit si appréciée dans le camp progressiste (j’emploie toujours ce mot avec dérision). 


          L’égalité entre les sexes n’existe pas. Quand la femme n’a qu’un statut légal inférieur, ce n’est pas l’égalité. Quand elle a un statut égal à l’homme, la domination féminine s’étend du ménage (où elle est traditionnelle, et même quasi-officielle selon les civilisations) à la société dans son ensemble. Ce n’est alors pas l’égalité non plus. 

          L’homme trop dominé par son désir pour s’imposer en égal, et trop orgueilleux pour admettre qu’il se fait manoeuvrer, est parfaitement démuni dans un monde qui, devenant de plus en plus fou et méprisant à son égard, fait en justice une quasi-preuve de la parole féminine, s’assoit sur la démocratie (en l’occurrence en détruisant l’un de ses piliers : la sûreté juridique) en inventant la relation sexuelle consentie transformée le lendemain en viol selon la lubie féminine, ou la légitime défense différée. 

          Je regrette de ne devoir vivre assez pour voir la fin du spectacle (je fais la même remarque au sujet de la guerre de cents ans du proche Orient). 



          • 2 votes
            cassini 31 juillet 14:51

            @cassini

            Oups ! J’oubliais le plus scélérat des textes de loi sexuels : celui qui de l’acte partagé de prostitution fait de l’homme seul un délinquant. Si l’on veut prétendre que c’est de la démocratie, c’est possible, mais il faut alors considérer la femme comme l’équivalent d’une mineure de moins de quinze ans. 


          • 2 votes
            Hijack ... Hijack ... 31 juillet 19:39
            J’ai posté plus haut avant d’écouter ce Mr ... et, après l’avoir vu et écouté, il a l’air d’avoir bien souffert.

            Dans son cas, prendre une attitude de victime ... est la pire !
            Dans cette affaire (relations femmes/hommes) ... la victime n’est rien, absolument rien ... quelle que soit sa valeur d’homme, son physique,son courage et d’autres qualités que la nature lui a accordé... une exception toutefois, sa capacité à générer de la calorie (n’est-il pas, Delavier ?), c’est à dire, sa possibilité de subvenir aux super besoins de la femelle, quoi qu’il arrive ... dans ce cas, et seulement celui-là, la femme jouera et surjouera ... et l’homme bébette se croira attirant, aimé, au moins ne sentira pas la souffrance.
            .
            L’homme malheureux est juste une position ... c’est aux hommes de se remettre sur pied. 
            .
            C’est juste ma façon de voir les choses ... et, je n’ai aucun ressentiment pour les femmes, au contraire, sans elles ... que ferais-je sur terre ? Les erreurs passées, les peines accumulées dès l’adolescence, ça arme pas mal.


            • vote
              Jacques_M 31 juillet 21:17

              Un extrait de film avec Marielle et Rochefort :  Calmos

              Pour vous remonter un peu le moral et le mien aussi.


              • vote
                Zatara Zatara 31 juillet 21:39

                @Jacques_M

                Un extrait de film avec Marielle et Rochefort : Calmos

                A l’époque, ça avait fait scandale comme étant ultra misogyne.... mais aujourd’hui, ça raisonne tout autrement... en tous cas, l’un de mes films préférés fr... sous côté et fabuleux, avec une fin façon Terry Gilliam...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Verdi

Verdi
Voir ses articles







Palmarès